Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 19:41

En privilégiant l’expérimentation, l’astronome italien Galileo Galilei a révolutionné le monde de la science.

Un éclairant documentaire-fiction sur ARTE

C’est en partie grâce à lui que la science empirique s'est imposée, envers et contre tout. Mathématicien, physicien, géomètre et astronome, l’Italien Galileo Galilei (1564-1642), dit Galilée, a bousculé les savoirs établis en prônant une vision du monde fondée sur l’observation. Il a dès lors remis en cause les grandes autorités de son temps, réfutant les théories d’Aristote, qui encore à l’époque faisaient référence, et s’attirant les foudres de certains de ses confrères, puis de l’Église catholique, au sein de laquelle on se divise à son propos. Commence alors une longue controverse, au cours de laquelle Galilée s’aliène ses plus fervents soutiens, tel le pape Urbain VIII. Finalement condamné pour hérésie pour avoir défendu l’héliocentrisme copernicien contre le sens littéral des Écritures, Galilée n’a été réhabilité qu’en 1992 par le pape Jean-Paul II.   
 

Ce documentaire-fiction retrace le parcours mouvementé d’un savant à l’esprit critique affûté, expérimentateur plein de ressources, auquel on doit, entre autres, le perfectionnement du télescope et la découverte de quatre des lunes de Jupiter : Io, Europe, Ganymède et Callisto. 

 

Réalisation :

  • Eike Schmitz

  • Susanne Utzt

Pays :

  • Allemagne

Année :

  • 2021

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 17:00

 

Les récentes analyses scientifiques d’une œuvre du peintre David (1748-1825) bouleversent notre compréhension de ce portrait emblématique en révélant des modifications artistiques majeures.

 

 

L'analyse du tableau de Jacques-Louis David, "Antoine Laurent Lavoisier (1743-1794) et Marie-Anne Lavoisier  (1758-1836)" a révélé de nombreuses modifications et une première version de l'oeuvre, différente.

Crédits: Metropolitan of Art, MET, New York

 

"Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme"… Lavoisier, le père de la chimie moderne n’aurait pu mieux dire ! Dans l’étude d’une des plus célèbres réalisations du peintre Jacques-Louis David (1748-1825), le double Portrait d’Antoine-Laurent Lavoisier et Marie-Anne Lavoisier, exposé depuis 1977 au Metropolitan Museum of Art (MET) de New York (Etats-Unis), l’utilisation des nouvelles technologies a révélé un secret au coeur de l'oeuvre, attribuant soudain un regain d’intérêt pour cette toile représentant le couple de savants six ans avant qu'Antoine-Laurent Lavoisier ne soit guillotiné sous la Terreur en 1794.

 

Un article publié dans la revue Heritage science sous la direction du conservateur David Pullins affirme en effet que trois années d'analyses ont révélé des modifications importantes apportées par le chef de file du mouvement néoclassique français à la composition originale de son tableau monumental (259,7 x 194,6cm). Cette "première étude technique approfondie jamais réalisée sur un tableau de David", laisse en effet apparaitre le couple dans une toute autre posture et un décor beaucoup plus aristocratique. 

 

 

Les transformations de l'oeuvre originale "Portrait d’Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794) et Marie-Anne Lavoisier (1758-1836)", par le peintre David (1748-1825), révélées par de récents examens.  ©Metropolitan Musem of Art, New york.

 

Un riche couple aristocratique "consommateur de grand luxe"

 

Les analyses effectuées par les équipes de conservation et de recherche scientifique du MET ont été réalisées grâce notamment à la microscopie optique, utilisée initialement dans le cadre de l’élimination d’un vernis synthétique détérioré. Une approche analytique combinant de la spectrométrie de fluorescence des rayons X (MA-XRF), de la spectroscopie Raman associés à de la microscopie électronique à balayage et de la réflectographie infrarouge (IRR) ont ensuite permis de faire apparaitre certaines irrégularités et des couleurs sous-jacentes inattendues. Aux yeux des spécialistes, celles-ci révèlent qu’à l’origine, le peintre David, artiste alors à la mode au sein de la haute société parisienne, avait opté pour une tout autre représentation du couple. Pas celle du savant et de son épouse et collaboratrice "Ils travaillaient ensemble à la publication d’un Traité élémentaire de chimie", explique Stephane Blond, Maître de conférences en histoire moderne à l’Université d’Evry (Essonne).

 

Mais plutôt celle d’un riche couple aristocratique "consommateur de grand luxe". Ainsi, madame Lavoisier arborait initialement un grand chapeau à plumes orné de rubans bleus, de noeuds et de fleurs artificielles -dit "chapeau à la Tarare"- très en vogue en ces années. De même, la nappe rouge a drapé ce qui était originellement un bureau décoré de bronze doré. Ce n'est qu'ultérieurement que David a choisi d'y rajouter les instruments scientifiques qui marquent la place du couple à la naissance de la chimie moderne, changeant ainsi radicalement le sens de son tableau. David montre ainsi Lavoisier dans ce qui est sans doute l'hôtel du Grand Arsenal où le savant des Lumières possédait un laboratoire que matérialisent baromètre, gazomètre et autre ballon de verre sur la toile. En procédant à ces modifications, le peintre a-t-il choisi d'atténuer l'impression de richesse émanant de sa première version et de privilégier le savant par rapport à sa charge de Fermier général, riche collecteur des impôts royaux?

 

Le tableau de Jacques-Louis David tel qu'il est aujourd'hui exposé. © Metropolitan Musem of Art, New york.

 

Des modifications apportées par David juste avant la Révolution Française de 1789

 

"Il a finalement mis en avant le statut de scientifiques progressistes du couple, présentant Lavoisier et son épouse comme des penseurs rationnels réunis dans une pose affectueuse", écrivent les auteurs de la publication. Une pose dirait-on plus populaire. Les analyses ont également permis de comprendre de quelle manière magistrale David est parvenu à modifier son œuvre en dissimulant la première version par l’utilisation de mélanges de peinture qui permettaient une couverture maximale de la toile, en laissant peu d’indices de ses transformations en surface.  

 

Probable version originale du portrait du couple Lavoisier par David. ©Metropolitan Musem of Art, New york.

 

La toile ayant été datée et signée en 1788, ces modifications ont été apportées par David juste avant la Révolution Française de 1789. Des circonstances historiques qui expliquent sans doute ces changements, l'évolution rapide des évènements ayant peut-être conduit l'artiste (et ses modèles?) a faire preuve d'une sobre prudence. L'hostilité envers Lavoisier avait en effet grandi depuis sa commande en 1784 d'un mur autour de Paris destiné à faire respecter la perception des impôts, peut-on lire dans le magazine Burlington, qui publie également ces résultats. Ce ressentiment n'a d'ailleurs fait que croître, atteignant son paroxysme à  l'été 1789, lorsque le savant, trois semaines après la chute de la Bastille, avait en tant que Régisseur des poudres, ordonné qu'une grande quantité de barils de poudre à canon soient retirés de l'Arsenal de Paris: une façon de rendre les munitions inaccessibles, selon la population, ce qui avait déclenché des émeutes. Une chose est certaine, le renom "et le génie de Lavoisier ne l'ont pas sauvé de la guillotine", a commenté David Pullins. Et ce sont ses fonctions de collecteur des impôts qui l'y ont plus sûrement envoyées!

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 14:49

Par Gérard Borvon.

 

Cicatrice de la science : parfois un mot, un nom, une expression, une règle,  semblent échapper à toute la logique que l'on attendrait des sciences. De quoi irriter l'apprenti scientifique. Un retour sur l'histoire de la discipline est alors nécessaire et nous rappelle que la science est une activité humaine, une activité vivante, qui porte parfois les cicatrices de son passé. Un exemple : les deux sens du courant électrique.

 

Un article publié dans le Bulletin de l'Union des Physiciens.

 

Un premier cours d’électricité est l’occasion d’une mise en scène
classique dans la tradition expérimentale des professeurs de sciences
physiques : une tige d’ébonite est frottée, une boule de sureau suspen-
due à son fil de soie ou de nylon est attirée puis vivement repoussée.

 

Commence alors une série de manipulations à base de chiffons de laine,
de peaux de chat, de tiges de verre ou de règles de matière synthétique,
supposée faire découvrir une propriété fondamentale de la matière :
l’existence de deux espèces d’électricité. Pour les désigner les
termes d’électricité positive et négative sont introduits.

 

 

Progressant dans le cours on arrive rapidement à la notion de
courant électrique c’est alors qu’apparaît le problème. A peine a-t-on
défini son sens conventionnel de circulation qu’il faut ajouter que le
fluide électrique est, en réalité, constitué d’électrons négatifs se dépla-
çant en sens inverse !

 

Une explication s’impose. Le professeur pressé évoquera une erreur
ancienne, peut-être même imaginera-t-il un hasardeux pile ou face. Il
suffirait cependant d’un rapide retour sur l’histoire de l’électricité pour
révéler, au lieu de décisions hâtives, la recherche obstinée d’une réalité
physique. Une histoire qu’il est certainement possible d’évoquer en
quelques mots. Nous souhaitons, au travers des éléments que nous
proposons ici, aider à préparer cette réponse. Ce sera également l’oc-
casion d’attirer l’attention sur l’un de nos compatriotes trop rapidement
oublié.

 

Voir la suite sur : http://www.ampere.cnrs.fr/parcourspedagogique/agora/IMG/pdf/Dufay.00.article_BUP.pdf

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 11:30

https://twitter.com/i/broadcasts/1MYGNmwRODwKw

Voir la vidéo à partir de 25:30

 

La présentation des principales conclusions du rapport climat 2021 du #GIEC@IPCC_CH, est disponible ci-dessous.

 

Les supports visuels sont téléchargeables ici : sharebox.lsce.ipsl.fr/index.php/s/Xv

 

et le rapport complet là : ipcc.ch/report/ar6/wg1 #ClimateReport

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 12:18
Partager cet article
Repost0
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 15:48

 

Formateur en Histoire des Sciences à l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) de Bretagne, j'illustrais mes cours sur l'histoire de l'électricité par les expériences de Gray sur la conduction électrique et de Dufay sur les deux espèces d'électricité.

 

Expérience de Gray sur la conduction (gravure de Yan D"Argent)

 

Particulièrement spectaculaire : l'expérience d'attraction-contact-répulsion de Dufay. Un fragment de feuille d'or (sinon d'aluminium) est suspendu à un long fil fin de soie (ou de nylon isolant) au plafond. Un long tube de verre (du pyrex de préférence) de quelques centimètres de diamètre est frotté par un chiffon de coton bien sec (ou par un film de plastique synthétique). Quand le tube est approché à quelques décimètres de la feuille l'attraction puis la répulsion sont spectaculaires.

 

L'enseignant qui a pratiqué ces expériences dans une classe embuée par la respiration d'une trentaine d'élèves sait qu'il faut les préparer avec soin. En particulier le tube doit être rigoureusement sec. Pour ma part j'avais bricolé une longue boîte dont la partie supérieure était munie d'ampoules électriques qui faisaient office de chauffage. Chaud et sec, le tube répondait généralement à notre attente.

 

Le climat breton est réputé pour être modéré mais cet hiver là un froid particulièrement vif avait gelé tout le pays. Au plus fort de la période j'étais amené à faire un cours à Rennes.  Jamais attractions et répulsions n'avaient été aussi spectaculaires. A plus de un mètre de distance la feuille d'or était attirée puis violemment repoussée. Et l'expérience pouvait se poursuivre pendant une heure sans autre préparation. Explication : la sécheresse de l'air. Nous n'en faisons pas souvent l'expérience en Bretagne mais il est connu que c'est en effet dans les périodes de grand froid que l'air est le plus  sec.

 

Et voilà qu'une hypothèse nous vient à l'esprit. Franklin le premier notait qu'il arrêtait ses expériences quand on entrait " dans la saison des grandes chaleurs". C'est donc le froid hiver nord américain qui pourrait expliquer les nombreuses et inédites observations relatées par Franklin et ses amis et que nous peinons à reproduire dans nos classes. Quant aux Gilbert, Hauksbee, Gray, Dufay, Nollet... les spectaculaires démonstrations qu'ils donnaient dans les salons de la noblesse de leur temps n'étaient peut-être pas étrangères à ce "petit âge glaciaire" qui a régné sur l'Europe au cours des 17ème et 18ème siècle.

 

 

Hypothèse aventureuse ? Elle pourrait cependant rassurer les professeurs de physique, nos contemporains, qui doivent multiplier les précautions pour réussir leurs expériences d'électrostatique dans une époque où les hivers rigoureux et secs se font de plus en plus rares.

Partager cet article
Repost0
1 août 2021 7 01 /08 /août /2021 12:43

Parmi les multiples qualificatifs qu'on puisse attribuer à Jules Verne on ne relève pas assez souvent celui, pourtant essentiel, de vulgarisateur scientifique. Dans des romans comme "vingt mille lieues sous les mers" ou dans "Robur le Conquérant", Il serait fastidieux de relever la longue liste des pages dans lesquelles il décrit les découvertes techniques de son temps en n'oubliant pas de citer leurs auteurs. Ses contemporains, lecteurs des revues scientifiques à grand succès, la Nature, l'Année Scientifique..., ou encore des "Merveilles de la Science" de Louis Figuier, ne pouvaient manquer d'y retrouver un clin d’œil à leur actualité sous le forme d'un habillage narratif. Celui-ci permettant par ailleurs une ouverture à un public plus habitué à la lecture de "Causeries littéraires" qu'à celle des "Causeries Scientifiques". Ce public n'était certainement pas à l'époque celui de la jeunesse dans lequel on a voulu le cantonner par la suite.

 

Jules Verne ne fait pas d'anticipation, il nous décrit la naissance des techniques dont nous sommes les héritiers. Relire Jules Verne aujourd'hui c'est y trouver les longues listes de savants et de descriptions des objets techniques utilisés, par exemple, dans le Nautilus du capitaine Nemo ou "l'Albatros" de l'ingénieur Robur. Loin d'alourdir le récit elles lui ajoute une saveur "belle époque" et nous invitent à  un voyage dans le passé sans la froideur d'un discours historique académique.

 

A l'amateur, ou même au chercheur, attiré par l'histoire des sciences et des techniques, Jules Verne propose des pistes de recherche. Un exemple dans ce texte extrait de "Robur le Conquérant".

 

L'Albatros de Robur

" Ce n’est ni à la vapeur d’eau ou autres liquides, ni à l’air comprimé ou autres gaz élastiques, ni aux mélanges explosifs susceptibles de produire une action mécanique, que Robur a demandé la puissance nécessaire à soutenir et à mouvoir son appareil. C’est à l’électricité, cet agent qui sera, un jour, l’âme du monde industriel. D’ailleurs, nulle machine électromotrice pour le produire. Rien que des piles et des accumulateurs. Seulement, quels sont les éléments qui entrent dans la composition de ces piles, quels acides les mettent en activité ? C’est le secret de Robur. De même pour les accumulateurs. De quelle nature sont leurs lames positives et négatives ? On ne sait. L’ingénieur s’était bien gardé – et pour cause – de prendre un brevet d’invention. En somme, résultat non contestable : des piles d’un rendement extraordinaire, des acides dune résistance presque absolue à l’évaporation ou à la congélation, des accumulateurs qui laissent très loin les Faure-Sellon-Volckmar, enfin des courants dont les ampères se chiffrent en nombres inconnus jusqu’alors. De là, une puissance en chevaux électriques pour ainsi dire infinie…

 

Mais, il faut le répéter, cela appartient en propre à l’ingénieur Robur. Là-dessus il a gardé un secret absolu"

 

Jules Verne n'est ni le premier, ni le seul, à prédire que l'électricité "sera, un jour, l’âme du monde industriel" et il est vrai que notre 21ème siècle cherche à trouver le secret de Robur, celui des piles et accumulateurs électriques qui pourraient peut-être un jour faire voler les "plus lourd que l'air". Le curieux pourra s'arrêter sur la mention des accumulateurs "Faure-Sellon-Volckmar". C'est toute l'histoire des premiers accumulateurs depuis ceux de Gaston Planté qu'il pourra parcourir. Par exemple dans "La Physique Moderne" de Édouard Hospitalier ou encore dans la revue La Nature dans l'article : Nouveaux perfectionnements apportés aux accumulateurs électriques. . Il constatera que nos actuels condensateurs au plomb en sont les héritiers directs et qu'il serait peut-être utile d'y réfléchir avant de les mettre au rebus.

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 14:19

Cicatrice de la science : parfois un mot, un nom, une expression, une règle,  semblent échapper à toute la logique que l'on attendrait des sciences. De quoi irriter l'apprenti scientifique. Un retour sur l'histoire de la discipline est alors nécessaire et nous rappelle que la science est une activité humaine, une activité vivante, qui porte parfois les cicatrices de son passé.

 

La notion de courant électrique a une longue histoire qui semble s'achever en cette fin de 19ème siècle où s'éclaire la notion d'atome. Cette particule apparaît alors comme constituée d'un noyau portant des charges électriques positives, les protons, et des charges négatives dans un nuage d'électrons gravitant autour de celui-ci. Deux conceptions opposées du courant électrique se rejoignent alors. Celle de Franklin considérant un fluide unique circulant du pôle positif du générateur qui porte un excès d'électricité vers son pôle négatif qui en présente un  défaut. Celle d'Ampère qui imagine deux courants de fluide négatif et de fluide positif émis par chaque pôle et se croisant dans le conducteur. Ampère choisissant alors de définir comme sens conventionnel du courant celui du fluide positif.

 

Nous voici arrivés au moment où la situation se fige.

 

Il est vrai que, dans l’électrolyse, deux courants de charges opposées se croisent dans la solution d’électrolyte, suivant ainsi le modèle proposé par Ampère. Dans les conducteurs métalliques, par contre, seules les charges négatives sont mobiles. Le fluide positif reste immobilisé dans les noyaux fixes des atomes. Le courant électrique doit à présent être considéré, dans un circuit métallique, comme un unique courant d’électrons se déplaçant du pôle négatif du générateur vers son pôle positif. C'est à dire dans le sens inverse de celui proposé par Franklin et choisi de façon conventionnelle par Ampère.

 

Cette découverte est-elle un évènement suffisant pour provoquer une révolution dans les conventions électriques ? Il faut constater qu’on s’accommodera de ces électrons qui se déplacent dans le sens inverse du sens "conventionnel". Ce déplacement n’est d’ailleurs pas spectaculaire. Nous pouvons à présent répondre à l’ancienne interrogation de Maxwell. La vitesse du courant d’électrons dans un courant continu n’est pas de plusieurs millions de lieues à la seconde et si elle est quand même supérieure à un centième de pouce à l’heure, elle ne dépasse pas quelques centimètres à l’heure. Ce résultat parle peu à l’imagination. Ce lent courant d’électrons s’accorde mal avec la puissance observée des phénomènes électriques. C’est peut-être pourquoi on préfère continuer à raisonner sur le courant mythique des premiers temps de l’électricité qui se précipiterait du pôle positif vers le pôle négatif.

 

Un courant d'électrons, vraiment ?

 

Pour qui constate l'allumage instantané de la lampe après qu'on ait pressé l'interrupteur, il est quand même difficile de se satisfaire de ce lent déplacement des électrons. Encore plus difficile quand ce courant est alternatif et que les électrons vibrent sur place. Une question se pose : et si ce déplacement d'électrons n'était pas un simple effet du "courant électrique" qui, lui, serait bien autre chose.

 

Et d'ailleurs ces électrons ! De Broglie en a donné la représentation d'une onde que la technique a su mettre en œuvre dans les microscopes électroniques. La physique quantique les a transformés en "quantons" ni ondes ni particules mais nouvelles entités que le cerveau même des chercheurs a du mal à mettre en image.

 

Combien de temps faudra-t-il pour qu'un nouveau modèle du courant électrique prenne place dans les manuels scolaires et pour que le modèle actuel s'ajoute à la liste des Cicatrices de la Science.

 

Pour l'instant faut-il nous contenter de considérer qu'un courant électrique est ce phénomène physique que nous mesurons avec un ampèremètre ?

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 14:47

Le robot arroseur fonctionne à distance, via le Bluetooth du téléphone portable. Le prototype du jeune Landivisien Yann Kerhervé, élève au lycée du Léon à Landivisiau (Finistère) passionné de jardinage, a été primé par la revue Science et Vie junior.

Ouest-France

 

Lorsqu’on a 15 ans, comment concilier son amour du jardinage avec une passion de la programmation informatique et de la domotique, tout en accordant le temps nécessaire aux travaux scolaires ? Yann Kerhervé, en classe de seconde au lycée du Léon à Landivisiau (Finistère), a trouvé la solution en inventant un « Arros’Heure ». Il en déclenche le fonctionnement grâce au Bluetooth du portable posé sur son bureau. Et peut-être bientôt pendant les vacances, à partir de tout point du globe, grâce à Internet et au Wifi.

 

 

Ce petit appareil d’arrosage automatique lui a notamment valu de décrocher le premier prix du concours mensuel de la revueScience et Vie junior ! Avec à la clé, une dotation de 1 000 €, dont il va dépenser une partie pour se payer une imprimante 3D destinée à améliorer les boîtiers de son invention. Il a, bien entendu, déposé un certificat à l’Institut de la propriété industrielle.

 

Il pourrait être de nouveau à l’honneur à la fin de l’année, lors de la sélection des trois meilleurs inventeurs de l’année 2020. Avec une remise des prix au Palais de la découverte à Paris.

Le jardinage, Yann le pratique depuis son plus jeune âge, grâce à son grand-père maternel. Il est d’ailleurs le seul de la famille à cultiver cette passion pour les légumes du potager familial !

 

Durant l’été dernier, le collégien, qui venait de passer trois années à suivre les séances hebdomadaires du club de robotique monté par Erwan Tréguer, enseignant au collège Kerzourat à Landivisiau (club qui a décroché le premier prix régional au concours national 2020 « Course en cours »), a pensé qu’il pouvait éviter les opérations d’arrosage grâce au savoir acquis lors de son cursus collégien, en matière de programmation informatique et de domotique.

 

Une application pour gérer l’arrosage

Quelques lectures, une carte programmable Arduino, équipée d’un microcontrôleur permettant de commander des actionneurs, des capteurs à ultrasons permettant de mesurer la hauteur d’eau de pluie dans un bac récepteur, un moteur asynchrone pour actionner un robinet quart de tour… Et le tour était joué !

 

Restait (seulement !) au jeune inventeur à mettre en relation toutes les informations recueillies (hauteur d’eau et température extérieure) pour faire fonctionner le servomoteur selon un temps prédéfini, fermer ou rouvrir le robinet sur 24 heures…

Grâce au Bluetooth, une application – créée par le Landivisien, tout aussi spécialiste de l’informatique que de l’électronique et la domotique – permet de savoir s’il faut arroser ou non, laisser faire automatiquement ou manuellement pendant une durée de 30 minutes à 3 heures.

Un dossier de 20 pages

Le dossier de 20 pages réalisé par le collégien aura séduit le jury de Science et Vie junior.

 

Yann estime que son prototype ne lui aura pas coûté plus de 40 €. D’autant plus que les cadeaux d’anniversaire ou de fin d’année ont été faciles à trouver : des composants électroniques tout simplement !

Le jeune homme, qui suit cette année 1 h 30 de sciences numériques et techniques au lycée du Léon, ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Son rêve de devenir officier de la marine marchande pourrait d’ailleurs s’accompagner, s’il se réalise, de quelques inventions qui ne resteraient pas seulement des prototypes…

 

Voir aussi :

 

À 16 ans, le jeune inventeur finistérien à nouveau primé grâce à son arroseur automatique.

En mai 2020, Yann Kerhervé avait été honoré par la revue Science et Vie Junior. Un an plus tard, le Landivisien décroche le titre de second meilleur jeune inventeur de l’année en France.

https://brest.maville.com/actu/actudet_--a-16-ans-le-jeune-inventeur-finisterien-a-nouveau-prime-grace-a-son-arroseur-automatique-_-4680609_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 19:11
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens