Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 19:22

Bertrand Wolff, professeur de sciences physiques à Rennes au lycée Émile Zola de 1976 à 2006 s'est attaché à la mise en valeur de la très riche collection d'instruments scientifiques anciens conservés dans ce lycée. Dans le n°5 de la revue "Les cahiers de Rennes en sciences", il met en lumière un pionnier oublié de l'énergie solaire, Augustin Mouchot, qui a été professeur de mathématiques au lycée de Rennes de février 1862 à octobre 1864.

 

Oublié Augustin Mouchot ? La machine qu'il a construite est quant à elle est régulièrement rappelée.

 

 

Alors que le recours à l'énergie scolaire apparaît de plus en plus comme un nécessité pour lutter contre le dérèglement climatique, l'article de Bertrand Wolff nous révèle les préoccupations d'un scientifique conscient, dès 1869, des limites de l'usage des énergies fossiles et annonçant le nécessaire recours, dans l'avenir, au travail des "agents naturels".

 

 

Nous ne reprendrons pas ici l'ensemble du texte de Bertrand Wolff que l'on peut commander sur le site de l'association. Il a, entre autres mérites, celui de nous proposer des liens vers des sites internet que nous pouvons consulter.

 

 

Sur gallica :

Le soleil fascine mais reste un mystère. Source de chaleur, il peut aussi être transformé en énergie mécanique, électrique ou chimique. A la fin du 19ème siècle, ces transformations de l’énergie radiante du soleil sont l’objet d’études d’un professeur de mathématiques, Augustin Mouchot.

https://gallica.bnf.fr/blog/06082020/utiliser-les-rayons-du-soleil-des-appareils-daugustin-mouchot-aux-premiers-panneaux?mode=desktop

 

 

Sur la Nature :

 

La diffusion de la force, La machine solaire de M. Mouchot.

http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.6/106/100/432/8/421

 

 

Utilisation de la chaleur du soleil. Imprimerie solaire.

http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.19/197/100/432/8/420

 

.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2022 5 17 /06 /juin /2022 13:39

Pour cause de pollution et de dérèglement climatique, la bicyclette prend peu à peu la place de la voiture en ville. Il y a un peu plus d'un siècle c'était pourtant la bicyclette (le vélocipède) qui lui avait préparé le chemin. En particulier à partir de l'invention du pneumatique qui lui était destiné.

 

L'âge d'or de la "petite reine".

La bicyclette (le vélocipède) a une histoire ancienne,

 

Mais c'est avec l'avènement du pneumatique qu'elle devient vraiment la "petite reine" de la fin du 19éme siècle. Les premiers pneumatiques ont été mis au point par Dunlop en 1886 en Angleterre.

La première mention apparaît seulement en 1891 en France dans la revue "La Nature". Ils équipent alors un vélocipède.

A suivre : les articles de la revue "La Nature" consacrés à la bicyclette.

 

Premier semestre 1892

Vélocipédie. Bandage pneumatique cloisonné (p.282)

 

Deuxième semestre 1892

Le vélocipède. Aperçu historique (DE SANDERVAL) (p.155)

Vélocipédie. De l'aplomb dans les bicycles (CYP. CHATEAU) (p.353)

 

Premier semestre 1893

 

Premier semestre 1894

Bateau-vélocipède (G. MARESCHAL) (p.1)

Vélocipédie. Les vélodromes ou pistes permanentes (GASTON CORNIÉ) (p.21)

Vélocipédie. Nouveaux genres de vélocipèdes (G. CORNIÉ) (p.123

)La vélocipédie sur rails (L. BAUDRY DE SAUNIER) (p.273)

Compteur kilométrique pour vélocipèdes (C. CHATEAU) (p.341)

 

Deuxième semestre 1894.

Vélocipédie. Bandages pneumatiques (E.-A. MARTEL) (p.106) (Où il est question de Michelin)

Nouveauté vélocipédique (p.302)

 

Premier semestre 1895

Une selle rationnelle pour vélocipédistes (L. BAUDRY DE SAUNIER) (p.115)

Vélocipédie. Bandages pneumatiques en cuir (L. BAUDRY DE SAUNIER) (p.379)

Curiosités cyclistes américaines (p.238)

Le bicycle automobile Millet (L. BAUDRY DE SAUNIER) (p.353)

Histoire des voitures automobiles (GASTON TISSANDIER) (p.375) L

 

Deuxième semestre 1895

 

Et  l'automobile fut.

Les premiers véhicules automobiles ont été des bicyclettes ou des tricycles. Les  premières voitures automobiles à quatre roues ont conservé pendant un moment les roues de leurs ancêtres.

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 14:18

https://youtu.be/BY7zclxtOLU

"Nous oserons repenser notre modèle de croissance, nous oserons transformer radicalement nos organisations, tout de suite avec ambition, avec des preuves scientifiques, avec transparence sans mentir et même sans chercher à enjoliver [.]Nous ne pouvons pas nous contenter de décisions faibles pour se donner bonne conscience. Nous ne pouvons pas nous reposer totalement sur la technologie. Nous ne pouvons pas accepter que l'impact biodiversité d'un projet se compte simplement en nombre de ruches dans un joli rapport RSE. Ces exigences peuvent sembler inatteignables mais le train est déjà en marche [.] Ce chemin aujourd'hui seulement emprunté par quelques rebelles de HEC doit devenir et deviendra la norme"

 

En prolongement, Cécile Duflot à la jeunesse sur France Inter : "S'il vous plaît votez".

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/en-toute-subjectivite/en-toute-subjectivite-du-mardi-14-juin-2022-8956018

Je partage ton émotion Cécile mais penses tu qu'une telle invitation suffise ? Pourquoi voter dans un système où le vote n'est devenu qu'un rituel sans aucun effet sinon celui de prolonger la survie d'un système qui nous entraîne vers la catastrophe. Qu'ont obtenu comme radical changement les élues et élus écologistes lors de leurs éphémères passages dans les assemblées parlementaires et dans les ministères.

Ils ne votaient pas les Zadistes de Notre Dame des Landes et pourtant leur victoire restera, comme celle de Plogoff ou du Larzac, un repère dans l'histoire politique de notre époque. Fort heureusement comme tu le soulignes, s'ils ne votent pas ces jeunes activistes, ils agissent. Le message courageux de ces étudiantes et étudiants de Polytechnique, de AgroParistech et maintenant de HEC est en lui même une action d'une portée politique dont les effets se feront sentir dans l'avenir. Elles et ils n'invitent pas à voter mais à agir. Leurs discours, qui démontent de l'intérieur le système pour lequel ils étaient supposés être formatés, tranchent par leur sérieux avec les envolées démagogiques des campagnes électorales que nous venons de subir. Ce sont pourtant en eux-mêmes des actes de rebellions dont on peut penser qu'ils ne resteront pas sans suite.

Evitons de culpabiliser cette jeunesse engagée pour la raison qu'elle ne vote pas. Interrogeons nous plutôt sur les raisons de cette défiance. Ecoutons la surtout et encourageons la pour ses engagements multiples qui sont sa façon à elle de continuer à agir politiquement alors que les institutions ne le permettent plus..

Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 18:11

Aux confins de la Pologne, de la Tchécoslovaquie et de la Roumanie, l’Ukraine offre un visage ambigu. Est-ce un pays slave qui, face à l’Occident, joue le rôle de sentinelle de l’URSS, centre du monde slave ? Est-ce un pays qui cherche encore son destin personnel ? Une histoire séculaire commune, des langues et une civilisation proches devaient contribuer à lier l’Ukraine au grand frère russe, à l’intégrer à l’ensemble soviétique, mais une succession de tensions témoigne que ce lien et cette intégration sont complexes et pas toujours fraternels. Il y a presque deux décennies que l’on ne se bat plus dans les Carpathes ; il y a presque vingt ans que l’Ukraine est avec la Russie le peuple le plus pesant politiquement de l’Union. Mais, en réalité, qu’est l’Ukraine ?

 

Le Monde diplomatique octobre 1968.

 

https://www.monde-diplomatique.fr/1968/10/CARRERE_D_ENCAUSSE/28596

Partager cet article
Repost0
31 mai 2022 2 31 /05 /mai /2022 17:50

Agir pour le climat.

 

Yamina Saheb

 

Yamina Saheb a travaillé avec Agir pour le climat sur la note “Financing a deep renovation wave: recovery and beyond”. Elle est l’un des principaux auteurs du chapitre sur le bâtiment du dernier rapport du GIEC sur l’atténuation du changement climatique. Dans cet entretien, elle nous donne un aperçu des coulisses du travail du GIEC et nous parle notamment de sa bataille pour imposer le terme de “sobriété” dans le contenu final du rapport et du Résumé à l’intention des décideurs (RID).

 

La communauté scientifique s’accorde-t-elle aujourd’hui pour dire que, sans sobriété, la neutralité carbone est impossible à atteindre ?

 

Malheureusement, il n’y a pas d’accord au niveau de la communauté scientifique sur la nécessité de considérer la sobriété pour faire de la neutralité carbone une réalité.

 

Aujourd’hui, pratiquement tous les scénarios qui visent la neutralité carbone intègrent des émissions négatives impliquant des solutions de capture et de stockage du CO2. Or les auteurs de ces scénarios savent eux-mêmes que ces solutions ne peuvent pas être mises en œuvre à grande échelle. Un exemple : le scénario Net Zero emissions (NZE) de l’AIE est basé sur des émissions négatives, y compris celles captées directement dans l’air. L’AIE prévoit que les émissions captées directement dans l’air seront de l’ordre de 85 MtCO2 en 2030 et de 980 MtCO2 en 2050 contre 0,01 MtCO2 en 2019. Nous devons donc multiplier par 8 500 la capacité de captage direct des émissions en 8 ans et par 98 000 d’ici à 2050…

 

Les 700 scénarios répertoriés dans le 3ème volet du rapport du GIEC et qui visent un objectif de température aligné sur l’accord de Paris intègrent tous (sauf un) la notion d’émissions négatives parce qu’ils ne réduisent pas suffisamment la demande en énergie et autres matières premières. Nous nous retrouvons dans cette situation parce que ceux qui produisent ces scénarios n’envisagent la réduction de la demande qu’à travers l’efficacité énergétique, or l’efficacité énergétique ne réduit pas la demande en ressources. Au mieux, si les politiques d’efficacité énergétique sont ambitieuses et bien mises en œuvre, ce qui est loin d’être le cas, et si les technologies sont bien faites et que l’industrie ne triche pas (comme ce fut le cas avec le scandale de Volkswagen),  la consommation d’énergie peut être réduite.

 

Réduire, ou plutôt éviter la demande en énergie et autres matières premières, nécessite la mise en place de politiques de sobriété, qui vont au-delà de la sobriété énergétique telle que pensée en France.

 

La sobriété est défendue par une partie de la communauté scientifique qui n’est pas dominante. Pour capter à la fois les effets de la sobriété et de l’efficacité et parler de réduction, ces représentants considèrent qu’il faudrait revenir aux principes fondamentaux de la physique et traduire en politiques les 1er et 2e principes de la thermodynamique. Le postulat selon lequel la neutralité carbone ne serait pas atteignable sans sobriété n’est donc pas généralisé. 

 

Ce sur quoi on s’accorde, en revanche, c’est que les scénarios à énergies négatives, intégrant la capture et le stockage du carbone, ne sont pas très viables parce que nous n’avons ni les technologies, ni les politiques requises pour leur mise en application à l’échelle de nos besoins de réduction d’émissions carbonées. Il y a également toute la question de l’acceptabilité de ces solutions qui est rarement abordée par ceux et celles qui les intègrent dans leurs scénarios.

 

La couverture du dernier rapport du GIEC

 

Vous avez travaillé sur le chapitre “Bâtiment” du dernier volet du rapport du GIEC, ainsi que sur le Résumé à l’intention des décideurs (RID). Comment le terme de “sufficiency” (mot retenu par les anglophones pour désigner la sobriété) s’est-il imposé dans ces publications ?

 

La notion de sobriété, vulgarisée en France grâce à l’association négaWatt, est assez peu connue à l’international : il a fallu argumenter avec les co-auteurs, et il y a eu quelques réticences au moment de soumettre le Résumé à l’intention des décideurs (RID) à l’approbation des délégations. 

 

J’ai dû expliquer ce qu’était la sobriété et j’ai été challengée par mes pairs au cours du processus de rédaction. La perception caricaturale de la sobriété synonyme de “retour à la lampe à huile” existant également parmi la communauté scientifique, j’ai dû travailler mon argumentaire en allant puiser dans d’autres disciplines scientifiques que la mienne pour expliquer et appuyer le concept.

 

Le premier texte politique connu introduisant le terme de “sufficiency” nous vient de Thaïlande, dans une publication parue dans les années 1990 et basée sur le texte “Philosophie d’une économie sobre” écrit dans les années 70 par Bhumibol Adulyadej, le Roi thaï d’alors. Le premier texte de loi, et le seul à ce jour, incluant le terme de sobriété est la Loi Française n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015, c’est encore très récent !

 

L’association négaWatt a fait du bon boulot sur la sobriété mais, jusqu’à l’année dernière, elle n’avait travaillé que sur le volet énergétique. Par ailleurs, ses publications n’ont pas été traduites en anglais, son travail est donc inconnu à l’international. Sur le plan de la conceptualisation, le travail le plus complet sur la sobriété est celui de Thomas Princen, bien résumé dans son livre intitulé The Logic of Sufficiency (La logique de la sobriété). 

 

Il est plus facile de mettre ce terme dans un rapport franco-français que dans un rapport international. Le contexte français a permis d’intégrer le terme dans la loi, mais ça ne veut pas dire qu’il y a eu un travail de fond sur sa conceptualisation et ses implications. Il reste tout un travail de théorisation de la sobriété à faire. Pendant le travail de rédaction du rapport, je suis partie avec mes acquis de scientifique membre de la communauté française, acquis qui ne sont pas forcément défendables à l’international car non soutenus par une conceptualisation scientifique du sujet, ou en tout cas pas suffisants pour défendre le concept. Je suis finalement arrivée à une définition qui est peu critiquable et qui a été acceptée par la communauté scientifique et les délégations au moment de l’approbation du Résumé à l’intention des décideurs (RID). Elle évoluera avec le temps mais aujourd’hui tout le monde accepte cette définition.

 

La définition telle qu’elle apparaît dans le rapport du GIEC :
« Les politiques de sobriété se composent d’un ensemble de mesures et de pratiques du quotidien qui évitent la demande en énergie, matériaux, sols et eau tout en garantissant le bien être de tous dans le respect des limites planétaires ».

 

L’idée de justice sociale et climatique est plus particulièrement développée dans ce rapport du GIEC, pouvez-vous nous en dire plus ?

 

La notion de justice climatique et sociale est présente dans les rapports du GIEC depuis le cycle précédent, mais c’est avec le rapport spécial de 2018, qui met en lumière le budget carbone restant et le poids que les pays du Nord représentent dans les émissions, que la question de la justice climatique s’est posée avec acuité. Ce qui est nouveau dans le dernier volet, c’est qu’on regarde si les politiques mises en œuvre sont justes dans le cadre de ce déséquilibre Nord/Sud.

 

Dans le chapitre bâtiment, nous avons eu beaucoup de remarques et de questions des relecteurs sur la responsabilité des pays du Nord dans la crise climatique, sur le besoin de convergence dans l’accès à la modernité entre le Nord et le Sud ainsi que sur les implications des différents scénarios pour les pays du Sud. J’ai donc dû chercher quelles étaient les implications pour les pays du Sud dans le secteur du bâtiment. Sur la question de la surface habitable par habitant nous avons constaté sans surprise qu’elle est aujourd’hui plus importante dans les pays du Nord que dans les pays du Sud (moyenne par pays) : en Amérique du Nord, elle est environ de 60m² par personne, en Europe, de 40m² et en Afrique, moins de 10m² par personne. Les scénarios de neutralité carbone prévoient une augmentation de ces surfaces en 2050 (parce qu’ils se basent sur une croissance du PIB) et, à ma grande surprise (ou plutôt choc), les inégalités d’aujourd’hui subsistent toujours dans les projections : 64m² pour l’Amérique du Nord, 45m² pour les Européens, et environ 10m² pour les Africains. J’en ai discuté avec d’autres collègues qui ont un profil “nord/sud” comme le mien et nous nous sommes posé la question : pourquoi un Africain accepterait-il un rapport qui projette que les inégalités nord/sud demeurent en 2050 ?

 

Les biais culturels se retrouvent dans la science et par conséquent dans les rapports du GIEC qui font une synthèse de l’état de la recherche. J’en suis arrivée à la conclusion que nous avons besoin de décoloniser la science et les politiques climatiques. Il existe une littérature sur les biais du rapport ex-colonisateur/ex-colonisé qui influence la science mais il faut pousser les auteurs du Nord à travailler et à écrire également sur le sujet. Les travaux de Ferhana Sultana (The Unbearable Heaviness of Climate Coloniality) sont un excellent début pour aborder ces questions.

 

Malheureusement, ces travaux font moins de bruit que la publication de scénarios avec des émissions négatives car ils proviennent d’auteurs du Sud. Hélas, même en 2022, les scientifiques originaires du Sud, même lorsqu’ils sont basés au Nord, ne peuvent pas à eux seuls combattre notre héritage colonial.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2022 1 30 /05 /mai /2022 15:37
Article traduit de : https://en.wikipedia.org/wiki/Borvo


Stèle consacrée à Borvon et Damona.



Noms;
Borvo ou Bormo (gaulois : Boruō, Bormō) était un ancien dieu celtique des sources 
curatives vénéré en Gaule et en Gallaecia. Il a parfois été identifié au dieu
gréco-romain Apollon, bien que son culte ait conservé une grande autonomie
 à l'époque romaine.


Le théonyme gaulois Boruō signifie « source chaude », « source chaude ». 
Il provient de la racine verbale proto-celtique * berw- («bouillir, brasser»; 
cf. vieil irlandais berbaid , moyen gallois berwi ), elle-même du 
proto-indo-européen * bʰerw- («bouillir, brasser»; cf. latin ferueō 'être 
intensément chaud, bouillir', Sanskrit bhurváni 'agité, sauvage').
La rivière Bhearú (River Barrow) en Irlande a également été liée à cette racine celtique.
Une variante apophonique * bʰreh₁w- a donné lieu à divers mots indo-européens 
pour «source, printemps», y compris le grec phréar (φρέαρ), l'arménien ałbiwr, 
le germanique *brunnōn et le latin Furrina (*Frūrina).

La variante Bormō pourrait avoir émergé d'une lénition, d'une différence de 
suffixes ou d'une dissimilation. Les dérivés connus incluent 
Bormanicus (Caldas de Vizela), de * Borwānicos, et Bormanus ou 
Borbanus (Aix-en-Diois, Aix-en-Provence), d'un * Borwānos antérieur. 
Une déesse nommée Boruoboendoa, reflétant peut-être le gaulois * 
Buruo-bouinduā ou * Buruo-bō-uinduā, a également été trouvée à Utrecht.

Les toponymes Bourbon-l'Archambault, Bourbon-Lancy, Bourbonne-les-Bains, 
Boulbon, Bormes, Bourbriac, La Bourboule et Worms sont dérivés de Borvo ou 
de sa variante Bormo. Les noms de diverses petites rivières en France 
proviennent également du théonyme, notamment Bourbouillon, 
Bourban et Bourbière.
Centres de culte
En Gaule, il était particulièrement vénéré à Bourbonne-les-Bains, 
dans le territoire des Lingons, où dix inscriptions sont recensées. 
Deux autres inscriptions sont enregistrées, l'une (CIL 13, 02901) 
d'Entrains-sur-Nohain et l'autre (CIL 12, 02443) d'Aix-en-Savoie 
en Gallia Narbonensis. Des tablettes votives portant l'inscription
« Borvo » montrent que les offrants désiraient la guérison pour
 eux-mêmes ou pour les autres. De nombreux sites où des offrandes
 à Borvo ont été trouvées sont en Gaule : des inscriptions lui ont été
 trouvées dans la Drôme à Aix-en-Diois, les Bouches-du-Rhône à 
Aix-en-Provence, le Gers à Auch, l'Allier à Bourbon- l'Archambault, 
Savoie à Aix-les-Bains, Saône-et-Loire à Bourbon-Lancy, en Savoie 
à Aix-les-Bains, Haute-Marne à Bourbonne-les-Bains et dans la Nièvre 
à Entrains-sur-Nohain.

Des découvertes ont également été découvertes aux Pays-Bas à Utrecht,
où il s'appelle Boruoboendua Vabusoa Labbonus, et au Portugal à Vizela 
et à Idanha-a-Velha, où il s'appelle Borus et identifié à Mars. À Aix-en-Provence, 
il était appelé Borbanus et Bormanus mais à Vizela au Portugal, il était salué 
comme Bormanicus, et à Burtscheid et à Worms en Allemagne comme 
Borbetomagus.

Entourage divin

Borvo était fréquemment associé à une épouse divine, généralement Damona 
(Bourbonne, Bourbon-Lancy), mais parfois aussi Bormana lorsqu'il était vénéré 
sous le nom de Bormanus (Die, Aix-en-Diois). Bormana était dans certaines 
régions vénérée indépendamment de son homologue masculin, comme à Saint-Vulbas.


    Deo Apol/lini Borvoni / et Damonae / C(aius) Daminius / Ferox civis / Lingonus ex
 / voto
    — Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), 13 : 05911. Bourbonne-les-Bains.

    Bormano / et Borman[ae] / P(ublius) Sappinius / Eusebes v(otum) s(olvit) /
 l(ibens) m(erito)
    — Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), 12 : 01561. Boubon-Lancy.

Borvo présentait des similitudes avec la déesse Sirona, qui était également une divinité
 guérisseuse associée aux sources minérales. Selon certains chercheurs, Sirona
aurait pu être sa mère.

Dans d'autres domaines, le partenaire de Borvo est la déesse Bormana. Bormana 
était, dans certaines régions, vénérée indépendamment de son homologue masculin.
 Des dieux comme Borvo et d'autres, assimilés à Apollon, présidaient aux sources
 curatives, et ils sont généralement associés à des déesses, comme leurs maris
 ou leurs fils. On le retrouve dans la Drôme à Aix-en-Diois avec Bormana
 et en Saône-et-Loire à Bourbon-Lancy et en Haute-Marne à Bourbonne-les-Bains
 avec Damona mais il est accompagné de "l'esprit candide" Candidus dans la Nièvre
 à Entrains-sur-Nohain. Aux Pays-Bas à Utrecht sous le nom de
 Boruoboendua Vabusoa Lobbonus, on le trouve en compagnie d'un Hercule celtique
, Macusanus et Baldruus.

 


 
Partager cet article
Repost0
10 mai 2022 2 10 /05 /mai /2022 19:16

 

https://www.youtube.com/watch?v=SUOVOC2Kd50

 

"Les diplômé.es de 2022 sont aujourd'hui réuni.es une dernière fois après trois ou quatre années à AgroParisTech. Nous sommes plusieurs à ne pas vouloir faire mine d'être fières et méritantes d'obtenir ce diplôme à l'issue d'une formation qui pousse
globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours.
Nous ne nous considérons pas comme les "Talents d'une planète soutenable". Nous ne  voyons pas les ravages écologiques et sociaux comme des “enjeux” ou des "défis“ auxquels nous devrions trouver des ”solutions" en tant qu'ingénieures.

Nous ne croyons pas que nous avons besoin de “toutes les agricultures”.
Nous voyons plutôt que l'agro-industrie mène une guerre au vivant et à la paysannerie partout sur terre.
Nous ne voyons pas les sciences et techniques comme neutres et apolitiques.
Nous pensons que l'innovation technologique ou les start-up ne sauveront rien d'autre que le capitalisme.
Nous ne croyons ni au développement durable, ni à la croissance verte Ni à la "transition écologique", une expression qui sous-entend que la société pourra devenir soutenable sans qu'on se débarrasse de l'ordre social dominant.
AgroParisTech forme chaque année des centaines d'élèves à travailler pour l'industrie de diverses manières:

Trafiquer en labo des plantes pour des multinationales qui asservissent toujours plus les agricultrices et les agriculteurs
Concevoir des plats préparés et des chimiothérapies pour soigner ensuite les malades causées,
Inventer des labels “bonne conscience” pour permettre aux cadres de se croire héroïques en mangeant mieux que les autres,
Développer des énergies dites « vertes » qui permettent d'accélérer la numérisation de la société tout en polluant et en exploitant à l'autre bout du monde,
Pondre des rapports RSE [Responsabilité Sociale et Environnementale] d'autant plus longs et délirants que les crimes qu'ils masquent sont scandaleux,
Ou encore compter des grenouilles et des papillons pour que les bétonneurs puissent les faire disparaitre légalement,
À nos yeux, ces jobs sont destructeurs et les choisir c'est nuire en servant les intérêts de quelques uns.
Si notre cursus à AgroParisTech nous a mis en avant ces débouchés, on ne nous a jamais parlé des diplômé.es qui considèrent que ces métiers font davantage partie des problèmes que des solutions et qui ont fait le choix de déserter.

Nous nous adressons à celles et ceux qui doutent,

A vous qui avez accepté un boulot parce qu'"il faut bien une première expérience",

A vous dont les proches travaillent à perpétuer le système capitaliste,
Et qui sentez le poids de leur regard sur vos choix professionnels,
A vous qui, assises derrière un bureau, regardons par la fenêtre en rêvant d'espace et de liberté,

Vous qui prenez le TGV tous les week-ends, en quête d'un bien-être jamais trouvé,
 

A vous qui sentez un malaise monter sans pouvoir le nommer,

Qui trouvez souvent que ce monde est fou,
Qui avez envie de faire quelque chose mais ne savez pas trop quoi,
Ou qui espérez changer les choses de l'intérieur et n'y croyez déjà plus vraiment,
Nous avons douté, et nous doutons parfois encore. Mais nous avons décidé de chercher d'autres voies, de refuser de servir ce système et de construire nos propres chemins.

Comment est-ce que ça a commencé ?

Nous avons rencontré des gens qui luttaient et nous les avons suivis sur leurs terrains de lutte. Ils nous ont fait voir l'envers des projets qu'on aurait pu mener en tant qu'ingénieur.e.s.
Je pense à Cristiana et Emmanuel, qui voient le béton couler sur leurs terres du plateau de Saclay,
Ou à ce trou desséché, compensation dérisoire à une mare pleine de tritons,
Et à Nico, qui voit de sa tour d'immeuble les jardins populaires de son enfance rasé pour la construction d'un écoquartier.

Ici et là, nous avons rencontré des personnes qui expérimentent d'autres modes de vies,
qui se réapproprient des savoirs et savoirs-faire pour ne plus dépendre du monopole d'industries polluantes,
Des personnes qui comprennent leur territoire pour vivre avec lui sans l'épuiser,
Qui luttent activement contre des projets nuisibles
Qui pratiquent au quotidien une écologie populaire, décoloniale et féministe,
Qui retrouvent le temps de vivre bien et de prendre soin les uns les un es des autres,

Toutes ces rencontres nous ont inspirées pour imaginer nos propres voies:

Je prépare une installation en apiculture dans le dauphiné.
J'habite depuis deux ans à la ZAD de Notre Dame des Landes où je fais de l'agriculture collective et vivrière, entre autres choses
J'ai rejoint le mouvement des Soulèvements de la terre pour lutter contre l'accaparement et la bétonisation des terres agricoles à travers la France.
Je vis à la montagne où j'ai fait un boulot saisonnier et je me lance dans le dessin.
Je m'installe en collectif dans le Tarn, sur une ferme Terres de Liens, avec 4 autres maraîchers, un céréalier et 3 brasseurs.
Je m'engage contre le nucléaire.
Je me forme aujourd'hui pour m'installer demain et travailler de mes mains.

Nous sommes persuadées que ces façons de vivre nous rendront plus heureuses, plus fortes, et plus épanouies.
Nous voulons pouvoir nous regarder en face demain et soutenir le regard de nos enfants.

Vous avez peur de faire un pas de côté parce qu'il ne ferait pas bien sur votre CV?
De vous éloigner de votre famille et de votre réseau?
De vous priver de la reconnaissance que vous vaudrait une carrière d'ingé agro?

Mais quelle vie voulons-nous ?
Un patron cynique, un salaire qui permet de prendre l'avion, un emprunt sur 30 ans pour un pavillon, tout juste 5 semaines par an pour souffler dans un gîte insolite, un SUV électrique, un fairphone et une carte de fidélité à la Biocoop ?
Et puis.. un burn-out à quarante ans ?

Ne perdons pas notre temps!
Et surtout ne laissons pas filer cette énergie qui bout quelque part en nous !
Désertons avant d'être coincés par des obligations financ ières
N'attendons pas que nos mômes nous réclament des sous pour faire du shopping dans le métavers, parce que nous aurons manqué de temps pour les faire rêver à autre chose
N'attendons pas d'être incapable d'autre chose qu'une pseudo-reconversion dans le même taf, mais repeint en vert.
N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires.

Vous pouvez bifurquer maintenant.
Commencer une formation de paysan-boulanger,
Partir pour quelques mois de wwoofing,
Participer à un chantier dans une ZAD ou ailleurs,
Rejoindre un week-end de lutte avec les Soulèvements de la Terre,
S'investir dans un atelier de vélo participatif?
Ca peut commencer comme ça.

A vous de trouver vos manières de bifurquer."

Partager cet article
Repost0
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 16:29

Aurélien Barrau est astrophysicien, directeur du Centre de Physique Théorique Grenoble- Alpes et il est aussi un ardent défenseur de la planète. Il est l'auteur de "Il faut une révolution politique, poétique et philosophique" (éditions Zulma).

 

"Une révolution politique, poétique et philosophique" : c'est ce que propose Aurélien Barrau pour contrer la catastophe écologique et sociale. (La Terre au carré 9 mai 2022)

 

Dans son dernier livre "Il faut une révolution politique, poétique et philosophique" édité chez Zulma , l'astrophysicien Aurélien Barrau aborde toutes les questions d'actualité brûlantes. Selon l'auteur, ardent défenseur de la planète,   "les petits gestes et autres initiatives individuelles" sont certes bienvenus. Mais ce n'est pas la question de fond. Un problème systémique ne peut avoir de solution que systémique. Il faut une révolution politique, poétique et philosophique et  pour cela il faut changer les règles et fonder un autre monde « Il ne s’agit plus de commenter ou de comprendre le réel : il s’agit de produire du réel. Ce qui tue aujourd’hui et avant tout, c’est notre manque d’imagination . L’art, la littérature, la poésie sont des armes de précision. Il va falloir les dégainer. Et n’avoir pas peur de ceux qui crieront au scandale et à la trahison. » En répondant aux questions de Carole Guilbaud, Aurélien Barrau remet le politique et le social au cœur de l’écologie . Il nous aiguillonne vers un renouveau démocratique où la liberté la plus fondamentale est d’abord celle du pouvoir vivre .

 

« Il ne s’agit plus de commenter ou de comprendre le réel : il s’agit de produire du réel. Ce qui tue aujourd’hui et avant tout, c’est notre manque d’imagination . L’art, la littérature, la poésie sont des armes de précision. Il va falloir les dégainer. Et n’avoir pas peur de ceux qui crieront au scandale et à la trahison. » En répondant aux questions de Carole Guilbaud, Aurélien Barrau remet le politique et le social au cœur de l’écologie . Il nous aiguillonne vers un renouveau démocratique où la liberté la plus fondamentale est d’abord celle du pouvoir vivre .

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 11:00

L'épidémiologiste Alice Desbiolles alerte sur les pandémies à venir :

 

 

 

voir à partir de 7.10 : https://youtu.be/kMiqjwlOAe8?t=430

 

Extrait. "Un autre facteur de risque majeur de pandémie est l'élevage industriel qui va jouer un rôle d'amplificateur de l'agent pathogène tout simplement parce que ces animaux qui sont dans ces fermes industrielles sont en fait des clones au niveau génétique et dès que vous avez un agent infectieux qui trouve la clef pour entrer contaminer un individu il va contaminer le reste de l'élevage. 

Et ensuite pour peu qu'il survienne par exemple dans un élevage de porcs il y a une très grande proximité entre le porc et l'être humain, on partage 95% de notre génome en commun avec le porc, et donc là c'est la voie royale pour accéder à l'être humain. Et ensuite dans un contexte de mondialisation, de globalisation, d'hyper mobilité, vous avez une diffusion très rapide à l'échelle de la Planète, dans des villes qui sont de plus en plus denses, avec des systèmes de santé qui sont de plus en plus fragilisés, et la vous avez le cocktail parfait pour des pandémies."

 

Un propos qui devrait alerter la population de la région bretonne qui concentre sur 6% de la surface agricole utile française : 60% de la production porcine, 40% de la production de volaille, 20% de la production laitière.

 

 

La plateforme intergouvernementale, scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) vient de sortir un rapport intitulé «Échapper à l’ère des pandémies». 

Extrait : « Ce sont les mêmes activités humaines qui sont à l'origine du changement climatique, de la perte de biodiversité et, de par leurs impacts sur notre environnement, du risque de pandémie. Les changements dans la manière dont nous utilisons les terres, l'expansion et l'intensification de l'agriculture, ainsi que le commerce, la production et la consommation non durables perturbent la nature et augmentent les contacts entre la faune sauvage, le bétail, les agents pathogènes et les êtres humains ».

 

En conclusion : Échapper à « l’ère des pandémies », nécessitera un profond changement d'approche pour passer de la réaction à la prévention.

_____________________________________________________________________

Les volailles et les bovins autres risques des pandémie

à partir de la Bretagne.

_________________________________

_______________________________

De l’Europe à l’Asie, le rôle clé des élevages de porcs dans l’émergence des pandémies.

 

extrait : le porc fait partie des potentielles espèces qui a pu servir d’hôte intermédiaire dans l’évolution d’un coronavirus de chauves-souris vers le virus responsable de la Covid-19.

Des travaux expérimentaux récents suggèrent que le porc serait réceptif au SARS-CoV-2 ; divers coronavirus sont d’autre part présents chez cet animal. En Chine, un nouveau virus de cette famille (SADS-CoV) a été isolé dernièrement. Ce rôle d’intermédiaire joué par l’élevage porcin entre la chauve-souris et l’homme avait déjà été décrit pour le virus Nipah en Malaisie lors d’une épidémie en 1998.

_____________________________________________________________________

On observe des épidémies de façon incessante dans les élevages. Standardisation et promiscuité des bêtes ont transformé les fermes en véritables poudrières. Les flambées infectieuses se propagent et ne sont pas sans risque pour notre santé

______________________________________________________________________________________________

D'après un rapport du Forum pour l'investissement responsable FAIRR, près de 73% des entreprises de viande, de pisciculture et de produits laitiers sont classées à "haut risque" d'encourager des pandémies. Une évaluation qui se base sur sept critères.

44 des 60 plus grandes entreprises du secteur de la viande, des produits de la mer et des produits laitiers représenteraient un "haut risque" d'encourager les pandémies. C'est le constat alarmant que dresse le Forum pour l'investissement responsable FAIRR dans un rapport destiné aux investisseurs leur proposant un aperçu des incidences financières du Covid-19.

Le sujet de l'étude est apparu alors que les cas de contaminations au Covid-19 se sont multipliés dans les abattoirs à travers le monde. "L'agriculture industrielle est à la fois vulnérable aux pandémies et coupable de les avoir créées. C'est un cycle d'auto-sabotage qui détruit beaucoup de valeur et met des vies en danger", observe Jeremy Coller, fondateur de FAIRR.

_____________________________________________________________________

Le professeur Rottier, qui enseigne la virologie à l’université d’Utrecht, est formel : Plus il y a d’animaux dans un petit espace, plus les virus circulent facilement et plus il y a de chances que, tôt ou tard, l’un d’entre eux passe à l’homme. À cet égard, l’élevage intensif est un risque pour la santé publique.

L’élevage industriel – encouragé par notre surconsommation de viande, d’œufs et de produits laitiers – contribue à la propagation de maladies zoonotiques telles que la grippe aviaire. On estime que 73 % de toutes les nouvelles maladies infectieuses proviennent des animaux. Les animaux d’élevage transmettent à l’homme un nombre extraordinaire de virus, tels que les coronavirus et les virus de la grippe.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 13:17
Inspirés des militants d’Extinction Rebellion, les membres de Scientist Rebellion vont s’essayer à la désobéissance civile à l’occasion d’un nouveau rapport du Giec. Leurs actions vont durer toute la semaine dans vingt pays.

par LIBERATION et AFP

publié le 3 avril 2022 à 15h53
 

Puisque les multiples rapports, tribunes, appels à agir n’ont pas suffi, ils passent à la vitesse supérieure. À partir de cette semaine, des scientifiques d’une vingtaine de pays réunis au sein de Scientist Rebellion prévoient des actions de désobéissance civile pour souligner l’urgence à agir pour le climat.

 

Le début de leur campagne se cale sur la publication prévue lundi du rapport des experts climat de l’ONU (Giec) sur les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit du dernier de trois volets importants qui résument les connaissances scientifiques.

 

Des actions non violentes sont prévues dans des universités, des centres de recherche et des revues scientifiques de premier plan, pour encourager tout leur personnel à s’exprimer plus fortement et à se battre contre ce que le groupe décrit comme une menace existentielle pour l’humanité.

Un millier de scientifiques à travers le monde

 

«Les scientifiques sont des messagers particulièrement puissants, et nous avons la responsabilité de faire preuve de leadership», estime Charlie Gardner, spécialiste en biodiversité tropicale à l’Université britannique du Kent. Mais «nous manquons à notre devoir. Si nous disons que c’est une urgence, nous devons agir en conséquence».

 

À partir de lundi, le groupe espère voir «des niveaux élevés de désobéissance civile» de la part d’un millier de scientifiques à travers le monde, dans des actions contre des représentations de gouvernements et d’institutions académiques.

 

Avec un réchauffement d’environ +1,1 °C depuis l’ère pré-industrielle, le monde est déjà victime d’une multiplication des événements extrêmes, canicules, sécheresses, inondations ou tempêtes. Et ce n’est qu’un début, comme l’ont montré les deux premiers volets du Giec sur la physique du climat et les impacts publiés récemment.

 

Le groupe Scientist Rebellion a été créé en 2020 par deux doctorants en physique du St Andrews College en Écosse, sur le modèle des militants climat d’Extinction Rebellion qui font parler d’eux depuis quelques années.

«Une question de survie»

 

Lors de la COP26, la conférence climat de l’ONU de Glasgow en novembre 2021, plusieurs de leurs membres avaient été arrêtés. «À notre connaissance, c’était la première arrestation massive de scientifiques dans le monde depuis que Carl Sagan s’était opposé aux essais nucléaires dans les années 1980″, commente Charlie Gardner.

 

«En tant que scientifiques, nous avons une aversion au risque, nous ne voulons pas mettre en danger nos emplois, nos réputations, notre temps», souligne Rose Abramoff, spécialiste des sols au Laboratoire national Oak Ridge dans le Tennessee. «Mais ça ne suffit plus de faire nos recherches et d’attendre que d’autres les lisent et comprennent la gravité et l’urgence de la crise climatique», insiste cette militante de Scientist Rebellion, qui veut que cette crise soit désormais «impossible à ignorer».

 

De nombreux membres du groupe vivent dans les pays en développement, en première ligne face aux impacts du réchauffement, mais où le mouvement citoyen pour le climat a jusqu’à présent été plus limité que dans les pays riches. «Je ne sais pas si c’est notre dernière chance, mais il est certain que le temps commence à manquer», alerte Jordan Cruz, ingénieur basé en Équateur qui étudie l’impact de l’industrie minière sur les communautés andines. «Je suis terrifié», dit-il à l’AFP. «Mais c’est de la peur que vient la motivation. C’est une question de survie.»

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens