Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 18:41

Dans un texte signé il y a 25 ans par 1.700 chercheurs, les auteurs exhortaient à réagir face à la destruction de l'environnement, craignant que « l'humanité ne pousse les écosystèmes au-delà de leurs capacités à entretenir le tissu de la vie ». Mais la situation s'est encore plus aggravée et devant l'ampleur du phénomène, plus de 15.000 scientifiques ont signé un cri d'alarme sans précédent. Si nous ne réagissons pas, nous allons droit dans le mur, expliquent-ils. Le temps presse.

  • Plus de 15.000 scientifiques, dans tous les domaines, ont signé un appel à réagir face à l’état de la planète.
  • Jamais un article publié dans une revue scientifique n’aura eu autant de signataires.
  • Ils soulignent non seulement l'urgence mais aussi l'importance de réduire le réchauffement climatique et la destruction des espèces vivantes.

En 1992, 1.700 scientifiques, dont près d'une centaine de prix Nobel, lançaient à l'occasion du Sommet de la Terre à Rio, premier du genre, le « World Scientist's Warning to Humanity ». Cet avertissement à l'humanité décrivait la destruction de l'environnement, peu conscientisée à l'époque, et soulignait combien notre espèce est « sur une trajectoire de collision avec le monde naturel », si elle ne réagit pas.

Vingt-cinq ans plus tard, les scientifiques constatent que la situation ne s'est pas améliorée. Au contraire, elle a empiré dans tous les domaines en crise, avec une exception, l'affaiblissement de la couche d'ozone, réduit grâce à une forte mobilisation internationale. Alors 15.364 scientifiques du monde entier (184 pays) ont signé un nouveau cri d'alarme, d'une ampleur sans précédent. Le texte a été publié le 13 novembre dans la revue scientifique BioScience et dans Le Monde (« Il sera bientôt trop tard » titrait en Une lundi le quotidien), alors que se déroule jusqu'au 17 novembre, la COP23, sur le climat, à Bonn.

 

Le péril climatique

Le climat, justement. « Particulièrement troublante est la trajectoire actuelle d'un changement climatique potentiellement catastrophique »écrivent les auteurs dans le « cri d'alarme » de 2017. Le taux de CO2dans l'atmosphère terrestre, nous l'avons vu récemment, n'a jamais été aussi élevé depuis au moins 800.000 ans. Il est désormais au-dessus de 400 ppm contre 280 ppm avant l'ère industrielle.

Et cela ne devrait pas s'améliorer car les émissions de ce gaz à effet de serre lequel, rappelons-le, peut séjourner 100 ans dans l'atmosphère, sont reparties à la hausse après trois années de stabilité selon le nouveau rapport annuel du Global Carbon Project. Elles devraient être de +2 % en 2017 et atteindre un record de 36,8 milliards de tonnes. « Le monde n'a donc pas atteint son pic d'émissions, affirment les auteurs de l'étude qui vient de paraître dans Nature Climate Change, Environmental Research Letters et Earth System Science DataCela montre qu'il faut agir plus fortement. Il faut oublier toute autosatisfaction. »

Courbe des émissions de CO2 dans l’atmosphère terrestre depuis 1990. 2017 s’annonce comme une année record. © Carbon Global Project

Pour Corinne Le Quéré, de l'université britannique d'East Anglia, selon des propos rapportés par l'AFP : « c'est une grande déception. Avec 41 millards de tonnes de CO2 émis estimés pour 2017 [si l'on ajoute ladéforestationNDLR], on risque de manquer de temps pour garder la température sous 2 °C, et a fortiori 1,5 °C ». D'ailleurs, l'objectif très enthousiaste de limiter le réchauffement climatique à +1,5 °C lors des accords de Paris en 2015 semble de plus en plus hors d'atteinte. Cet été, des chercheurs annonçaient même qu'il n'y aurait que 5 % de chances de le limiter à 2 °C.

Le changement climatique provoqué par une hausse des émissions de gaz à effet de serre n'est qu'un des périls qui assombrit l'avenir de l'humanité et bien sûr avec elle, de la vie sur Terre. Affectés désormais par les perturbations créées par le réchauffement global dont nous sommes responsables, les écosystèmes sont aussi violemment impactés par leur destruction frontale par l'Homme depuis plusieurs siècles : déforestation, braconnage, exploitation minière, artificialisation des sols,agriculture intensive et usages massifs de pesticides... Sans oublier les océans et la vie marine. Tous les voyants passent au rouge. « Nous avons déclenché un phénomène d'extinction de masse, le sixième en 540 millions d'années environ, au terme duquel de nombreuses formes de vie pourraient disparaître totalement », déplorent les 15.000 signataires.

Un grand nombre de vertébrés et invertébrés, terrestres et marins, sont en danger d'extinction. Nous avons appris il y a quelques semaines que la population d’insectes volants s'est effondrée de 75 % en 30 ans en Allemagne. Un chiffre que l'on peut élargir à l'Europe où les conditions sont similaires sur de nombreux territoires. Leur perte est non seulement dommageable pour la pollinisation mais aussi pour l'ensemble de lachaîne alimentaire, avec les conséquences que l'on peut craindre.

Interrogé par Le Monde, le biologiste Gilles Bœuf, ancien président duMuséum national d'histoire naturelle, rappelle une évidence : « Labiodiversité, nous en faisons partie : la nature, c'est nous. Nous ne sommes pas à côté d'elle. Dès que l'on admet cela, on comprend que détruire les écosystèmes revient à s'auto-agresser, qu'opposer la protection de la nature d'un côté à la création d'emplois et au court terme économique de l'autre est d'une totale stupidité ».

L’expansion de Shanghai en Chine en 32 ans. À gauche, photo prise le 23 avril 1984. À droite, le 20 juillet 2016. © Nasa images of change

Le problème de la gestion des ressources

Pas plus tard qu'il y a huit jours, le célèbre physicien Stephen Hawkingdéclarait lors d'une conférence que si nous ne faisons rien, la Terre serait inhabitable dans un avenir proche, en proie à une surpopulation, des terres devenues incultivables et un épuisement croissant des ressources naturelles. Il exhortait l'humanité à préparer l’exploration interstellaire.

Depuis la signature du premier appel en 1992, la population mondiale a augmenté de 35 % (nous sommes à présent 7,6 milliards, selon les derniers chiffres des Nations Unies de juin 2017), ce qui n'est pas sansincidences sur les ressources comme l'eau douce. En effet, « le volumed'eau douce disponible par habitant a chuté de moitié » depuis les années 1960.

Tout est une question de gestion des ressources. Dans Le Monde, le démographe Hervé Le Bras rappelle que « si l'ensemble de l'humanité mangeait comme les Français, les ressources de la planète permettraient de nourrir seulement 4 milliards d'humains. A contrario, avec le régime du Bangladesh, ce serait 12 milliards ».

La Terre est notre seul foyer

Enfin, la pression démographique s'exerce sur les milieux naturels, les fragmentant de plus en plus jusqu'à les réduire à peau de chagrin. On le voit en Amazonie ou en Indonésie, exemples les plus connus où les grandes forêts, foyers des plus riches biodiversités de la planète, sont mises en pièce — idem dans les milieux marins avec la destruction notamment des coraux en raison du réchauffement des eaux et de leur acidification — pour des monocultures (huile de palme, soja pour les animaux...), mais c'est aussi le cas dans nos campagnes où la nature laisse la place au béton (environ 236 hectares de perdus par jour en France).

« Nous mettons en péril notre avenir en refusant de modérer notre consommation matérielle intense mais géographiquement et démographiquement inégale, et de prendre conscience que la croissance démographique rapide et continue est l'un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétales. »

Il sera bientôt trop tard !

Pour les chercheurs, nos seules chances de salut passent par un sursautcollectif et aussi individuel : « grâce à un raz-de-marée d'initiatives organisées à la base, il est possible de vaincre n'importe quelle opposition, aussi acharnée soit-elle, et d'obliger les dirigeants politiques à agir », écrivent-ils. Et cela passe aussi par nos comportements individuels « en limitant notre propre reproduction [...] et en diminuant drastiquement notre consommation par tête de combustibles fossiles, de viande et d'autres ressources ».

« Il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l'échec car le temps presse, conclut l'appel de 2017. Nous devons prendre conscience, aussi bien dans nos vies quotidiennes que dans nos institutions gouvernementales, que la Terre, avec toute la vie qu'elle recèle, est notre seul foyer. »

 

 

Le manchot royal, témoin de l’état alarmant de l’écosystème marin  Observés au quotidien par des balises Argos, les manchots sont un bon indicateur des stocks de poissons dans une zone donnée. Obligés de parcourir des distances toujours plus grandes, ils pourraient bientôt disparaître. Le Cnes nous explique pourquoi au cours de cette vidéo. 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 16:51

« Energy Observer », le premier bateau-laboratoire propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables, a pris le large le 26 juin 2017.

Parti de France le 26 juin 2017, le premier bateau propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables, l’Energy Observer, va parcourir les océans pendant six ans. Un tour du monde, en partenariat avec l’UNESCO, en 101 escales dans 50 pays pour sensibiliser les populations et les collectivités locales aux enjeux de la transition énergétique et du développement durable.
Par Virginie Jourdan
 

Présentation au public du bateau « Energy Observer », avant sa mise à l’eau à Saint-Malo (France), en avril 2017. Un projet innovant, en partenariat avec l’UNESCO.

 

 

Naviguer sans émettre ni gaz à effet de serre ni particules fines, en utilisant des énergies renouvelables : c’est le pari d’Energy Observer(link is external), le premier bateau français autonome en énergie. Parti du port de Saint-Malo, en France, le 26 juin 2017, sans une goutte d’énergie fossile à bord, il entame un tour du monde qui durera jusqu’en 2022.

Objectif : tester grandeur nature l’efficacité des énergies solaires et éoliennes, ainsi que la production d’hydrogène à partir d’eau de mer. Mais au-delà de la prouesse technique, Victorien Erussard, l’un des initiateurs du projet, officier de la marine marchande français, et son équipe, veulent rencontrer des créateurs de solutions technologiques innovantes pour « montrer qu’il existe une voie énergétique propre et durable ». Car, pour eux, face au réchauffement climatique et aux défis démographiques et environnementaux du XXIe siècle, l’heure n’est plus au constat mais à l’action. Comment allons-nous nous déplacer, nous nourrir, construire nos maisons, travailler ou nous informer : toutes ces questions doivent être aujourd’hui repensées. « Des solutions innovantes sont développées partout dans le monde. Cette expédition est l’occasion de lever une communauté au-delà des frontières en valorisant et connectant ses solutions entre elles », poursuit Jérôme Delafosse, le chef de l’expédition, scaphandrier professionnel et réalisateur de documentaires sur la nature et la biodiversité.

Le voilier le plus rapide

L’aventure démarre en 2013 lorsque le navigateur Frédéric Dahirel récupère l’un des voiliers les plus rapides de l’histoire de la course au large. En effet, en 1984, celui-ci franchit pour la première fois la barre symbolique des 500 milles en 24 heures. Et en 1994, il permet à sir Peter Blake, grand navigateur néo-zélandais, qui s’était retiré de la course pour se consacrer à des explorations environnementales, d’établir le record du tour du monde.

Le rêve de Frédéric Dahirel ? En faire le premier navire français propulsé à l’électricité d’origine éolienne. Tout un symbole.

En 2015, son compagnon de voile, Victorien Erussard le rejoint. Puis, la rencontre avec le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives(link is external) et le Laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux(link is external) (CEA-Liten), situés en France, donne une nouvelle orientation au projet. Plus technologique, c’est la piste de l’hydrogène, comme source d’énergie, qui est explorée.

Un laboratoire flottant

Pour préparer le bateau, deux ans de travaux sont nécessaires. Deux moteurs électriques viennent remplacer la grand-voile et son foc. Deux éoliennes et des panneaux solaires sont installés sur ses flancs. Au centre, une voile de traction de 20 mètres de large peut être déployée. Deux hydrogénérateurs sont alors actionnés sous la coque. Équipés de turbines, ces derniers profitent de la force hydraulique générée par la navigation et produisent de l’électricité. De quoi répondre aux besoins du moteur, de la vie à bord et aux appareils de guidage et de télécommunications du bateau.  Un laboratoire en forme d’éloge à la lenteur : le bateau avance à 8 ou 10 nœuds au lieu des 30 nœuds lorsqu’il était destiné à la course.

L’hydrogène : une solution d’avenir

La seconde innovation réside dans la production d’hydrogène sans émission de CO2. En France, ce gaz est considéré comme une solution d’avenir pour assurer le stockage de l’électricité verte d’origine éolienne et solaire. Introuvable à l’état pur, il faut le produire. Les chercheurs d’Energy Observer ont opté pour une solution écologique : l’eau de mer. « Aujourd’hui, 95 % de l’hydrogène utilisé dans le monde est fabriqué à partir d’énergie fossile, comme le gaz naturel. C’est très polluant. Nous voulons montrer que l’hydrogène peut être produit de manière “décarbornée” », explique Nicolas Degorce, ingénieur naval qui a participé à la conception du bateau.

Pour créer cette chaîne de production capable de résister aux conditions extrêmes de la navigation, près de 30 chercheurs du CEA-Liten ont planché pendant deux ans. Ils ont été épaulés par des ingénieurs, des experts spécialisés dans les transports, des architectes navals et les nouvelles technologies, mais aussi par des entreprises privées. « Une vingtaine de prototypes a été mise à disposition. C’est une occasion formidable de les sortir des laboratoires pour les étudier et les tester », ajoute Nicolas Degorce.

Dans les cales et sur le pont, 700 capteurs électroniques enregistrent en temps réel le comportement des pièces du puzzle énergétique : éolienne, solaire, hydroélectricité, production d’hydrogène. Avec ces données, les chercheurs tenteront d’en améliorer les performances. Conçu comme un réseau intelligent (Smart grid), ce système combiné d’énergies renouvelables pourrait un jour être utilisé dans les maisons, les usines ou sur les cargos. Il pourrait aussi permettre de lutter contre l’exclusion énergétique des 1,2 milliard de personnes qui vivent encore sans accès à l’électricité dans le monde.

 

 

 

Itinéraire du bateau « Energy Observer », 2017-2023, au départ de Saint-Malo, France.
 

 

Un bateau média pour la planète

Un pari pour l’avenir qui ne s’arrête pas à la seule prouesse technologique. Grâce à Energy Observer, les marins veulent aussi sensibiliser le grand public à la préservation de la biodiversité et aux enjeux immédiats du réchauffement climatique. « Je suis confronté à l’impact de l’activité de l’homme sur la planète depuis 20 ans. Cette expédition est une occasion de montrer la réalité et de rassembler toutes les initiatives positives à travers le monde », affirme Jérôme Delafosse. Son ambition ? Faire d’Energy Observer un véritable média pour la planète : « Nous voulons faire rêver le public pour le sensibiliser, lui faire découvrir le monde tel qu’il ne l’a jamais vu. » Au gré du voyage, une série de huit documentaires sera réalisée pour une chaîne française. Des contenus en 3D et en réalité virtuelle seront également créés, puis diffusés sur Internet ou dans les ports où ils feront escale : des immersions au cœur d’Energy Observer mais aussi des plongées au milieu des cachalots pour mieux connaître leur manière de communiquer entre eux. Avec peut-être un jour la possibilité de montrer tous ces contenus dans les écoles à travers le monde.

L’odyssée promet d’être riche. Au gré de 101 escales dans 50 pays, l’équipage va parcourir des îles qui cherchent l’autonomie énergétique comme celle de El Hierro, dans les Canaries en Espagne, ou des cités exemplaires à l’image de San Francisco qui veut devenir une ville zéro déchets. Une vingtaine d’étapes est planifiée dans des sites du patrimoine mondial et des réserves de biosphère de l’UNESCO d’ici 2022, comme les vasières de la mer des Wadden, aux Pays-Bas, ou l’île de Socotra, au Yémen, qui héberge une biodiversité et quelque 700 espèces uniques au monde. « Nous allons filmer les requins de l’île Cocos au large du Costa Rica, la mer blanche au Nord de la Russie, tous ces trésors peu connus mais qui sont impactés par l’activité de l’homme. Cette expédition est une formidable occasion d’en savoir plus sur notre planète  », s’enthousiasme Jérôme Delafosse. « Nous voulons partager ce savoir grâce aux médias digitaux et aux rencontres que nous organiserons dans les grands ports du monde. »

Poursuivez la lecture : 

UNESCO et le projet Energy Observer

Objectifs de développement durable pour les sciences naturelles

Réseau mondial des réserves de biosphère

Sites du patrimoine mondial

 

Virginie Jourdan

Journaliste indépendante, Virginie Jourdan vit à Rennes, en France. Après avoir longtemps suivi des dossiers relatifs à l’agriculture biologique pour un magazine spécialisé, elle traite dorénavant de sujets en lien avec la révolution numérique et la transition écologique pour des magazines nationaux et régionaux.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 06:56
 

Un texte de Elizabeth Durot-Boucé

 

extrait.

Il existe des liens intéressants entre science et magie. Elles partagent une croyance, celle que ce qui est visible n’est qu’une réalité superficielle et non la vraie réalité sous-jacente. Toutes deux tirent leur origine du besoin fondamental, basique, de trouver un sens à un monde hostile afin de pouvoir le prévoir ou le manipuler.

 

La magie, tout comme la science, apporte des éclairages sur le fonctionnement du cerveau humain. Trouver des points communs entre la science et la magie dépend bien sûr de la manière dont on définit la magie. L’interprétation la plus simple des pratiques magiques est qu’il s’agit de mauvaise science. Mais qui peut vraiment dire ce qu’est la bonne science ? Nombre d’idées innovantes ont attendu des années avant de se voir acceptées par la communauté scientifique. Cela signifie-t-il qu’elles se sont tout à coup transformées, passant de la magie à la science ? Pourquoi croyons-nous en la magie et la sorcellerie ? les certitudes et les prédictions scientifiques ont des limites très réelles et de nouvelles interrogations, des mystères, des énigmes continueront à se poser aussi sûrement que des mystères d’aujourd’hui seront résolus.

 

Magie et religion sont des recours qui opèrent dans des situations de stress émotionnel : moments de crise, blocages dans des processus de recherche, mort, initiation à des mystères, déception amoureuse… Religion et magie offrent des moyens d’échapper à de telles situations. Si la superstition est toujours florissante aujourd’hui, c’est bien parce que de nombreux aspects de l’existence demeurent hors de contrôle. La différence entre la science et la magie se situe au niveau expérimental : la connaissance scientifique conventionnelle s’obtient par un travail pénible, aride, de longue haleine. Les éclairs de génie, les « Euréka ! » sont rares. Cela peut prendre des années pour découvrir quelque chose et en apporter la confirmation à la satisfaction générale.

 

La recherche n’est pas une série d’illuminations nées de la douceur du bain ou d’un moment de repos sous un pommier. C’est un travail opiniâtre, qui n’exclut toutefois pas les chemins de traverse. L’une des caractéristiques de la pensée magique et de la foi religieuse qui les différencie de la science est que aucune découverte ultérieure ne peut venir ébranler la foi ou la croyance de l’adepte, car il trouvera toujours une explication pour étayer sa foi. Quand un charme magique, un sortilège, n’opère pas, la faute en revient au magicien, non au charme lui-même. Les scientifiques aussi peuvent avancer toutes sortes d’explications pour excuser les défaillances d’une théorie fausse. Mais à la différence d’autres systèmes de croyance, le système scientifique se trouve perpétuellement passé au crible de l’expérience. La science finit toujours par abandonner une théorie ou une « vérité » si elle est infirmée par des preuves indiscutables. La science est véritablement le meilleur moyen de comprendre le fonctionnement de l’univers.

 

Même si l’on reprenait le cours de l’histoire et qu’elle suive une autre route, les conclusions de la science seraient les mêmes : l’ADN serait toujours la molécule de l’hérédité, l’hydrogène serait toujours l’élément le plus abondant de l’univers, les étoiles seraient encore alimentées par la fusion nucléaire. Si Newton n’avait pas fait ses découvertes mathématiques, physiques, scientifiques, un autre l’aurait fait. Si Marie Curie n’avait pas existé, on aurait tout de même découvert les éléments radioactifs du radium et du polonium. Mais si J.K. Rowling n’était pas née, nous n’aurions jamais connu Harry Potter. Voilà pourquoi ce personnage a tant de signification : la science est peut-être spéciale, mais Harry Potter, comme œuvre d’art, l’est bien davantage. Il est unique.

 

 

Voir aussi :

 

 

Histoire de la chimie. Des symboles des alchimistes jusqu’aux formules des chimistes.

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 20:36

Le Lancet, prestigieuse revue médiale, évalue pour la deuxième année consécutive les effets sanitaires du réchauffement climatique. L’agriculture est déjà atteinte. Et cela ne devrait pas s’arranger.

Voir sur le journal de l’environnement

Le Lancet a tenu parole. L’an passé, à l’orée de la COP 22 de Marrakech, la revue médicale de référence avait lancé une initiative originale : le Lancet Countdown. En se basant sur les travaux de 24 établissements universitaires internationaux et organisations intergouvernementales (OMS), le journal a quantifié les effets sanitaires des principales conséquences du changement climatique (sécheresses, événements climatiques extrêmes, perturbations des moussons, etc.). Des chiffres que le journal britannique entend mettre à jour tous les ans. C’est chose faite.

Sous sa houlette, climatologues, écologistes, économistes, ingénieurs, experts de l’énergie, de l’agroalimentaire et du transport, géographes, mathématiciens, chercheurs en sciences sociales, politologues, spécialistes de santé publique et médecins ont élaboré une quarantaine d’indicateurs dans 5 domaines : exposition et vulnérabilité au changement climatique ; plans d’adaptation pour la santé ; mesures d’atténuation ; finances et engagement public.

En filigrane, le message adressé aux politiques est clair : si vous n’agissez pas, les changements climatiques à venir ruineront les avancées en termes de santé publique obtenues ces 50 dernières années. A contrario, lutter efficacement contre le réchauffement et ses effets pourrait être « la plus grande opportunité du XXIe siècle en matière de santé à l’échelle mondiale ».

Sans surprise, de très nombreux indicateurs sont au rouge : depuis 2000, ce sont plus de 125 millions de personnes qui subissent des canicules de plus en plus intenses chaque année ; durant la même période, les agriculteurs du monde entier ont vu baisser leur productivité de 5% du fait de la dégradation des conditions climatiques ; à cause du réchauffement, le moustique Aedes aegypti peut transmettre la dengue dans un plus grande nombre de régions.

Des phénomènes anthropiques, comme la pollution de l’air urbain, sont aggravés par le réchauffement. Un réchauffement qui, en réduisant les précipitations dans certaines régions, diminue la capacité de l’agriculture à nourrir et à fixer les populations locales. Estimé à plusieurs dizaines de millions aujourd’hui, le nombre de réfugiés climatiques pourrait flirter avec le milliard d’ici la fin du siècle, pronostique The Lancet. De quoi faire trembler sur leurs fondations bien des Etats fragiles, incapables d’accueillir ces vagues annoncées de migrants.

Les effets du réchauffement sur notre santé ne sont pas une découverte. La question a été posée dès 1990 par les auteurs du premier rapport d’évaluation du Giec[1]. En moyenne, la littérature scientifique s’enrichit d’un article par jour sur le sujet depuis des années. Mais les politiques de santé publique ne suivent pas au même rythme. « Le retard de la réponse au changement climatique ces 25 dernières années a mis en péril la vie humaine et les moyens de subsistance », s’alarment les contributeurs au ‘compte à rebours’ du Lancet.

La revue compte actualiser les données jusqu’en 2030. En attendant, ses experts distillent déjà quelques idées pour améliorer la situation : supprimer les centrales au charbon, encourager l’économie bas carbone, développer les énergies renouvelables, investir dans la recherche, accroître les financements dans les systèmes de santé résilients.

[1] Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 07:57

Thalassa . Reportage - Cap sur l’île de Sein en Bretagne !

Cliquer sur l’image.Retour ligne automatique

« Sein c’est un petit territoire entouré d’eau, exactement comme un bateau ! Nous on veut piloter notre bateau ! »Dernier pêcheur en activité, François Spinec est un peu « l’éminence verte » de l’ile de Sein.Verbe haut et sensibilité à fleur de peau, il dénonce toutes les aberrations qui font le quotidien de sa terre natale. A commencer par l’approvisionnement en énergie : à Sein, comme dans la plupart des îles françaises, l’électricité provient d’une centrale à fioul, procédé extrêmement coûteux et très préjudiciable à l’environnement. Avec d’autres Sénans il a créé I.D.S.E. (Ile De Sein Energies) afin de lancer la transition énergétique déjà réalisée dans d’autres îles européennes (Samsoe au Danemark, Hierro aux Canaries, Eigg en Ecosse).L’idée fait son chemin et, en attendant d’aboutir, François peut rêver d’hydroliennes, d’éoliennes et de toits solaires qui rendront Sein totalement verte et propre...

Un reportage de Antoine Mora et Christian AuxemeryUne production FTV Thalassa

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 08:00

La France est la championne de la consommation de pesticides (insecticides, fongicides et herbicides) en Europe. Ces produits sont pulvérisés et se retrouvent pour l’essentiel dans l’air. Pourtant aucune réglementation n’oblige actuellement à évaluer leur concentration dans l’air ambiant ou ne fixe des seuils limites, et ce malgré leurs effets avérés sur la santé. Or nous savons maintenant que c’est essentiellement par l’air que nous absorbons ces pesticides.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié la liste de 90 molécules pesticides qu’elle préconise de suivre et dont dont la présence est avérée dans l’air des villes et des campagnes françaises. Une première étape dans la (lente) mise en œuvre d’une stratégie de surveillance nationale, alors que la part de l’exposition aérienne, bien qu’avérée, reste une terre inconnue.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 11:35

Par Gérard Borvon

 

 

"Dans ce temps-là, il n'y aura plus dans le monde ni agriculture, ni pâtres, ni laboureurs : le problème de l'existence par la culture du sol aura été supprimé par la chimie ! " (Marcellin Berthelot, 1894)

 

 

 

 

 

Marcellin Berthelot (1827-1907), chimiste et homme d'État  fut ministre de l'Instruction publique, puis des Affaires étran­gères.  Il prononça ce discours au banquet de la Chambre syndicale des Produits chimiques, le 5 avril 1894 (voir page 62).

 

L'historien des Sciences Pierre Thuillier qualifiait Marcellin Berthelot de "pontife du scientisme républicain". Ce discours en est une parfaite illustration. Voir en particulier le passage sur la nourriture en l'an 2000.

 

 

 

Messieurs,

 

Je vous remercie d'avoir bien voulu nous inviter à votre banquet et d'avoir réuni dans ces agapes fraternelles, sous la présidence de l'homme dévoué au bien public qui est assis devant moi, les serviteurs des laboratoires scientifiques, parmi lesquels j'ai l'honneur de compter depuis bientôt un demi-siècle, et les maîtres des usines industrielles, où se crée la richesse nationale. Par là vous avez prétendu affirmer cette alliance indissoluble de la science et de l'industrie, qui caractérise les sociétés modernes. Vous en avez le droit et le devoir plus que personne, car les industries chimiques ne sont pas le fruit spontané de la nature : elles sont issues du travail de l'intelligence humaine.

 

Est-il nécessaire de vous rappeler les progrès accomplis par vous pendant le siècle qui vient de s'écouler ? La fabrication de l'acide sulfurique et de la soude artificielle, le blanchiment et la teinture des étoffes, le sucre de betterave, les alcaloïdes thérapeutiques, le gaz d'éclairage, la dorure et l'argenture, et tant d'autres inventions, dues à nos prédécesseurs ? Sans surfaire notre travail personnel, nous pouvons déclarer que les inventions de l'âge présent ne sont certes pas moindres : l'électrochimie transforme en ce moment la vieille métallurgie et révolutionne ses pratiques séculaires ; les matières explosives sont perfectionnées par les progrès de la thermochimie et apportent à l'art des mines et à celui de la guerre le concours d'énergies toutes-puissantes ; la synthèse organique surtout, oeuvre de notre génération, prodigue ses merveilles dans l'invention des matières colorantes, des parfums, des agents thérapeutiques et antiseptiques.

 

Mais, quelque considérables que soient ces progrès, chacun de nous en entrevoit bien d'autres : l'avenir de la chimie sera, n'en doutez pas, plus grand encore que son passé. Laissez-moi vous dire à cet égard ce que je rêve : il est bon d'aller en avant, par l'acte quand on le peut, mais toujours par la pensée. C'est l'espérance qui pousse l'homme et lui donne l'énergie des grandes actions ; l'impulsion une fois donnée, si on ne réalise pas toujours ce qu'on a prévu, on réalise quelque autre chose, et souvent plus extraordinaire encore : qui aurait osé annoncer, il y a cent ans, la photographie et le téléphone ?

 

Laissez-moi donc vous dire nos rêves : le moment est propice, c'est après boire que l'on fait ses confidences. On a souvent parlé de l'état futur des sociétés humaines ; je veux, à mon tour, les imaginer, telles qu'elles seront en l'an 2000: au point de vue purement chimique, bien entendu ; nous parlons chimie à cette table.

 

Dans ce temps-là, il n'y aura plus dans le monde ni agriculture, ni pâtres, ni laboureurs : le problème de l'existence par la culture du sol aura été supprimé par la chimie ! Il n'y aura plus de mines de charbon de terre, ni d'industries souterraines, ni par conséquent de grèves de mineurs ! Le problème des combustibles aura été supprimé, par le concours de la chimie et de la physique. Il n'y aura plus ni douanes, ni protectionnisme, ni guerres, ni frontières arrosées de sang humain ! La navigation aérienne, avec ses moteurs empruntés aux énergies chimiques, aura relégué ces institutions surannées dans le passé ! Nous serons alors bien prêts de réaliser les rêves du socialisme... pour que l'on réussisse à découvrir une chimie spirituelle, qui change la nature morale de l'homme aussi profondément que notre chimie transforme la nature matérielle !

 

Voilà bien des promesses ; comment les réaliser ? C'est ce que je vais essayer de vous dire.

 

Le problème fondamental de l'industrie consiste à découvrir des sources d'énergie inépuisables et se renouvelant presque sans travail.

 

Déjà nous avons vu la force des bras humains remplacée par celle de la vapeur, c'est-à-dire par l'énergie chimique empruntée à la combustion du charbon ; mais cet agent doit être extrait péniblement du sein de la terre, et la proportion en diminue sans cesse. Il faut trouver mieux. Or le principe de cette invention est facile à concevoir : il faut utiliser la chaleur solaire, il faut utiliser la chaleur centrale de notre globe. Les progrès incessants de la science font naître l'espérance légitime de capter ces sources d'une énergie illimitée. Pour capter la chaleur centrale. par exemple. il suffirait de creuser des puits de 4 à 5 000 mètres de profondeur : ce qui ne surpasse peut-être pas les moyens des ingénieurs actuels, et surtout ceux des ingénieurs de l'avenir. On trouvera là la chaleur, origine de toute vie et de toute industrie. Ainsi l'eau atteindrait au fond de ces puits une température élevée et développerait une pression capable de faire marcher toutes les machines possibles. Sa distillation continue produirait cette eau pure, exempte de microbes, que l'on recherche aujourd'hui à si grands frais, à des fontaines parfois contaminées. A cette profondeur, on posséderait une source d'énergie renouvelée. On aurait donc la force partout présente, sur tous les points du globe, et bien des milliers de siècles s'écouleraient avant qu'elle éprouvât une diminution sensible.

 

Mais revenons à nos moutons, je veux dire à la chimie. Qui dit source d'énergie calorifique ou électrique, dit source d'énergie chimique. Avec une telle source, la fabrication de tous les produits chimiques devient facile, économique, en tout temps, en tout lieu, en tout point de la surface du globe.

 

C'est là que nous trouverons la solution économique du plus grand problème peut-être qui relève de la chimie, celui de la fabrication des produits alimentaires. En principe, il est déjà résolu : la synthèse des graisses et des huiles est réalisée depuis quarante ans, celle des sucres et des hydrates de carbone s'accomplit de nos jours, et la synthèse des corps azotés n'est pas loin de nous. Ainsi le problème des aliments, ne l'oublions pas, est un problème chimique. Le jour où l'énergie sera obtenue économiquement, on ne tardera guère à fabriquer des aliments de toutes pièces. avec le carbone emprunté à l'acide carbonique, avec l'hydrogène pris à l'eau, avec l'azote et l'oxygène tirés de l'atmosphère.

 

Ce que les végétaux ont fait jusqu'à présent, à l'aide de l'énergie empruntée à l'univers ambiant, nous l'accomplissons et nous l'accomplirons bien mieux, d'une façon plus étendue et plus parfaite que ne le fait la nature : car telle est la puissance de la synthèse chimique.

 

Un jour viendra où chacun emportera pour se nourrir sa petite tablette azotée, sa petite motte de matière grasse, son petit morceau de fécule ou de sucre, son petit flacon d'épices aromatiques, accommodés à son goût personnel ; tout cela fabriqué économiquement et en quantités inépuisables par nos usines ; tout cela indépendant des saisons irrégulières, de la pluie, ou de la sécheresse, de la chaleur qui dessèche les plantes, ou de la gelée qui détruit l'espoir de la fructification ; tout cela enfin exempt de ces microbes pathogènes, origine des épidémies et ennemis de la vie humaine.

 

Ce jour-là, la chimie aura accompli dans le monde une révolution radicale, dont personne ne peut calculer la portée ; il n'y aura plus ni champs couverts de moissons, ni vignobles, ni prairies remplies de bestiaux. L'homme gagnera en douceur et en moralité, parce qu'il cessera de vivre par le carnage et la destruction des créatures vivantes. Il n'y aura plus de distinction entre les régions fertiles et les régions stériles. Peut-être même que les déserts de sable deviendront le séjour de prédilection des civilisations humaines, parce qu'ils seront plus salubres que ces alluvions empestées et ces plaines marécageuses, engraissées de putréfaction, qui sont aujourd'hui les sièges de notre agriculture.

 

Dans cet empire universel de la force chimique, ne croyez pas que l'art, la beauté, le charme de la vie humaine soient destinés à disparaître. Si la surface terrestre cesse d'être utilisée, comme aujourd'hui, et disons-le tout bas, défigurée, par les travaux géométriques de l'agriculteur, elle se recouvrira alors de verdure, de bois, de fleurs ; la terre deviendra un vaste jardin, arrosé par l'effusion des eaux souterraines, et où la race humaine vivra dans l'abondance et dans la joie du légendaire âge d'or.

 

Gardez-vous cependant de penser qu'elle vivra dans la paresse et la corruption morale. Le travail fait partie du bonheur : qui le sait mieux que les chimistes ici présents ? Or, il a été dit dans le livre de la Sagesse : « Qui accroît la science accroît le travail. » Dans le futur âge d'or, chacun travaillera plus que jamais. Or, l'homme qui travaille est bon, le travail est la source de toute vertu. Dans ce monde renouvelé, chacun travaillera avec zèle, parce qu'il jouira du fruit de son travail ; chacun trouvera dans cette rémunération légitime et intégrale, les moyens pour pousser au plus haut point son développement intellectuel, moral et esthétique.

 

Messieurs, que ces rêves ou d'autres s'accomplissent, il sera toujours vrai de dire que le bonheur s'acquiert par l'action, et dans l'action poussée à sa plus haute intensité par le règne de la science.

 

Telle est mon espérance, qui triomphe du monde, suivant le vieux mot chrétien ; tel est notre idéal à tous ! C'est celui de la Chambre syndicale des Produits chimiques. Je bois au travail, à la justice et au bonheur de l'humanité !

 

MARCELLIN BERTHELOT

__________________________________________________________________

 

"Un jour viendra où chacun emportera pour se nourrir sa petite tablette azotée, sa petite motte de matière grasse, son petit morceau de fécule ou de sucre, son petit flacon d'épices aromatiques, accommodés à son goût personnel ; tout cela fabriqué économiquement et en quantités inépuisables par nos usines..." (Marcellin Berthelot)

 

 

 

 

Ci dessous la réponse de Robida.

 

Se nourrir en 2000, par Robida

 

 

 

Et en l'an 2000 ?

 

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 08:52

La revue La Nature de 1917 est essentiellement consacrée à la guerre. Témoin cet article :

 

 

Un lecteur indigné a ajouté ce commentaire :

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 18:56

 

Le printemps a parfois d'étranges couleurs. Une photo publiée par une association agréée de protection de l'environnement du Finistère montre un champ dont le couvert végétal est d'un orange éclatant. La légende qui l'accompagne précise que cette photo n'a pas été prise pendant la canicule de l'été 2003 mais dans un mois d'avril bien arrosé.


 

Pourquoi cette couleur ?


 

Ce champ a la particularité d’être situé à proximité des sources de l'Élorn, la rivière qui alimente l’agglomération brestoise en eau potable ainsi que la majorité de la population du Nord-Finistère (300.000 habitants). Directive Cadre Européenne oblige, dans cette région en excédent structurel de nitrates dans les rivières, les exploitants agricoles doivent semer un couvert végétal pendant l’hiver pour capter les excédents de nitrates présents dans leur sol.


 

Au printemps ce couvert doit laisser la place au maïs qui bientôt absorbera les mètres cubes de lisier accumulés pendant l’hiver et qui déborde des fosses. Il faut donc le détruire. Comment ? Par un moyen mécanique respectueux de l’environnement ? Ce serait trop demander. Place au Roundope* qui vous nettoie tout cela en un seul passage et tant pis pour la pollution de l’air et de l’eau.


 

D’où ces couleurs lumineuses des champs de Bretagne en ce beau printemps.


 

*Note : Les militants locaux ont pris l'habitude de désigner par "Roundope" toute espèce de mélange à base de glyphosate utilisé comme désherbant. Toute ressemblance avec une marque connue, ajoutent-ils, ne serait pas totalement fortuite.


 

La folie du Roundope, dont le glyphosate est le produit actif, a été contagieuse. Ce sont les services de l'équipement qui en aspergeaient les bords des routes. Ce sont les employés communaux qui le pulvérisaient sur les trottoirs, y compris au ras des cours de récréation et des aires de jeu. Il a fallu la pression persistance des associations de protection de l'environnement pour que la pratique régresse. Grâce à leur action, les mêmes qui hier arrosaient copieusement leurs espaces publics de désherbants divers, affichent aujourd'hui des panneaux dont le décor, agrémenté de fleurs, d'abeilles et de papillons, fait savoir au visiteur que les pesticides sont désormais bannis de leur commune.


 

Mais les dealers de dope glyphosatée ne renoncent pas si facilement.


 

Le Roundope ça suffit !


 

Ce jour d'avril 2008, de nombreux lecteurs matinaux de leur quotidien préféré, ont eu du mal à avaler leur première tasse de café : sur une demi page ils pouvaient découvrir un placard publicitaire de la société Monsanto en faveur de son produit phare, le Roundup. Celui-ci avait clairement pour cible les "jardiniers du dimanche".

 


 

Le placard publicitaire annonçait d'entrée la couleur : "Encore un week-end perdu a arracher les mauvaises herbes. Il suffit d'oublier un fragment de racine pour devoir tout recommencer. Et si vous demandiez un coup de main à Roundup, le complice de votre tranquillité ? "


 

L'opération était habile et le vocabulaire bien choisi : faire de chaque amateur de jardinage un "complice". Ceci à condition qu'aucun d'entre-eux n'ait la curiosité de lire l'étiquette du produit sur laquelle il lui est recommandé :


 

  • de ne pas pulvériser quand il y a du vent.

  • de ne pas traiter par temps de pluie.

  • de ne pas traiter en plein hiver ni par temps très sec.

  • de ne pas traiter par grande chaleur.

  • de ne pas traiter à moins de 5 mètres d'un point d'eau ou de bouches d'eau pluviale ou d'eaux usées.

  • d'éloigner les enfants et les animaux domestiques de la zone traitée pendant environ 6 heures.

  • de porter une tenue recouvrant intégralement le corps avec gants et bottes.

  • de rincer trois fois son matériel après application sans faire de rejet dans les eaux usées.


 

Résumons : ne pas utiliser quand il pleut ou quand il fait sec, quand il fait chaud ou quand il fait froid. Ne pas oublier les gants, les bottes, le masque, la tenue de cosmonaute. Séquestrer les enfants et les animaux. Bref, quel est le jardinier, sachant lire une notice et soucieux de sa santé, de celle de ses proches et surtout de sa "tranquillité" pendant le week-end, qui pourrait avoir envie d'utiliser un tel produit !


 

Parmi les lecteurs de ce pavé publicitaire, les plus scandalisés étaient certainement les militants de l’association "Eau et Rivières de Bretagne" qui s'étaient fortement engagés dans la lutte contre les publicités mensongères des marchands de phytotoxiques. Pour ces militants la nouvelle publicité de Monsanto, producteur du Roundup, constituait une incroyable provocation.


 

En juillet 2001, l'association avait porté plainte pour publicité mensongère, à l’encontre des dirigeants de la société : dans plusieurs campagnes publicitaires télévisuelles ainsi que sur les emballages de ses produits, Monsanto affirmait que le Roundup était « 100 % biodégradable, respectait l’environnement, et était sans danger pour l’homme » ! Un procès-verbal d'infraction avait été dressé par la Direction de la Concurrence et de la Consommation.

 


 

Aux États-Unis, dès 1996, Monsanto avait dû abandonner cette publicité à la suite d’une procédure judiciaire engagée par le procureur général de l’État de New-York. Cette publicité avait, hélas, eu le temps d'atteindre son objectif et permis le développement des ventes du désherbant qui représentaient alors environ 60 % du marché.


 

En France, l'affaire était traitée par le tribunal correctionnel de Lyon. Le 26 janvier 2007, il condamnait, deux responsables des sociétés Monsanto et Scotts France, pour publicité mensongère sur les pesticides de la marque commerciale "Roundup". En plus de l'amende 15 000 euros, les deux sociétés étaient condamnées à verser des dommages et intérêts aux deux associations, Eau & Rivières de Bretagne et CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie), qui s’étaient constituées partie civile.


Monsanto ayant fait appel de cette décision, le jugement définitif, n'était pas encore rendu au moment où passait cette publicité qui, cette fois, se gardait bien de déclarer que le Roundup "protégeait" l'environnement. Seul, sous forme de provocation, un gentil "toutou" à l'angle du placard publicitaire rappelait la précédente campagne dans laquelle l'animal était sensé traiter au Roundup la plante qui avait poussé au dessus de l'os qu'il convoitait.


 

La sanction était finalement confirmée par un arrêt du 9 octobre 2009 de la chambre criminelle de la cour de cassation. Selon les magistrats, le mensonge publicitaire résultait d’une "présentation qui élude le danger potentiel du produit par l’utilisation de mots rassurants et induit le consommateur en erreur en diminuant le souci de précaution et de prévention qui devraient normalement l’inciter à une consommation prudente". L'affaire était donc entendue, grâce à l'action des associations, le Roundup ne pourrait plus se présenter comme inoffensif et de surcroît "biodégradable".


 

Côté scientifiques, d'autres "lanceurs d'alerte" avaient pris le relais.


 

Dangereux le Roundope ?


 

On connaît le combat du biologiste Gilles-Eric Séralini pour faire connaître ses travaux et ceux de son équipe sur la nocivité du Roundup. Dans leur première étude, publiée en 2007, les biologistes ont voulu voir quels étaient les effets du pesticide sur des cellules embryonnaires mises en culture. Ils constataient que, même à des doses considérées comme non toxiques, le produit empêchait la formation d’hormones sexuelles essentielles au bon développement du fœtus, de ses os et de son sexe. On connaît les pressions et interventions multiples pour combattre et dénaturer les résultats obtenus et la ténacité du chercheur à défendre sa méthode et à exiger que les études réalisées par les industriels pour la mise en marché du produit soient rendues publiques.


 

D'autres chercheurs, agissant par d'autres voies, avaient eux-mêmes trouvé des résultats analogues.


 

 

Fin juin 2007, le titre d'un article du journal Le Télégramme, diffusé en Bretagne, ne pouvait qu'attirer le regard : "Santé, Un herbicide hautement cancérigène". Le professeur Robert Bellé de la station biologique de Roscoff rendait compte des travaux qu'il menait avec son équipe sur des cellules d'oursins. Pourquoi l'oursin ? Les travaux menés à Roscoff, comme d'autres ailleurs, ont démontré que le génome de l'oursin est très proche de celui de l'homme. L’oursin, dont la femelle pond des millions d’œufs, est un modèle idéal d’étude de la fécondation et du développement embryonnaire. Les chercheurs l'utilisent donc comme matériau d'expérience. L'article évoque prudemment "l'herbicide le plus répandu en Occident". Chacun aura reconnu le Roundope.


 

Conclusion ? "Ce produit est cancérigène parce qu’il engendre un dysfonctionnement du point de surveillance de l’ADN. Le composant actif qu’il contient, dénommé glyphosate, n’est pas le seul élément toxique de cet herbicide. Ce sont les produits de formulation l’accompagnant qui rendent l’ensemble particulièrement dangereux pour la santé. Pour être efficace, le glyphosate doit pénétrer dans les cellules des plantes. L’herbicide, dont nous parlons, est composé d’une formule qui le permet, affectant l’ADN par la même occasion".


 

L'Association "Santé Environnement France" qui regroupe près de 2500 médecins donne la liste de 10 adjuvants de formulations de pesticides à base de glyphosate. Dans la liste de leurs effets toxiques, on note : réactions allergiques, dommages génétiques, problèmes thyroïdiens, réduction de la fertilité, tumeurs de la peau, cancers...


 

Des cancers ? Quels cancers ?


 

"Dès qu’elles seront possibles, les études épidémiologiques permettront de démontrer l’incidence de ce produit sur les différents types de cancer." affirmait l'équipe du Docteur Bellé "En particulier sur les cancers des voies respiratoires puisque le produit pulvérisé contient la formulation à des concentrations très supérieures (500 à 2.500 fois plus) à celles qui engendrent le dysfonctionnement du point de surveillance de l’ADN."


 

Ainsi le propos nous ramène à la pollution de l'air par les pesticides.


 

Ce Roundope que l'on respire.


 

Les publications françaises sont peu nombreuses concernant la présence des pesticides dans l'air. Le glyphosate, pourtant "l'herbicide le plus répandu en Occident", et son produit de dégradation tout aussi nocif, l'AMPA, sont particulièrement absents des quelques rares études qui ont été réalisées. La puissance du groupe Monsanto qui produit le Roundup y serait-elle pour quelque chose ?


 

Aux USA, une étude menée dans l'état du Mississippi, montrait que le glyphosate, largement utilisé sur les cultures OGM, se retrouvait dans 86% des échantillons d'air et dans 77% de ceux d'eau de pluie recueillis. En Europe l'association des "Amis de la Terre" fait état de tests menés dans 17 pays européens sur des prélèvements d'urine. Ils montrent que 43,9 % des échantillons contiennent des traces de ce produit chimique. Preuve d'une pollution généralisée : tous les volontaires qui ont donné ces échantillons vivent en ville et aucun d'entre eux n'a utilisé, ni manipulé de produits à base de glyphosate dans la période précédent les tests.

 

En dehors de son aspect cancérigène, le glyphosate, comme la plupart des pesticides, est soupçonné de perturber le système endocrinien, ce qui peut avoir des conséquences irréversibles à certaines phases du développement de l'enfant pendant et après la grossesse. Mais il faut franchir l'Atlantique pour en avoir quelques échos. Les Amis de la Terre rapportent que dans les secteurs d'Amérique du Sud où est cultivé le soja transgénique arrosé au glyphosate, le nombre de malformations congénitales a augmenté. Au Paraguay on constatait que les femmes qui vivent à moins d'un kilomètre des champs sur lesquels le pesticide est épandu, ont plus de deux fois plus de risques d'avoir des bébés mal-formés. En Équateur et en Colombie, où des herbicides à base de glyphosate ont été utilisés pour contrôler la production de cocaïne, il y avait un taux plus élevé d'altérations génétiques et de fausses-couches durant la saison d'épandage. Retour en France. Des études analogues sont faites, en Bretagne, sur l'effet de la contamination par un herbicide, sur des femmes enceintes et sur les enfants qu'elles mettent au monde. Mais, hélas, cet herbicide n'est pas le glyphosate. Ces études portent sur l'atrazine, un pesticide actuellement interdit et que le Roundup a remplacé. N'aurait-il pas été plus utile d'étudier la contamination par le pesticide aujourd'hui le plus utilisé et dont on sait déjà qu'il pollue l'air, les sols, les rivières, les nappes souterraines et les baies côtières. Mais veut-on vraiment savoir ?

 

Enfin le réveil ?

 

Le 20 mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) basée à Lyon, spécialisée dans le cancer qui a étudié l’ensemble de recherches scientifiques menées sur les effets de cette substance, a estimé qu'il existe suffisamment de preuves pour définir le glyphosate cancérogène chez les animaux. En laboratoire, des modifications chromosomiques ont été constatées, ainsi que des tumeurs au pancréas, aux reins et un risque accru de cancer de la peau. Réaction en France ? Allait-on enfin interdire ce produit comme on a interdit l'atrazine, le lindane ? "La France doit être à l'offensive sur l'arrêt des pesticides" déclarait La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. Offensive ? Pas un mot sur l'usage agricole mais, fidèle à sa technique des effets d'annonce intempestifs suivis d'une retraite immédiate, elle faisait savoir que, à compter du premier janvier 2018, l'accès aux produits phytosanitaires "pour les jardiniers amateurs" ne pourra se faire que "par l'intermédiaire d'un vendeur certifié". Pas d'interdiction donc, ni dans les champs ni dans les jardins, mais trois ans accordés pour faire ses provisions en libre-service, trois ans pour oublier les propos de la ministre et trois ans pour permettre à Monsanto d'organiser sa riposte. Ce que l'entreprise à entrepris immédiatement.

 

Prudent, le CIRC s'était contenté de classer le glyphosate comme cancérogène "probable" sur l'homme. Cependant les preuves existent, et les études de Séralini , de Bellé et d'autres chercheurs en Suède, aux USA et au Canada l'ont montré, qu’il accroît fortement le risque de développer certains types de cancer.


 

Refusant d'attendre que le constat de milliers de morts par cancer amène le classement en "cancérogène certain" du glyphosate, plusieurs organisations, et entre autres la ligue contre le cancer, ont demandé l'interdiction de ce pesticide. On a attendu de constater les effets de l'atrazine sur les femmes enceintes et leurs enfants pour l'interdire. Le même laxisme concernant le glyphosate serait criminel.

 
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 07:12

ENS Eduscol

Extraits

Afin d'illustrer l'originalité et l'intérêt de cet ouvrage, nous vous proposons le sommaire et l'extrait"Lavoisier : de l’offensive antiphlogistique
aux trois états de la matière"
 en pdf :

Sommaire & Lavoisier : de l’offensive antiphlogistique aux trois états de la matière

 

_____________________________________________________________________________________

 

Le Télégramme

Pourquoi une histoire de l'oxygène? 
La chimie est une science très ancienne. Écrire son histoire, c'est très compliqué et ça a déjà été fait. Je me suis donc intéressé à l'oxygène, dont la découverte a annoncé l'avènement de la chimie moderne. Lorsque Lavoisier nomme pour la première fois l'oxygène et l'intègre à sa nomenclature, en1787, c'est un moment de rupture dans l'histoire de la chimie. Car, cette découverte met à mal deux traditions qui jusque-là avaient le monopole. Il y avait d'abord la tradition grecque des quatre éléments: l'eau, l'air, la terre et le feu. Or,Lavoisier met en évidence la notion de gaz et montre que l'air que l'on respire est un mélange de plusieurs gaz.

____________________________________________________________________________________

Nord Littoral

Ça nous fait de l’air !

La formule chimique O2 fait désormais partie de notre langage courant, mais sait-on vraiment ce qu’elle signifie ? Ce livre de l’enseignant Gérard Borvon nous en dit plus à son sujet. Il suit le parcours de l’oxygène, depuis les grimoires des alchimistes jusqu’aux laboratoires des chimistes, avant qu’il n’investisse notre environnement quotidien.

__________________________________________________________________________

Comité de lecture médiathèque Arcueil.

http://www.mediatheque-arcueil.fr/c...

Histoire de l’oxygène de l’a chimie à la chimie - Gérard Borvon, VuibertRetour ligne automatique

Un documentaire facile à lire. Il parle d’oxygène et de chimie pour comprendre la nature et les propriétés de la matière. L’histoire de la chimie débute avec la découverte du feu qui est la première source d’énergie. On trouve les trois piliers de la chimie : la chimie organique, la chimie minérale et la biochimie. L’oxygène c’est la vie on ne peut s’en passer. Grâce à la chimie on a trouvé les quatre éléments le Feu, Air, Eau, et la Terre.

On trouve aussi les formules comme (H2O hydrogène oxygène) et CO2 (gaz carbonique). Ces quatre éléments représentent en moyenne 96% de la masse d’un corps humain. D’abord vient l’oxygène à 65% c’est dire son importance dans notre existence. Il est suivi du carbone à 18,5% de l’hydrogène à 9,5%et les minéraux ne représentent que 3,5% de la masse. Grâce à la chimie on a découvre L’ADN, ARN et les acides nucléaires. On trouve que Le mot alchimie qui vient de l’arabe :الكيمياء , al-kīmiyā. Ce livre est important pour connaitre le rôle d’oxygène dans notre santé, aussi pour savoir quelle est la relation entre l’oxygène et la chimie. On trouve le grand homme de la chimie comme, Antoine Lavoisier père de la chimie moderne, Jabir ibn Hayyan , Aboubakr Mohammed Ibne Zakariya Al razi , Aristo qui fut un grande philosophie aussi. On trouve la naissance de l’alchimie qu’est nait à Alexandrie vers le IX siècle avant J-C. La chimie est parfois appelée la science centrale car elle se connecte avec la physique qui est aussi une science naturelle, ainsi que l’astronomie, la géologie, la biologie et la mathématique.

Youssouf Oumouri

__________________________________________________________________________

Bibliothèque municipale de Lyon

Gérard Borvon propose avec cet ouvrage une approche assez différente de ce qui se fait traditionnellement en histoire des sciences, très portée sur les personnes, et se penche directement sur l’objet étudié plutôt que sur l’étudiant ou sur l’étude. L’oxygène est évoqué tous les jours, à mots couverts, quand on évoque les problèmes de l’eau (H2O) ou de la pollution de l’air (CO2), mais aussi quand on parle de vie ou de liberté, le grand bol d’oxygène nous dégage les bronches et est devenu un symbole non plus seulement chimique mais qui s’est diffusé dans toutes les couches et tous les aspects de nos cultures. Un livre clair, écrit avec une certaine légèreté, et qui remonte au IIIe siècle avant JC et Empédocle ou Platon pour arriver à Jean-Michel Jarre en passant par les creusets des alchimistes, Lavoisier ou Mendeleïev. Une multitude de récits particuliers qui s’entrecroisent pour donner une image pleinement culturelle d’un élément qui n’est jamais resté confiné dans les laboratoires.

_____________________________________________________________________________________

Voir sur : Le choix des bibliothécaires.

1) Qui êtes-vous ?

J’ai été enseignant en sciences physique-chimie en lycée et formateur en histoire des sciences à l’Institut de formation des maîtres (IUFM) de Bretagne. Je suis l’auteur d’articles et d’ouvrages visant à diffuser la culture scientifique dont cette "Histoire de l’Oxygène, de l’alchimie à la chimie" et une "Histoire de l’électricité, de l’ambre à l’électron" chez Vuibert.

2) Quel est le thème central de ce livre ?

A une époque où les formules chimiques, O2, H2O, CO2... se sont échappées des traités de chimie et des livres scolaires pour se mêler au vocabulaire de notre quotidien, présenter une histoire de l’oxygène, foisonnante de récits qui, depuis l’antiquité grecque en passant par les alchimistes et les premiers chimistes, se côtoient, s’opposent et se mêlent. Au travers du personnage central de l’oxygène, comme fil conducteur, tracer l’histoire d’une chimie qui n’est pas seulement affaire de laboratoires et d’industrie, mais élément à part entière de la culture humaine.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?

"Le mot doit faire naître l’idée", déclarait Lavoisier. Incontestablement le mot "oxygène" fait naître des idées.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?

"Donnez-moi de l’Oxygène", la chanson de Diane Dufresne mais aussi naturellement "Oxygène" de Jean-Michel Jarre.

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?

La conviction que les scientifiques des époques passées nous ont transmis, à travers leur parcours humain, le contenu et le style de leurs écrits, une culture dont l’influence dans notre inconscient est bien plus forte qu’on l’imagine parfois et qui est, comme la littérature, l’art, la musique... une part entière de la culture humaine.

_____________________________________________________________________________________

 

L’actualité Chimique revue de la Société Chimique de France

Le commentaire commence bien :

"D’une érudition de bon aloi, cet ouvrage nous entraîne dans l’aventure de l’invention de la science et de l’esprit scientifique depuis Empédocle et en compagnie des grands alchimistes, en prenant l’histoire de l’oxygène comme fil conducteur. De nombreuses citations et gravures originales agrémentent cette étude qui a le mérite d’éclairer des connaissances souvent peu ou mal traitées. Les apports respectifs, liés à leur personnalité et leur environnement, de Priestley, Scheele et Lavoisier, sont plus subtilement analysés qu’à l’ordinaire (quoique le rôle de Madame Lavoisier soit, bien sûr, escamoté !). On apprécie, par exemple, qu’il soit précisé que la charge de fermier général ait été sollicitée par Lavoisier, non par cupidité, mais pour installer et alimenter un laboratoire « moderne ».

La discussion sur l’importance du langage dans l’émergence et le développement de la science est particulièrement pertinente et dépasse largement la question de la chimie. Celle de la paternité d’une découverte, ouvrant sur celle de la brevetabilité, concept actuellement fort débattu, aurait pu être illustrée par l’intéressante pièce de théâtre de Carl Djerassi et Roald Hoffmann, Oxygène. Il est dommage que Georges Claude et l’importance des gaz dans l’industrie contemporaine soient oubliés, et on aurait aimé que la métallurgie ne soit pas considérée comme la seule industrie ayant changé le monde ; le verre, la faïence l’ont fait tout autant."

Mais attendons la suite :

"Après avoir justement rappelé (p. 201) que l’oxygène a été le premier polluant produit par l’activité du vivant (et tout en reconnaissant qu’on lui doit d’être !), Gérard Borvon exécute en quelques phrases sans appel « l’industrie chimique et son activisme auprès des pouvoirs publics pour contrer toute tentative visant à limiter l’impact de ses produits sur l’environnement et la santé. » Il fait l’impasse sur tout ce que la chimie a apporté comme amélioration dans notre vie quotidienne, son apport à l’augmentation remarquable de notre longévité, et balaie d’un revers de plume l’initiative « Responsible care » (en France « Engagement de progrès »), antérieure à l’action autoritaire REACH. Par contre, il ne manque pas de l’accuser du scandale, réel, du Médiator, alors que le trou d’ozone et les pluies acides, certes moins médiatiques ces derniers temps, auraient peut-être été plus illustratifs du sujet traité ! Et pourquoi ne pas invoquer la mortalité routière (l’automobile est pleine de chimie !), l’agriculture et l’alimentation, etc. comme si la Nature avait attendu l’Homme pour produire poisons et venins ! Pour paraphraser Esope, et n’en déplaise à certains, la chimie comme la langue est la meilleure et la pire des choses, et les nuisances, diffuses ou non, sont de la responsabilité de chacun et non d’une divinité maléfique, fût-elle la chimie.

Pour terminer sur une note aimable, et puisque l’auteur ne rechigne pas à convoquer littérature et musique avec Jean-Michel Jarre par exemple, pourquoi ne pas avoir fait référence à Jules Verne et à son roman, mis en opéra par Offenbach, Docteur Ox, dans lequel avec son assistant Ygène il s’interroge : « La vertu, le courage, le talent, l’esprit, l’imagination… ne seraient-ils qu’une question d’oxygène ? ». Voilà qui aurait été moins polémique, mais bien intéressant à noter !

R. Agnès Jacquesy"

Commentaire de l’auteur :

Je dois reconnaître à R. Agnès Jacquesy une lecture attentive mais aussi quelque peu sélective.

Sa conclusion, qu’elle reconnaît sévère car elle souhaite, dit-elle, terminer par une "note aimable", pose le problème du lien entre l’activité scientifique et son application industrielle.

L’industrie chimique est la première à regretter son déficit d’image, faut-il entraîner toute la chimie et l’ensemble des chimistes dans ce désamour ? Ou faut-il, comme j’ai tenté de le faire, présenter une chimie qui ne soit pas seulement "affaire de laboratoires et d’industrie, mais élément à part entière de la culture humaine" ?

Est-ce vraiment "exécuter" l’industrie chimique que de signaler les efforts de ses représentants pour s’opposer à des normes qui limiteraient l’impact de ses produits sur l’environnement et la santé humaine ?

Ai-je vraiment ignoré "les pesticides largement répandus et dont on connaît aujourd’hui les effets dévastateurs sur l’environnement et la santé humaine, les sacs plastiques qui s’accumulent en ilots flottants dans les océans et étouffent dauphins ou tortues Luth, les boues toxiques déversées dans les décharges africaines, les composants de l’électronique dont on se débarrasse dans les pays de l’Afrique et de l’Asie et qui empoisonnent les enfants qui les brûlent pour en extraire les métaux" (p 206)

Merci à R. Agnès Jacquesy pour son rappel de Jules Verne et de son docteur Ox. Mais l’image de ce "savant fou" et de son oxygène provoquant l’agressivité ne serait-elle pas elle-même jugée trop "agressive" par les représentants de l’industrie chimique ?

Quant à Georges Claude, faudra-t-il dissimuler, pour ne pas "exécuter" l’industrie chimique française, que l’homme de l’Air Liquide est aussi le propagandiste d’extrême droite condamné en 1945 pour fait de collaboration avec l’occupant ?

 

_____________________________________________________________________________________

Lu sur ATHENA

 

Athena - Revue - Portail de la Recherche et des Technologies en Wallonie

L’ histoire de l’oxygène est celle de l’élément le plus répandu sur Terre. Rappelons qu’il représente 47,3% de sa masse ! L’azote est l’autre constituant principal du mélange gazeux qu’est l’air. Mais contrairement à l’azote, l’oxygène (gaz incolore, inodore et insipide) est très réactif et utilisé. Il réagit par oxydation et combustion exothermiques avec quasiment tous les autres corps simples (mis à part les gaz rares).

Pensons à la genèse et à la fabrication des acides, oxydes, aciers, soudures, produits de blanchiment, appareils respiratoires et de lutte contre l’hypoxie, épurateurs d’eau, etc. L’oxygène joue donc un rôle majeur en chimie, dans notre vie quotidienne et dans la vie tout court par la respiration !

Et la chimie n’est pas uniquement affaire de formules et d’équations. Cette passionnante histoire, qui nous mène de l’Extrême-Orient à l’Europe en passant par l’Égypte et le Monde arabe, est foisonnante de récits. Au temps des alchimistes, de leurs fourneaux, cornues, alambics et autres grimoires, ce savoir sentait le soufre et le poison.

Aujourd’hui, les formules O2, H2O et CO2 se sont échappées des laboratoires et livres scolaires, pour se mêler au vocabulaire courant. Il suffit de les taper dans un moteur de recherche Internet pour voir les résultats… Elles sont l’aboutissement d’une histoire ancienne et mouvementée, racontée avec force détails par Gérard Borvon pour qui l’oxygène, c’est « le nouvel élixir… devenu symbole de la vie du corps et de l’esprit ».

Ce livre est l’occasion de tracer, à grands traits, une histoire de la chimie et d’en rappeler utilement quelques fondamentaux. Les philosophes grecs du 5e siècle avant notre ère - Empédocle, puis Platon et Aristote - parlent des 4 éléments :Retour ligne automatique
l’air, l’eau, le feu et la terre, en vigueur jusqu’au 18e siècle ! L’histoire nous mène ensuite dans les laboratoires des alchimistes jusqu’au 17e siècle. Au 18e, nous rencontrons les premiers véritables chimistes : Stahl, Macquer, Priestley, Scheele, Cavendish…, avant d’arriver à la « révolution lavoisienne ».

Lavoisier, fondateur (des bases et de la nomenclature) de la chimie moderne - démontre en 1775 que la substance préparée par Priestley et Scheele est le 2e corps simple constituant l’air, avec l’azote. Il le nommera « oxygène » (du grec oxus, acide, et genein, engendrer).

En 1783, il découvre aussi que c’est le 2e élément de l’eau, après l’hydrogène. L’oxygène est conçu par Lavoisier comme le pilier d’une science analytique et académique, la chimie - capable, par sa rigueur, de rivaliser avec la physique et les mathématiques, dépouillée de la magie de l’alchimie et du phlogistique (principe ou fluide du feu s’insinuant lors de la combustion).

Le tout sera décrit avec clarté et rigueur dans son célèbre Traité élémentaire de Chimie, publié en 1789.

L’oxygène deviendra source d’inspiration artistique (littéraire, poétique, picturale, musicale,…) et l’objet de nouveaux mythes. La chimie est souvent perçue comme menaçante, car dangereuse.

Le récit évoque cette chimie, tant décriée, qui cherche d’abord à interroger et respecter la nature et qui n’est pas seulement l’affaire de laboratoires et d’industrie, mais élément du bien-être et de la culture humaine. -

Texte : Christiane De Craecker-Dussart 

c.decraecker@skynet.be

__________________________________________________________________

   Une conférence avec AMELYCOR.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens