Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 09:48

Les Savants et la révolution en Bretagne.

par Gérard Borvon


"Les savants bretons durant la révolution" est le titre d'une exposition réalisée par le Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) dont le siège est à Rennes.


Cette exposition réalisée en 1989, dans le cadre de la commémoration du bicentenaire de la Révolution, avait pour but d'offrir au public la possibilité de découvrir les personnalités de savants de leur région en cette fin de 18ème siècle. Elle apportait une dimension régionale à l'exposition réalisée sur le même thème par la Cité des Sciences et de l'industrie.


Tous ne sont pas des "savants de la révolution". Certains étaient trop jeunes, d'autres déjà décédés. Plusieurs ont réellement été actifs pendant cette période. C'est d'abord toute une époque qui est ainsi décrite.

 

_________________________________


Les savants bretons mis à l'honneur.


Extraits du catalogue de l'exposition.


François Broussais (1772-1838) : Chirurgien breton né à Saint-Malo. Il a donné son nom à un grand hôpital parisien et à plusieurs hôpitaux provinciaux. Broussais, avant de devenir "l'empereur de la médecine" est étudiant à Dinan, chirurgien sous-aide dans les hôpitaux de la marine à Saint-Malo puis à Brest. Salué de son temps comme l'inventeur de la médecine physiologique, il ne voit partout qu'inflammation que seule la saignée par les sangsues peut guérir.


René-Théophile Laennec (1781-1826) : Né à Quimper, il étudie à l'école de médecine de Nantes avec l'appui de son oncle. Il invente le stéthoscope et publie le "traité d'auscultation médiate" qui fait sensation dans le monde savant. Un grand hôpital parisien spécialisé en en pneumologie porte son nom.


René Desfontaines (1750-1833) : Botaniste, né à Tremblay en Ille et Vilaine, il est professeur au Jardin du Roi qui deviendra plus tard Muséum d'Histoire Naturelle. Membre de l'Académie des Sciences, il publie "Flora Atlantica", un ouvrage sur la flore de l'Afrique du Nord et un mémoire sur les monocotylédones où il souligne le lien entre la structure de la graine et le mode de croissance des plantes.


François Roulin (1796-1874) : Né à Rennes, naturaliste et explorateur, bibliothécaire de l'Institut de France.


Pierre-Jean Robiquet (1780-1840) : Né à Rennes, chimiste et pharmacien il découvre des drogues d'origine végétale : narcotine et codéïne dans l'opium et l'asparagine dans l'asperge.


Jacques Binet (1786-1856) : Né à Rennes, mathématicien et astronome, il est l'auteur des célèbres formules de Binet, professeur de mécanique à Polytechnique et d'astronomie au Collège de France.


Alexandre Moreau de Jonnès (1778-1870) : Né près de Saint-Malo, naturaliste et statisticien. Il dirige la statistique générale de France.


Jean-Marie Constant Duhamel (1797-1872) :Né à Saint-Malo, mathématicien. Il est directeur des études à l'Ecole Polytechnique.

 

___________________________________________

 


Quatre Savants de Basse Bretagne


La "Basse-Bretagne" est cette partie bretonnante le la Bretagne qui recouvre le Finistère et l'Ouest des Côtes d'Armor et du Morbihan. Quatre savants de cette partie du territoire figuraient dans l'exposition.


S'ils sont ainsi désignés à part, ce n'est pas que l'auteur de cet article leur attribue une particulière importance, mais que, étant l'auteur d'une des présentations (celle des frères Mazéas), il a été amené à donner une conférence au sujet de ces quatre savants au cours d'un passage de l'exposition à Landerneau.


Ci-dessous, l'essentiel de cette conférence.

 

_____________________________________


Qu'entend-on par "Savants bretons".


Ce sont des hommes nés en Bretagne qui ont fait une partie de leurs études en Bretagne mais qui n'ont pas nécessairement exercé leur activité pendant toute leur vie en Bretagne. Comme pour leurs compatriotes des autres régions, il y a souvent eu un "passage obligé" par Paris. Sur la vingtaine de savants présentés par la Cité des Sciences, trois uniquement sont nés à Paris : Lavoisier, Fourcroy et Bailly. Comme aujourd'hui la science était affaire de provinciaux "montés à Paris".


Cela montre au moins qu'on pouvait acquérir dans les "Provinces" une culture scientifique de base. Il faut reconnaître que, très tôt, Paris a su créer des institutions pour former et retenir une élite scientifique. L'Université de Paris comporte plusieurs collèges qui donnent une grande importance à l'enseignement des sciences, Parmi eux le Collège de Navarre est l'un des plus célèbres.


Il existe également plusieurs écoles qui préparent aux carrières militaires et dont l'enseignement comporte de plus en plus de sciences. Surtout il faut citer l'Académie des Sciences créée en 1666 et qui rassemble l'élite de ce que l'ont peut appeler les premiers scientifiques professionnels.


Pour autant, les Provinces ne sont pas un désert culturel, bien au contraire. D'abord, à un niveau élémentaire, les collèges, en particulier ceux des jésuites, s'intéressent souvent aux sciences. Dans les villes de garnison on trouve des écoles militaires et parfois aussi des Académies qui ont souvent une production de haut niveau capable de rivaliser avec celle de la capitale.


La Bretagne répond à ce schéma.


Pour nous en tenir au Finistère, on trouve des écoles de jésuites, en particulier à Quimper, qui forment surtout des ecclésiastiques et des notaires mais qui doivent aussi former des marins pour la pêche ou le commerce et qui délivrent donc un début d'enseignement maritime.


C'est surtout à Brest qu'on trouve le plus grand nombre d'écoles à caractère scientifique et technique.


La population de lettrés y est déjà importante, constituée de militaires et de commis aux écritures venus de toutes les régions de France. Leurs enfants trouvent sur place :


-         Une école de Dessin.

-         Une école d'hydrographie et de pilotage.

-         Une école de constructions navales.


Toutes ces écoles ont un programme de sciences et de mathématiques de bon niveau.


Pour couronner l'édifice, il faut dire que Brest dispose depuis 1752 d'une Académie de Marine qui joue un rôle notable dans la recherche appliquée. En particulier en constructions navales, en astronomie, en chirurgie. Et qui, surtout, se teint en relation avec le monde scientifique européen.


Aujourd'hui encore, les archives de la bibliothèque de la marine sont une mine pour qui s'intéresse à l'histoire des sciences. On y trouve les publications des académies des sciences de Paris et de Provinces, mais aussi celles de Londres, de Berlin, de Bologne, Saint Petersburg, Turin, Stockholm, Lausanne,  Bruxelles.

 

________________________________


Quatre savants finistériens.


Quatre finistériens illustrent assez bien les différents aspects du "scientifique" tel qu'il apparaît au 18ème siècle.


La mécanique, la Physique, la Chimie, ne sont plus simplement une des branches de la philosophie. Les sciences se sont structurées pour prendre l'aspect que nous leur connaissons aujourd'hui. Sont apparus les scientifiques professionnels : chercheurs, professeurs, ingénieurs. Les quatre finistériens illustrent cette réalité.

 

_________________________________


Alexis-Marie Rochon (1741-1818)


Il naît à Brest le 21 février 1741. Son père est major, c'est-à-dire administrateur militaire, de la ville et du château. Son frère ainé est engagé dans une carrière militaire qu'il finira comme général. On le destine à la carrière ecclésiastique, il est nommé abbé mais ne prononce pas ses vœux car il préfère les sciences.


On n'a pas de détails sur la façon dont il mène ses études mais on sait que sa carrière publique commence à l'âge de 25 avec quatre mémoires qu'il présente à l'Académie des Sciences concernant les instruments optiques et la navigation. A cette époque où le commerce lointain se développe, on a grand besoin d'astronomes et de navigateurs habiles.


L'année suivante, en 1767, on lui propose un embarquement comme astronome sur le navire l'Union qui part pour le Maroc. C'est en quelque sorte un stage pratique.


C'est le voyage qu'il effectue en 1768 qui décide de la suite de sa carrière. L'Ile de France, qui est aujourd'hui l'Ile Maurice, avait été prise aux hollandais depuis un demi siècle. Sur le plan stratégique cette île était un maillon important sur la route des Indes et des épices mais deux problèmes restaient à résoudre.


D'abord un problème de cartographie : les hollandais qui étaient les meilleurs cartographes de marine de l'époque, avaient volontairement falsifié les cartes de cette région afin de décourager la concurrence. Il fallait donc lever des cartes précises.


D'autre part l'administrateur de l'île, qui avait un nom prédestiné puisqu'il s'appelait Poivre,, souhaitait développer la culture des épices sur l'île même et non pas se contenter de les importer. Il fallait donc trouver des plans sur les îles voisines, ce qui était une entreprise périlleuse car les hollandais allaient jusqu'à menacer de peine de mort ceux qui chercheraient à les expédier.


Rochon embarque sur la flute La Normande à partir du port de Port-Louis dans le Morbihan. Sa mission est de corriger les cartes sur la route qui le mène de Port-Louis à l'Ile Maurice. Sur place il effectue de relevés autour de l'île et sur la route de l'Inde puis il visite Madagascar qu'il cartographie et dont il rapporte des plantes utiles à l'Ile Maurice. Au cours de ce voyage, il trouve de très beaux cristaux de quartz qui, nous le verrons, lui seront très utiles par la suite.


Il revient en France en 1770. Sur le chemin du retour il sauve son navire du naufrage grâce aux relevés qu'il a faits à l'aller. Ce qui, naturellement, améliore sa réputation.


En 1771 il se voit à nouveau confier une mission de cartographie autour de l'Ile de France. Cette fois le capitaine du navire est un autre breton devenu célèbre car il s'agit de Kerguelen.


Il faut dire tout de suite que les choses se passent mal entre l'abbé et le capitaine. Kerguelen est en effet un personnage haut en couleurs. C'est avant tout un capitaine corsaire qui est efficac e en temps de guerre mais dont les méthodes de commandement sont discutées. Ses officiers sont même amenés à porter plainte contre lui pour avoir embarqué clandestinement une , ou des, demoiselles dont la présence à bord avait compromis l'expédition. Cet épisode lui vaudra quelques mois de prison.


Quand le bateau arrive à l'Ile de France, Kerguelen et Rochon se sont si bien disputés que Rochon reste à terre et que Kerguelen poursuit seul. Une occasion manquée pour Rochon car Kerguelen, après avoir rempli sa mission sur la route des Indes, pique ensuite vers le sud et découvre les îles qui portent aujourd'hui son nom.


Rochon revient en France en 1773 et il y poursuit son travail d'astronome et d'opticien mais cette fois sur un plan théorique. Il a le poste de bibliothécaire de l'Académie de Marine et de conservateur  des instruments de mesure de la marine et est bien rémunéré pour ce travail.


C'est en 1777 qu'il fait une découverte qui établira sa réputation. En observant les quartz qu'il avait ramenés de Madagascar, il observe que ceux-ci présentent un phénomène déjà connu sous le terme de double réfraction. C'est un phénomène optique qui fait que les images observées à travers de tels corps se dédoublent. Contrairement au spath d'Islande qui présente aussi le phénomène, le quartz est assez dur pour être utilisé en optique. Rochon a l'idée d'utiliser cette propriété pour fabriquer des télémètres. A l'usage, ses appareils se révèlent d'une extrordinaire précision. Napoléon qui aura l'occasion de les utiliser plus tard se montrera enthousiaste et en équipera tout son état-major.


En 1789 Rochon a 48 ans. Il est assez utile pour qu'on le ménage et c'est par ailleurs un membre de la bourgeoisie qui a tout à gagner à la révolution qu'il soutient donc. Ce qui n'empêchera pas Marat de le considérer comme un "paysan parvenu" qui "n'inventera jamais rien mais ale mérite de savoir s'approprier les inventions des autres".


En 1793, sous le Terreur, il collabore de ttrès près avec Jean-Bon Saint André envoyé du Comité de Salut Public à Brest.


-         Il s'occupe à fondre les cloches pour en faire de la monnaie.


-         Il récupère le flint-glas (verre au plomb) des optiques prises aux anglais pour les fondre et perfectionner les optiques françaises.


-         Il s'occupe de la fabrication des poudres.


-         Il invente un procédé de grilles métalliques pour remplacer les vitres de mica, qui étaient importées d'Irlande, sur les lampes.


-         Il travaille aux projets de canaux en Bretagne, en particulier le canal de Nantes à Brest dont le but est de rompre le blocus des ports par les anglais.


Quand la Terreur prend fin il n'est pas inquiété. Il a su s'assurer l'impunité en sauvant quelques têtes et il continuera à être employé par les régimes suivants.


Il meurt en 1817 à l'âge de 76ans après avoir été décoré de la légion d'honneur par Napoléon en personne qui, nous l'avons vu, avait apprécié sa lunette.

 

_______________________________

 

 

 

Jacques Noël Sané ( 1740-1831)

 

 

Il naît à Brest en 1740, il a donc sensiblement le même âge que Rochon. Son père est également une personne instruite, en particulier dans le domaine scientifique car il est pilote-amiral du port de Brest.


Son fils veut se consacrer à la construction navale qui est, depuis quelques années, la branche la plus prestigieuse de la technique. La physique, les mathématiques, ont pris une grande importance dans cette discipline. Le mathématicien Euler a déjà écrit un ouvrage sur la science de la construction navale.


En 1765 un titre d'Ingénieur Constructeur de la Marine est créé. Jusqu'à présent, et depuis Vauban, le grade d'ingénieur n'existait que dans le génie. Après des études menées à Brest et un stage de 10 mois effectué à Paris, Jacques Noël Sané obtient son grade d'ingénieur à l'âge de 24 ans et fait donc partie d'une des premières promotions portant ce titre.


Il se fait la main sur quelques navires de service mais sa carrière commence vraiment en 1782 quand il bénéficie déjà d'une belle expérience.


A cette date, le ministre de la marine décide de normaliser la flotte et lance un concours pour la construction de navires de 74 canons. Jacques Noël Sané l'emporte et tous les navires de  cette classe sont alors construits suivant ses plans.


En 1786 il emporte un nouveau concours pour la construction de navires de 118 canons. Et à nouveau en 1788 pour la construction de navires de 80 canons.


Il ne faut pas croire pour autant qu'il était le seul ingénieur capable de son époque. Il a des compétiteurs sévères, par exemple Coulomb, ingénieur du génie mais aussi très bon mathématicien.


Une partie essentielle de la flotte française sera donc son œuvre. Beaucoup de ces navires seront en service jusqu'au début de la navigation à vapeur.


En 1789 Sané a 49 ans. Comme Rochon, il s'adapte très bien à la situation. Les révolutionnaires ont absolument besoin de  lui pour construire une flotte capable de résister aux anglais. Jean-Bon Saint André le nomme directeur du port et directeur des constructions navales. Grace à la réquisition de milliers de charpentiers et de tonneliers, il réussit à monter une flotte qui saura faire bonne figure face aux anglais. En particulier lors du combat qui oppose Villaret-Joyeuse à l'amiral anglais Howe, dit Dick-le-Noir, au large de Ouessant et qui donne lieu au fameux combat du Vengeur.


L'après révolution se passe également bien pour lui et il poursuit sa carrière jusqu'à l'âge de 77 ans. Un bilan de sa carrière est assez élogieux :


-         63 ans d'activité;

-         150 vaisseaux construits.

-         12 gouvernements servis.

-         43 ministres.


Bonaparte en remerciements de ses services l'a fait baron, La Restauration le fait Chevalier de Saint-Louis et Charles X Grand Officier de la Légion d'Honneur.


Il meurt à Paris en 1831 à l'âge de 91 ans.


Son dernier vaisseau, l'Océan, naviguait encore en 1855.


__________________________________


Deux savants Landernéens : les frères Mazéas.


Après deux brestois, deux landernéens s'illustrent dans cette période : Jean-Mathurin et Guillaume Mazéas. Il sont tous les deux fils d'un notaire prospère exerçant à Landerneau.


Jean-Mathurin Mazéas (1713- 1801)


L'aîné, Jean-Mathurin naît en 1713. Il fait ses études supérieures à Paris, au Collège de Navarre.


Il faut dire ici un mot du Collège de Navarre. Il a été fondé en 1304 par Jeanne de Navarre, épouse de Philippe le Bel dans son hôtel de la rue Saint-André-des-Arts, afin d'y recevoir des étudiants de sa Province. On y accueillait aussi tout enfant de famille modeste ou pauvre issu des autres régions de France.


Au siècle des Lumières ce collège est devenu l'un des meilleurs établissements de l'Université de Paris. C'est là que Louis XV crée en 1752 la première chaire de physique qu'il confie à l'abbé Nollet. Entre autres élèves célèbres de cet établissement on peut citer Condorcet qui parle de ses professeurs avec la plus grande reconnaissance et cite leur enseignement comme un modèle à suivre.


Quand Jean-Mathurin Mazéas y termine ses études il se fait abbé et est nommé enseignant du collège. Ce sera un excellent enseignant, se fixant pour objectif d'armer ses élèves pour la suite de leurs études ou de leur activité professionnelle. Il veut, dit-il, enseigner "l'esprit géométrique" plutôt que la "géométrie". Dans ce but il écrit l'un des premiers cours de mathématiques, ce qui est une pratique récente dans le monde enseignant.


Son livre, "Eléments d'Arithmétique, d'Algèbre et de Géométrie" est considéré  comme l'un des meilleurs livres de son époque, il connaîtra 6 éditions entre 1758 et 1777. nous avons donc, en Jean-Mathurin Mazéas, le prototype d'une "Grande Ecole" parisienne, préfiguration de ce que sera l'enseignement à l'Ecole Polytechnique qui d'ailleurs, après la révolution, aura pour premier locaux le Collège de Navarre.


En 1789 Jean-Mathurin Mazéas a 76 ans, largement l'âge de la retraite. Du jour au lendemain il se trouve sans ressources. Les écoles royales ont été fermées et en tant qu'ecclésiastique il ne peut occuper d'autre emploi. Pour subvenir à ses besoins il vend ses livres et ses meubles. Il est alors recueilli à Pontoise par un ancien domestique et vit sur les économies de ce dernier jusqu'au moment où la bourse est à sec.


Le vieux serviteur a alors le courage de se rendre au ministère de l'intérieur plour plaider la cause de son ancien maître. Il y rencontre d'anciens élèves de Jean-Mathurin Mazéas qui lui font obtenir une pension qu'il touche jusqu'à la fin de sa vie.


On trouve dans les archives de la ville de Landerneau un certificat de résidence délivré au citoyen Mazéas par la section des Sans Culotte de Paris. On y apprend qu'il mesurait 1m74, avait des yeux gris et un menton large. Un bon breton en somme !


Il meurt à Paris en 1801, il a 88 ans.

 

Certificat de résidence de Jean-Mathurin Mazéas

délivré par la section des "Sans Culottes" de Paris.

 

________________________________________

 

Guillaume Mazéas (1720- 1776)


 

Guillaume Mazéas, le cadet, naît en 1720, toujours dans la paroisse de Saint-Houardon à Landerneau. Il rejoint également le Collège de Navarre et devient également abbé.

Il est d'abord employé comme secrétaire, à Rome, à l'ambassade française auprès du Vatican. A cette occasion il s'intéresse aux antiquités romaines et rencontre des savants étrangers ayant les mêmes curiosités que lui. En particulier il devient le correspondant de Stephen Hales, scientifique anglais de grand renom.

En 1751 il est de retour à Paris où il occupe la fonction de bibliothécaire du Duc de Noailles qui est un amateur averti de tout ce qui touche aux sciences. C'est à ce moment qu'il vit la période la plus riche de sa vie scientifique et qu'il est associé à la première expérimentation du paratonnerre imaginé par Franklin.

Ici, disons un mot de Franklin. C'est le dernier enfant d'une famille de 13 enfants qui doit quitter l'école à 10 ans pour aider son père modeste fabricant de chandelles. Il apprend ensuite le métier d'imprimeur avec son frère et peut ainsi assouvir sa passion pour la lecture.

A 40 ans c'est un autodidacte accompli qui anime une société philosophique à Philadelphie. C'est à ce moment qu'il rencontre l'électricité. Un voyageur venu d'Angleterre apporte quelques livres et surtout du matériel de démonstrations électriques. La mode est alors de produire en public les expériences spectaculaires que permet l'électricité. Franklin, qui est d'une extrême habileté, améliore ces expériences et fait de nouvelles observations. Parmi celles-ci, celle du pouvoir des pointes pour décharger un corps électrisé, ce qui l'amène rapidement à imaginer la paratonnerre.

Franklin a un correspondant anglais, Peter Collinson, à qui il fait part de ses expériences. Celui-ci cherche à les faire publier par la "Royal Society" qui est l'Académie des Sciences anglaise. C'est un refus. Les scientifiques anglais ne veulent pas reconnaître comme l'un des leurs cet amateur, qui plus est des colonies d'Amérique.

Peter Collinson persiste et publie les lettres de Franklin à son compte. C'est un succès ! Le livre arrive même en France où il est traduit et tombe entre les mains du naturaliste Buffon. Celui-ci a l'idée de faire réaliser en public les expériences de franklin par son ami Dalibard qui s'est spécialisé dans ce domaine. Nouveau succès ! A tel point que le roi désire assister à ces expériences. Une séance spéciale est donc organisée pour Louis XV chez le Duc de Noailles à laquelle Guillaume Mazéas est impliqué en tant que bibliothécaire.

Enhardi, Dalibard décide de tenter l'expérience du paratonnerre que personne n'a réalisé jusqu'à présent. Elle est faire à Marly le 13 mai 1752. Une perche conductrice est dressée au passage d'un nuage d'orage et reçoit le premier éclair.

 

L'expérience de Marly

 


C'est alors la frénésie, chacun veut tenter l'expérience. Mazéas dresse lui-même une tige à son domicile et fait arriver un film conducteur dans sa chambre pour pouvoir continuer ses observations, même la nuit sans quitter son lit, si un nuage arrive.

 

Capter la foudre "étant au lit"

 

Il a surtout la bonne idée d'informer ses correspondants anglais du succès de l'expérience de franklin et dans le même temps de faire connaître ses propres expériences. Ces lettres auront deux intérêts :

-         d'abord de faire connaître à Franklin et à ses compatriotes le succès de l'expérience sur le tonnerre. Sa lettre est d'ailleurs en bonne place dans les œuvres complètes de Franklin.

-         Ensuite de le faire admettre comme membre à part entière de la Royal Society, ce qui est une promotion inespérée pour un jeune homme de 30 ans.

Plus tard, Franklin qui attendait la construction d'un clocher à Philadelphie pour tenter l'expérience, aura l'idée du cerf-volant, idée également mise en œuvre par de Romas en France.

 


L'expérience de Franklin

 

 


Cette période aura été la plus active de la vie de Mazéas. Il revient en Bretagne en 1759 à 39 ans comme chanoine de la cathédrale de Vannes. Il continue à s'intéresser aux sciences et en particulier aux sujets concernant sa province. Il fait par exemple une étude sur les cendres de goëmons et montre qu'elles peuvent être utilisée pour produire la soude dont on a besoin dans l'industrie du verre et du savon. Il offre ainsi un déboucher intéressant au travail des goëmoniers dont l'activité est déjà importante sur les côtes normandes et bretonnes.

Il ne connaîtra pas la révolution. Il meurt en 1776, il n'a que 55 ans.

 

_______________________________________

 

 

Pour en savoir plus sur le paratonnerre, Franklin et Guillaume Mazéas, voir :

 

Histoire de l'électricité.7. Le paratonnerre.

__________________________________________________

L'exposition consacrée aux Savants bretons sous la révolution a eu une suite sous la forme d'un ouvrage publié aux éditions Ouest-France : La Bretagne des savants et des ingénieurs. 1750-1825. 1991.

 

 

_______________________________________________________________________________________

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

______________________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens