Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 18:07

https://www.ouest-france.fr/monde/nitrate-d-ammonium-engrais-de-sinistre-memoire-6929332

 

Nitrate d’ammonium ou ammonitrates. Les appellations varient selon la concentration en azote (dangereuse au-delà de 28 %) et l’ajout de composants dans des produits qui peuvent être utilisés comme explosifs ou en tant qu’engrais agricole.

 

S’il n’explose pas seul et sans raison, le nitrate d’ammonium – aujourd’hui massivement produit en Russie – devient redoutable lorsqu’il est mélangé à certaines substances, dont les hydrocarbures. Il est carrément terrifiant s’il y a incendie.

C’est ce qui s’est produit dans les deux plus terribles tragédies qu’on puisse lui imputer.

586 morts en Allemagne en 1921

 

La pire a causé 586 morts, le 21 septembre 1921, dans une usine allemande à Oppau. On avait utilisé des explosifs pour désagréger un stock de sulfate et de nitrate d’ammonium qui avait tendance à se solidifier.

 

Seconde au morbide palmarès, l’explosion d’un navire français, le Grandcamp, le 16 avril 1947 au port de Texas City (près de Houston).

 

Ancien liberty-ship américain confié à la Compagnie générale transatlantique, il explose pendant qu’on le chargeait, avec 2 200 tonnes de nitrate d’ammonium à son bord, causant l’explosion d’un autre navire voisin, contenant 960 tonnes du même produit. Bilan : 576 morts. Certaines victimes périssent dans le mini-raz de marée causé par la déflagration. Une des ancres duGrandcamp est projetée à 3 kilomètres…

 

 

La même année, le 28 juillet 1947, mais en France cette fois, à Brest, un autre liberty-ship, l’ Ocean Liberty , sous pavillon norvégien, souffle le port alors qu’il est chargé de 3 100 tonnes de nitrate d’ammonium et de 300 tonnes d’hydrocarbures. Arrivé cinq jours plus tôt, il subit d’abord un incendie. Le drame du Grandcamp met la puce à l’oreille. Un remorquage, tenté par de courageux marins qui y perdent la vie, n’éloigne le navire que de quelques centaines de mètres. Sans cela, le bilan, 22 morts aurait été bien pire. Brest croyait avoir tout subi pendant la guerre qui vient de s’achever. Mais des témoins décrivent l’explosion comme la pire qu’ils aient connue.

 

Ces drames ne sont pourtant pas les premiers causés par la dangereuse substance. Le 2 avril 1916, au Royaume-Uni, à Flaversham, une fabrique de munitions qui y a recours est balayée, faisant 115 victimes.

 

La mort peut aussi venir du rail : le 18 février 2004, en Iran, le déraillement d’un train transportant 420 tonnes du fameux engrais tue 328 personnes.

En dépit de ce que l’expérience est censée apprendre, Toulouse n’a pas échappé aux méfaits du nitrate d’ammonium. Même si la chaîne des causes n’a pas été totalement éclaircie, il est bien présent dans le drame d’AZF qui, le 21 septembre 2001, a causé 29 morts et 8 000 blessés.

Voir :  Une brève histoire des nitrates.

http://histoires-de-sciences.over-blog.fr/2013/11/une-br%C3%A8ve-histoire-des-nitrates.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens