Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 08:34

Un trésor scientifique redécouvert, tel est le nom du nouvel ouvrage venant de paraître et recensant la collection d’instruments scientifiques de la faculté des sciences de Rennes (1840-1900).

Histoire des instruments scientifiques 

La sortie du livre Un trésor scientifique redécouvert arrive à point nommé tandis que les Journées Européennes du Patrimoine auront lieu à Rennes les 15 et 16 septembre prochains. Mais quel est donc ce fameux trésor ?

Il s’agit de la collection d’instruments scientifiques de la faculté des sciences de Rennes (1840-1900), un travail de recensement historique effectué durant une vingtaine d’années par le physicien Dominique Bernard. Une démarche qui allie l’aspect scientifique et patrimonial et qui a valu à son auteur différentes reconnaissances prestigieuses, à savoir :

  • Un second prix (UMAC Award 2017 à Helsinki) attribué par la fédération internationale des universités  possédant des collections et des musées,
  • Une invitation à présenter la reconstitution de l’expérience de Curie et ce livre au dernier congrès international de la Scientific Instrument Commission à Leyden (septembre 2018)
  • La rédaction de l’introduction à ce livre par deux experts internationaux, MM. Paolo Brenni et Marta Lourenço.

Ainsi, Un trésor scientifique redécouvert confère à ses lecteurs une double approche, historique et scientifique, des instruments présentés. Une collection qui symbolise par ailleurs une partie de la richesse patrimoniale de Rennes.

Un millier d’instruments en 250 pages

À travers cet ouvrage, le lecteur découvrira l’histoire d’un millier d’instruments scientifiques conservés à l’université de Rennes 1. Et, avec eux, croisera les noms de scientifiques célèbres tels Héron d’Alexandrie, Léon Foucault, Pierre, Marie et Jacques Curie ou encore Pierre Weiss. Dominique Bernard présente ainsi leurs inventions en insistant sur le génie des grands constructeurs français d’instruments scientifiques qui les ont conçues.

Toutefois, des personnages locaux et plus confidentiels sont aussi mis en avant par l’auteur. C’est le cas du zoologiste Dujardin, du chimiste Malaguti, mais aussi des professeurs de physique Morren et Gripon.

Enfin, le physicien Dominique Bernard jette un regard neuf sur ces instruments d’une autre époque, montre leur intérêt à la fois historique et pédagogique et analyse les concepts parfois très modernes qui accompagnent leur fabrication. Au final, 250 pages à découvrir, illustrées par 150 photos en couleur.

Trésor scientifique
Source : ©Rennes en Sciences

Édité par l’association Rennes en SciencesUn trésor scientifique redécouvert est disponible sur commande au prix de 30 euros (prix public : 23 euros + 7 euros de frais de port).

Contacts : 

Rennes en sciences, 6 allée du champ Garnier, 35135 Chantepie – France
06 76 29 76 21
www.rennesensciences.fr
rennesenseciences@orange.fr
Twitter : @RennesSciences

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC BY SA 2.0/Rama)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 16:40

Le monde a deux ans pour agir contre le changement climatique sinon il affrontera des « conséquences désastreuses », a averti l’ONU, en appelant la société civile à réclamer « des comptes » aux dirigeants de la planète.

C’est un compte à rebours qu’il a lancé. Et qui sonne comme une annonce de fin du monde.

Lundi, le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a prononcé un discours particulièrement alarmiste, autour de la question climatique. « Nous sommes confrontés à une menace existentielle directe », dit-il. « Le changement climatique est la question déterminante de notre époque – et nous sommes à un moment décisif. Le changement climatique évolue plus vite que nous et sa rapidité a provoqué un séisme à travers le monde. »

Pour lui, c’est clair : « Si nous ne changeons pas de cap d’ici 2020, nous risquons de manquer le moment où nous pouvons éviter un changement climatique incontrôlé, avec des conséquences désastreuses pour les humains et tous les systèmes naturels qui nous soutiennent. »

Le secrétaire général de l’ONU dresse un bilan particulièrement inquiétant de l’état de la planète : « Nous connaissons des températures record dans le monde entier », dit-il. « Selon l’Organisation météorologique mondiale, au cours des deux dernières décennies, 18 des années les plus chaudes depuis 1850 ont été enregistrées et cette année s’annonce comme la quatrième plus chaude.  Les vagues de chaleur extrêmes, les incendies, les tempêtes et les inondations laissent une trace de mort et de dévastation. »

 

Trop de dirigeants ont refusé d’écouter

 

Il estime encore que « nous avons été prévenus. Les scientifiques nous le disent depuis des décennies », mais que « beaucoup trop de dirigeants ont refusé d’écouter. » Et selon lui, les résultats sont déjà visibles. « Dans certaines situations, ils ressemblent aux pires scénarios des scientifiques. »

Le chef des Nations unies cite ainsi la banquise arctique qui « disparaît plus vite que nous ne l’avions imaginé » ; le fait que cette année, pour la première fois, des glaces de mer épaisses et permanentes au nord du Groenland ont commencé à se fragmenter ; un réchauffement « spectaculaire dans l’Arctique qui affecte les conditions météorologiques dans l’hémisphère nord » ; ou encore des feux de forêt durent plus longtemps et se propagent davantage.

Autre conséquence qu’il décrit : « Les océans deviennent de plus en plus acides, et menacent les fondements des chaînes alimentaires qui soutiennent la vie. Et, sur terre, le niveau élevé de dioxyde de carbone dans l’atmosphère rend les cultures de riz moins nutritives, menaçant le bien-être et la sécurité alimentaire de milliards de personnes. »

 

La société doit interpeller les dirigeants

 

Face à ce désastre annoncé, Antonio Guterres estime qu’il est encore possible d’agir. Même si manque selon lui la volonté politique des dirigeants. « Nous savons ce que nous devons faire. Et nous savons même comment le faire. Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces. »

L’Accord de Paris , signé il y a trois ans, qui qui prévoit de contenir d’ici à 2100 le réchauffement climatique « bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels », était « vraiment le strict minimum pour éviter les pires impacts du changement climatique ». Mais même ces objectifs ne seront pas tenus. « Ce qui nous manque encore, même après l’Accord de Paris, c’est le leadership et l’ambition de faire ce qui est nécessaire. »

Antonio Guterres en appelle aux dirigeants, et appelle chacun à se mobiliser. « Il est impératif que la société civile -jeunes, groupes de femmes, secteur privé, communautés religieuses, scientifiques et mouvements écologiques dans le monde– demande des comptes aux dirigeants », a insisté le secrétaire général des Nations unies. Dans son discours, il cite plusieurs pistes : « Nous devons arrêter la déforestation, restaurer les forêts détériorées et changer notre manière de cultiver ». Il faut aussi revoir « la manière de chauffer, de refroidir et d’éclairer nos bâtiments pour gaspiller moins d’énergie ».

 

Antonio Guterres brandit aussi

l’argument du porte-monnaie

« Des avantages énormes attendent l’humanité si nous pouvons relever le défi climatique. Un grand nombre de ces avantages sont économiques. » Selon lui, l’action climatique et le progrès socio-économique se renforcent mutuellement : des terres dégradées restaurées signifient de meilleurs niveaux de vie pour des agriculteurs qui ne migrent plus vers les villes, l’assainissement de l’eau sauverait la vie de 360.000 bébés, l’air pur qui a un impact sur la santé publique… Il estime que ce combat produirait « des gains de 26 trillions de dollars d’ici 2030 par rapport au statu quo ». Sera-t-il entendu ? Son discours survient en tout cas deux jours avant un sommet mondial inédit pour l’action climatique qui doit réunir à San Francisco des milliers d’élus, de maires, de responsables d’ONG et d’entreprises.

Sources – Agences

 

 

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 07:47

L'Union européenne ne protège pas suffisamment la santé de ses habitants contre la pollution de l'air, dénonce la Cour des comptes européenne, dans un rapport publié ce 11 septembre. 

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution atmosphérique serait responsable de 400 000 décès prématurés chaque année ; ce serait même plus de 500 000 décès selon l'Agence européenne pour l'environnement. « Un coût humain et économique qui n'a pas suscité d'action appropriée à l'échelle de l'UE », jugent les auditeurs de la Cour des comptes. 

Celle-ci incrimine d'abord la législation, qui repose sur la directive sur la qualité de l'air ambiant, adoptée en 2008, il y a 20 ans. Ses normes sont« nettement moins strictes que les lignes directrices de l'OMS », elles autorisent les dépassements fréquents des seuils, ne comportent pas de limite d'exposition journalière pour les particules fines (PM2,5) et sont« trop peu contraignantes au regard des dernières données scientifiques » sur les effets sanitaires de la pollution, lit-on.

Certes, la directive a contribué à faire diminuer les émissions de polluants atmosphériques : - 89 % pour les émissions de d'oxyde de soufre entre 1990 et 2015, - 56 % d'émissions dioxyde d'azote, et - 26 % d'émissions de particules fines (PM2,5) depuis 2000. Mais cela ne se traduit pas par des réductions d'ampleur similaire au niveau des concentrations en polluants atmosphériques. La pollution atmosphérique serait même sous-estimée faute d'avoir été mesurée dans des endroits stratégiques (à proximité des axes routiers ou des sites industriels), souligne la Cour.

Ces conclusions rejoignent celles de la Cour des comptes française qui soulignait, en janvier 2016 qu'une quarantaine de zones dépassaient les seuils réglementaires européens en matière de dioxyde d'azote ou de PM2,5 malgré deux décennies de réduction des émissions de polluants. Elles font aussi écho à l'appel de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'environnement (ANSES) pour que la France se dote de normes plus protectrices. 

Sanctions sans effets

Autre grief : les États membres ne mettent pas en œuvre cette directive. En 2016, 13 États membres dépassaient les valeurs limites pour les particules fines, et 19 pour le dioxyde d'azote. La France faisait partie des deux listes. 

Les mesures coercitives prises par la Commission européenne semblent peu dissuasives. Voire inefficaces, tant les délais s'étirent. La France a ainsi été renvoyée devant la justice en mai dernier pour non-respect des seuils relatifs au dioxyde d'azote, après des mises en garde infructueuses depuis... 2005.

Plus largement, les pays ne prennent pas suffisamment en compte la nécessité de réduire la pollution atmosphérique dans leurs politiques publiques (transports, énergie, industrie, agriculture, etc.) regrette la Cour. 

Seul point positif : les citoyens, notamment via les associations qui vont jusqu'à porter le combat devant les tribunaux, comme en France, commencent à être mieux sensibilisés, souligne l'instance européenne.   

Actualisation de la directive européenne 

Les Sages recommandent une action plus efficace de la part de la commission, grâce au partage de bonnes pratiques des États membres ou à des procédures d'infraction plus courtes. Elle invite la commission à réviser la directive sur la qualité de l'air ambiant, en l'alignant sur les lignes directrices de l'OMS, et à améliorer l'emplacement des stations de mesure de la pollution. La Cour des comptes demande enfin que les politiques de l'UE intègrent la qualité de l'air comme priorité et que les pays améliorent la sensibilisation et l'information au public, avec l'aide des professionnels de santé. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
_____________________________________________________________________________________________________________
Pour aller plus loin :

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 08:28

Mercredi 13 décembre, la mission d’information commune sur les produits phytopharmaceutiques a auditionné le professeur Robert Barouki, praticien hospitalier et directeur de l’unité de recherche de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

L’institut, qui emploie 5 000 permanents, est composé de plus de 300 équipes, dont certaines s’intéressent à la thématique santé-environnement, notamment à l’impact des pesticides sur la santé, depuis 20 ans, à travers des études épidémiologiques (cohortes) ou expérimentales. L’INSERM a ainsi publié une expertise collective en 2013 sur les effets sanitaires de l’exposition aux produits phytosanitaires.

Le professeur a indiqué que les différentes résultats démontrent de « fortes présomptions, à 80 % » de liens de causalité entre l’exposition aux produits phytopharmaceutiques et l’apparition de certains cancers et de certaines pathologies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. Ce lien est particulièrement bien avéré en ce qui concerne les professionnels utilisateurs (agriculteurs) ou fabricants. D’autres résultats, moins nombreux, démontrent aussi des effets sur la population générale, notamment des problèmes de fertilité ou de malformations congénitales. (voir)

En entendant la présentation du professeur, la présidente de la mission Elisabeth Toutut-Picard a noté que c’était « la première fois qu’un expert scientifique a le courage de se positionner » sur cette question du lien de causalité, depuis le début des travaux de la mission.

https://youtu.be/ZxFKMIvjdII?t=701

Ecouter aussi sur France Culture : Respirer est-ce encore bien vivre ? 

Partager cet article

Repost0
15 août 2018 3 15 /08 /août /2018 13:52

Gérard Borvon

 

"C'est un fait connu, & sans doute depuis longtemps, qu'une chambre, qu'un carrosse, une couche, sont plus fortement chauffés par le soleil, lorsque ses rayons passent au travers de verre ou de châssis fermés, que quand ces mêmes rayons entrent dans les mêmes lieux ouverts & dénués de vitrage. On sait même que la chaleur est plus grande dans les chambres ou les fenêtres ont un double châssis."

 

C'est ainsi que Horace Bénédict de Saussure débutait une lettre, datée du 17 avril 1784, adressée, depuis Genève, au "Journal de Paris". Géologue et naturaliste né à Conches près de Genève, en 1740, Saussure est surtout connu pour ses excursions dans les Alpes et en particulier pour avoir été l'un des premiers à atteindre le sommet du Mont Blanc où il avait pu constater que la température d'ébullition de l'eau n'était plus que de 86° de notre échelle Celsius.

 

En 1824, Sadi Carnot avait publié ses " Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance", texte fondateur de la thermodynamique. Il y note déjà en introduction que "c'est à la chaleur que doivent être attribués les grands mouvements qui frappent nos regards sur la terre ; c'est à elle que sont due les agitations de l'atmosphère, l'ascension des nuages, la chute des pluies et autres météores..." 

 

La chaleur est aussi l'un des premiers centres d'intérêt de Saussure. C'est pourquoi ce phénomène d'élévation de la température derrière une vitre ne pouvait pas manquer d'attirer son attention.

 

"Lorsque je réfléchis pour la première fois à ces faits si connus, je fus bien étonné qu'aucun Physicien n'eût cherché à voir jusqu'où pouvait aller cette augmentation ou cette concentration de la chaleur", écrit-il.

 

Horace Bénédict de Saussure, l'héliothermomètre et l'effet de serre.

 

Il se propose donc de rendre compte d'une série de mesures qu'il à commencées dès 1767. Son dispositif expérimental, auquel il donne le nom d'Héliothermomète, est une "caisse en sapin d'un pied de longueur sur 9 pouces de largeur et de profondeur". Des études antérieures lui ont montré qu'un corps sombre absorbe mieux la chaleur, il choisit donc de tapisser l'intérieur de la boite "d'un liège noir épais d'un pouce" qui constitue par ailleurs un bon isolant thermique. Son couvercle est constitué de trois glaces "placées à un pouce et demi de distance l'une de l'autre". l'expérience demande de suivre la course de soleil de telle sorte que ses rayons entrent toujours dans la boite perpendiculairement à la vitre. Utilisant cette méthode, la plus grande température qui est atteinte est de 87,7°, "c'est à dire de plus de 8 degré au dessus de la chaleur de l'eau bouillante". L'échelle utilisée est ici celle de Réaumur qui fixe à 80 degré la température d'ébullition de l'eau. Prenant des mesures pour mieux isoler la boite, il obtiendra même des températures atteignant 128°R soit 160°C.

 

Voilà pour l'observation.

"Quant à la théorie, écrit-il, elle me paraît si simple, que je ne crois pas qu'elle ajoute beaucoup à la gloire de celui qui la développera". Il se souvient que "l'immortel Newton" a prouvé que les corps sont réchauffés par la lumière qu'ils absorbent. L'explication lui paraît donc évidente :

 

 

"Sans décider si les rayons du soleil sont eux-mêmes du feu, ou s'ils ne font qu'imprimer au feu contenu dans les corps un degré de mouvement qui produit la chaleur, c'est un fait qu'ils les réchauffent. C'est un fait tout aussi certain, que quand le corps sur lesquels ils agissent est exposé en plein air, la chaleur dont ils le pénètre lui est en partie dérobée par les courants qui règnent dans l'air, & par ceux que cette chaleur produit elle même, Mais si ce corps est situé de manière à recevoir ses rayons sans être accessible à l'air, il conserve une plus grande proportion de la chaleur qui lui est imprimée".

 

La météorologie mesure aujourd'hui l'importance des phénomènes de convection pour les échanges de chaleur dans les fluides, en particulier dans l'atmosphère ou dans les océans. Saussure les avait déjà bien analysés en constatant que dans une boite vitrée, fermée et isolée, l'air conservait sa chaleur car il ne pouvait y avoir d'échange avec l'air extérieur plus froid. Bien imaginées aussi les applications possibles de son montage expérimental.

 

"Quant aux applications, je m'en suis aussi occupé", écrit-il, Comme je ne me flattais pas de fondre des métaux, je ne pensais qu'à faire servir cette invention à des usages qui ne demandent qu'une chaleur peu supérieure à celle de l'eau bouillante. Je voulais aussi éviter l'assujettissement et la perte du temps qu'entraîne la nécessité de présenter toujours la caisse au soleil à mesure que sa position change. Dans cette intention j'ai essayé d'employer des calottes de verre hémisphériques qui s'emboîtent les unes dans les autres".

 

L'idée se justifiait, la démarche témoignait d'un réel comportement scientifique. Hélas, le résultat escompté ne fut pas au rendez-vous et l'expérimentateur constate "qu'on ne pourrait pas même se flatter de faire cuire sa soupe dans cet appareil". Il préfère donc s'en tenir à sa caisse initiale qui en plus de pouvoir servir de "thermomètre solaire" serait apte, dit-il, à pratiquer des distillations ou toute autre opération qui ne demanderait pas "un degré de chaleur fort supérieur à celui de l'eau bouillante". Pourrait-il imaginer que deux siècles et demi plus tard de telles boites, d'une plus grande surface, au fond noirci traversé par des serpentins parcourus par un liquide caloporteur, seraient disposées sur les toits des maisons pour fournir à ses occupants l'eau chaude nécessaire à leur usage domestique. Son dispositif, qui avait mis en évidence ce que nous désignons aujourd'hui comme "effet de serre", est en effet devenu, par l'usage des panneaux solaires thermiques, une utilisation économe, intelligente et non-polluante du rayonnement solaire.

 

Jean Baptiste Joseph Fourier. De l'héliothermomètre à la température du globe terrestre.

 

Fourier (1768-1830) est d'abord connu comme mathématicien pour ses "séries", outil mathématique qu'il a d'abord appliqué à l'étude de la diffusion de la chaleur. En 1827 est publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences de l'Institut de France son "MÉMOIRE sur les températures du globe terrestre et des espaces planétaires". S'interrogeant sur l'influence de l'atmosphère sur la température du globe il fait une référence appuyée aux travaux de Saussure. On doit, dit-il au célèbre voyageur, une expérience qui apparaît très propre à éclairer la question". Il décrit avec précision l'instrument mis au point par Saussure. Celui-ci l'intéresse particulièrement par le fait qu'il a permis à son constructeur de "comparer l'effet solaire sur une montagne très élevée à celui qui avait lieu dans une plaine inférieure", montrant ainsi le rôle de l'épaisseur de l'atmosphère dans le phénomène.

 

"La théorie de cet instrument est facile à concevoir", dit-il. Comme Saussure il considère "que la chaleur acquise se concentre parce qu'elle n'est point dissipée immédiatement par le renouvellement de l'air". Il y ajoute une seconde raison qui nous rapproche d'une vision contemporaine largement vulgarisée :

 

"la chaleur émanée du soleil a des propriétés différentes de la chaleur obscure. Les rayons de cet astre se transmettent en assez grande partie au-delà des verres dans toutes les capacités et jusqu'au fond de la boite. Ils échauffent l'air et les parois qui le contiennent : alors la chaleur ainsi communiquée cesse d'être lumineuse; elle ne conserve que les propriétés commune de la chaleur rayonnante obscure. Dans cet état, elle ne peut traverser librement les plans de verre qui couvrent le vase ; elle s'accumule de plus en plus dans une capacité enveloppée d'une matière très-peu conductrice, et la température s'élève jusqu'à ce que la chaleur affluente soit exactement compensée par celle qui se dissipe".

 

Une dizaine d'année sépare ce texte de la présentation par Fresnel de sa théorie ondulatoire de la lumière. Cette "chaleur rayonnante obscure" attendra encore quelques années avant d'être qualifiée de "rayonnement infrarouge".

 

L'analogie avec l'atmosphère s'impose alors à Fourier. Le même phénomène expliquerait la température plus élevée dans les basses couches de l'atmosphère. Si les différentes couches de l'atmosphère restaient immobiles, elles se comporteraient comme des vitres. "la chaleur arrivant à l'état de lumière jusqu'à la terre solide perdrait tout-à-coup et presque entièrement la faculté qu'elle avait de traverser les solides diaphanes ; elle s'accumulerait dans les couches inférieurs de l'atmosphère, qui acquerraient ainsi des températures élevées". Fourier n'ignore pourtant pas que l'air chaud s'élève et se mélange à l'air froid des altitudes mais il estime que ce phénomène ne doit pas altérer totalement l'effet de la lumière obscure "parce que la chaleur trouve moins d'obstacles pour pénétrer l'air, étant à l'état de lumière, qu'elle n'en trouve pour repasser dans l'air lorsqu'elle est convertie en chaleur obscure".

 

Depuis Lavoisier on sait que l'air est un mélange de gaz, que signifie alors la perméabilité de l'air au rayonnement solaire ou à la "chaleur rayonnante obscure" ? Les différents gaz qui le composent ont-ils tous le même comportement ? C'est la question que se pose John Tyndall.

 

John Tyndall (1820-1893), le découvreur des gaz à "effet de serre".

 

John Tyndal est né en Irlande et y a vécu sa jeunesse. Autodidacte, comme Faraday dont il a été l'élève, ses travaux scientifiques lui valent une solide renommée, tant en Europe que dans les Etats d'Amérique. Excellent vulgarisateur, il donne, en 1864 à Cambridge, une conférence, sous le titre "La radiation", dans laquelle il expose ses travaux sur l'absorption des rayons lumineux par différents gaz. Sa traduction par l'Abbé Moigno est publiée en France dès l'année suivante. Son traducteur est enthousiaste : "Le motif de sa dissertation lui était imposé par par l'immense retentissement des ses admirables découvertes dans le domaine des radiations lumineuses et caloriques. Il l'a traité avec une lucidité, une sobriété, une élégance, une aisance magistrales ; et nous ne nous souvenons pas d'avoir lu avec plus de plaisir d'autres dissertations scientifiques".

 

Le texte est court (64 pages) et l'éloge justifié. Il mérite d'être lu dans sa totalité. Qui le lirait y trouverait l'essentiel de ce que nous enseignent les climatologues aujourd'hui. Son exposé s'attache d'abord à établir l'existence de lumières invisibles à l'oeil. Il est acquis, depuis Fresnel, que la lumière solaire est composée de multiples radiations. En particulier il s'intéresse à celle qu'il désigne sous le terme "d'ultra-rouge" et que nous désignons aujourd'hui comme "infra-rouge". Il expose comment son existence a été révélée par l'astronome britannique Wiliam Herschel. L'expérience est belle, elle mérite d'être rappelée.

 

"Forçant un rayon solaire à passer à travers un prisme, il le résolu dans ses éléments constituants, et le transforma en ce qu'on appelle techniquement le spectre solaire (souligné par lui). Introduisant alors un thermomètre au sein des couleurs successives, il détermina leur pouvoir calorifique, et trouva qu'il augmentait du violet, ou du rayon le plus réfracté, au rouge ou rayon le moins réfracté du spectre. Mais il ne s'arrêta pas là. Plongeant le thermomètre dans l'espace obscur au delà du rouge, il vit que, quoique la lumière eût entièrement disparu, la chaleur rayonnante qui tombait sur l'instrument était plus intense que celle que l'on avait mise en évidence à tous les points du spectre visible."

 

Mentionnant les travaux de Ritter et Stokes sur les "ultraviolets" Tyndall pouvait alors présenter le rayonnement solaire comme composé de "trois séries différentes".

  1. des rayons ultra-rouges d'une très grande puissance calorique, mais impuissants à exciter la vision.

  2. Des rayons lumineux qui déploient la succession suivante de couleurs : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, indigo, violet

  3. des rayons ultra-violets, impropres à la vision comme les rayons rouges, dont le pouvoir calorifique est très-faible, mais qui en raison de leur énergie chimique, jouent un rôle très important dans le monde organique.

 

Suit un exposé sur la nature des radiations. Quel est le lien entre la chaleur dégagée dans un fil de platine chauffé au rouge ou au blanc par un courant électrique le traversant et la perception de cette lumière par l'oeil ? Son compatriote Maxwell a émis récemment l'hypothèse selon laquelle la lumière serait une onde électromagnétique se déplaçant dans un hypothétique éther. Sa réponse est conforme au modèle. Il existe dit-il un "éther lumineux" qui comme l'air transmet les sons, est "apte à transmettre les vibrations de la lumière et de la chaleur". Ainsi "chacun des chocs de chacun des atomes de notre fil excite en cet éther une onde qui se propage dans son sein avec la vitesse de 300 000 kilomètres par seconde". C'est cette onde, reçue par la rétine, qui provoque chez nous la sensation de lumière.

 

Le chapitre qui suit a pour titre "Absorption de la chaleur rayonnante par les gaz". Son objet concerne particulièrement notre sujet, à savoir ce que nous désignons par "effet de serre".

 

"Limitant tout d'abord nos recherches au phénomène de l'absorption, nous avons à nous figurer une succession d'ondes issues d'une source de rayonnement et passant à travers un gaz. Quelques-unes de ces ondes viennent se contre des molécules gazeuses et leur cèdent leur mouvement ; d'autres glissent autour des molécules, ou passent à travers leurs espaces intermoléculaires, sans obstacle sensible. Le problème consiste à déterminer si de semblables molécules libres ont à un degré quelconque le pouvoir d'arrêter les ondes de la chaleur, et si les différentes molécules possèdent ce pouvoir à différents degrés".

 

Le montage expérimental consiste en un plaque de cuivre chauffée jusqu'à incandescence. La lumière produite est transmise à un tube fermé par deux plaques de sel gemme "seule substance solide qui offre un obstacle presque insensible au passage des ondes calorifiques". Le tube peut être rempli de gaz divers sous la même pression de 1/30 d'atmosphère. La température y est mesurée par une "pile thermo-électrique", instrument d'une invention récente.

 

Les résultats sont publiés dans un tableau qui exprime les quantités de radiations absorbées respectivement par les différents gaz, "en prenant pour unité la quantité absorbée par l'air atmosphérique".

 

 

On y retrouve la plupart des gaz dont la nuisance nous préoccupe aujourd'hui. En particulier le dioxyde de carbone (acide carbonique), le méthane, le protoxyde d'azote, l'acide nitreux.

 

Une dernière partie vient compléter ce tableau. Elle concerne l'étude "des vapeurs aqueuse de l'atmosphère dans leurs rapports avec les températures terrestres". L'importance des résultats mérite une mise en scène. Après les premières mesures effectuées sur différents gaz, "nous voici préparés à accepter un résultat qui sans ces préliminaires serait apparu complètement incroyable", annonce le conférencier.

 

Le nouveau gaz étudié n'est autre que la vapeur d'eau. C'est "un gaz parfaitement impalpable, diffusé dans toute l'atmosphère même les jours les plus clairs". La quantité de cette vapeur est infinitésimale comparée à la composition de l'air en oxygène et azote. Pourtant les mesures effectués montrent que son effet est 200 fois supérieur à celui de l'air qui la contient. Ce fait, note-t-il, "entraîne les conséquence les plus graves relativement à la vie sur notre planète".

 

Conséquences les plus graves ? C'est exactement ce que seraient tentés de dire la plupart de nos contemporains mais John Tyndall y voit en réalité une chance. La chaleur du sol échauffé par les rayons du soleil se communiquent à l'atmosphère sous formes de ces ondes de lumière "ultra-rouges" de grande puissance calorique. L'air seul serait insuffisant pour les retenir. Heureusement, constate Tyndall "les vapeur aqueuses enlèvent leur mouvement aux ondes éthérées, s'échauffent et entourent ainsi la terre comme d'un manteau qui la protège contre le froid mortel qu'elle aurait sans cela à supporter". Plus tard, dans sa conclusion, le constat prend des proportions lyriques. "La toile d'araignée tendue sur une fleur suffit à la défendre de la gelée des nuits ; de même la vapeur aqueuse de notre air, tout atténuée qu'elle soit, arrête le flux de la chaleur rayonnée par la terre, et protège la surface de notre planète contre le refroidissement qu'elle subirait infailliblement, si aucune substance n'était interposée entre elle et le vide des espaces célestes". Il en veut pour preuve que partout où l'air est sec (déserts, sommets des hautes montagnes) cela entraîne des températures diurnes extrêmes. Inversement "pendant la nuit, la terre rayonne sans aucun obstacle la chaleur vers ses espaces célestes et il en résulte un minimum de température très-basse".

 

La découverte est d'importance et il la revendique. S'il reconnaît à ses prédécesseurs, de Saussure, Fourier, Pouillet, Hopkins, d'avoir "enrichi la littérature scientifique" sur ce sujet, il fait le constat que ce n'est pas, à présent, à l'air, comme ils l'ont fait, qu'il faut s'intéresser mais à la vapeur d'eau qu'il contient.

Notons ici que, s'il cite Saussure, l'effet qu'il décrit n'a plus rien à voir avec celui d'une serre dans laquelle l'air chauffé par le soleil serait confiné. C'est donc de façon erronée que l'expression "effet de serre" continue à alimenter nos débats contemporains. D'où vient l'expression ? on la trouve utilisée par Arrhenius, dont nous verrons bientôt la contribution. "Fourier, écrit-il, le grand physicien français, admettait déjà (vers 1800) que notre atmosphère exerce un puissant effet protecteur contre la perte de chaleur par rayonnement. Ses idées furent plus tard développées par Pouillet et Tyndall. Leur théorie porte le nom de la théorie de la serre chaude (souligné par nous), parce que ces physiciens admirent que notre atmosphère jour le même rôle que le vitrage d'une serre".  Si le terme retenu par la milieu scientifique est "forçage radiatif", l'image torride d'une serre est tellement plus parlante que son succès est assuré pour longtemps encore.

 

Ainsi donc la terre est protégée par la vapeur d'eau ? Nous sommes dans la première période du développement industriel de l'Europe, comment Tyndall pourrait-il imaginer que cet équilibre qui dure depuis des milliers d'années sera rompu dans le siècle à venir. Non pas essentiellement par la vapeur d'eau mais par le CO2. Que dit-il de ce gaz ? Il a déjà mesuré que son pouvoir d'absorption des rayons lumineux est près de 1000 fois supérieur à celui de l'air. Il constate également qu'il existe un nombre de rayons "pour lesquels l'acide carbonique est impénétrable". Il en fait même un moyen de mesure du taux de CO2 dans l'air expiré par les poumons. Mais il ne percevra pas son rôle prépondérant dans le réchauffement de l'atmosphère. Ce sera la contribution de Svante Arrhenius.

 

Svante Arrhenius.

 

Svante Arrhenius est né à Vik en Suède en 1859. Chimiste, Prix Nobel, les apprentis chimistes le connaissent par la loi concernant les vitesses des réactions chimiques à laquelle on a donné son nom. Les météorologues se souviennent d'abord de ses études sur l'absorption de la lumière infrarouge par la vapeur d'eau et le CO2. Son article "De l'influence de l'acide carbonique dans l'air sur la température au sol", publié en 1896, a été longtemps une référence. Même si ses calculs ont ensuite été contestés, son analyse a amené certains commentateurs à faire de Arrhenius "le père du changement climatique".

 

Utilisant des mesures faites par Frank Washington Very et Samuel Pierpont Langley sur le rayonnement lunaire, il déduit le pourcentage d'absorption du CO2 par notre atmosphère. Il prend alors conscience du fait que l'augmentation rapide de la consommation de charbon peut contribuer à augmenter cette quantité. "L'acide carbonique, écrit-il, forme une fraction si peu importante de l'atmosphère que même la consommation industrielle de charbon semble pouvoir y influer. La consommation annuelle de houille a atteint en 1907 1200 millions de tonnes et elle augmente rapidement". Il note que sa progression est régulière : 510 millions de tonnes en 1890, 550 millions de tonnes en 1894, 690 en 1899, 890 en 1904 et il estime donc que "la quantité répandue dans l'atmosphère puisse être modifiée, dans le cours des siècles, par la production industrielle" .

La combustion de ce charbon faisant augmenter le taux de CO2 dans l'atmosphère, il estime que si ce taux doublait, la température terrestre pourrait augmenter de l'ordre de 4°C.

 

Ce taux était alors de l'ordre de 300ppm et il n'imaginait pas ce doublement avant 3000ans, c'est à dire le temps qu'il estimait nécessaire avant d'épuiser l'essentiel des ressources du sous-sol en charbon. Un siècle plus tard, ce taux a déjà dépassé 400ppm. Sans être trop pessimistes les scientifiques du Giec estiment que cette augmentation de température de 4°C pourrait être atteinte à la fin de ce siècle et nous alertent sur tous les bouleversements qui nous attendent !

 

Arrhenius, quant à lui, n'est pas inquiet. S'il pense aux générations futures c'est en considérant que cette augmentation de la température pourrait  avoir pour elles un aspect bénéfique. Il l'affirme sans hésiter dans un ouvrage publié en 1907 dans lequel il présente sa vision de l'apparition et de l'évolution de la vie sur terre sous le titre "Worlds in the making; the evolution of the universe", traduit en France sous le titre "L'évolution des mondes.

 

"Nous entendons souvent, écrit-il, des lamentations sur le fait que le charbon stocké dans la terre est gaspillé par la génération présente sans aucune pensée pour la future… Nous pouvons trouver une sorte de consolation dans la considération que ici, comme souvent, il y a un bénéfice d'un côté pour un dommage de l'autre. Par l'influence de l'accroissement du pourcentage de l'acide carbonique dans l'atmosphère, nous pouvons espérer profiter dans le futur d'un climat meilleur et plus équitable, spécialement en ce qui regarde les régions les plus froides de la terre. Dans le futur la terre produira des cultures beaucoup plus abondantes qu'actuellement, au profit de l'accroissement rapide de l'humanité."

 

 

Il a fallu moins d'un siècle pour que ce rêve d'un avenir radieux, du moins pour les habitants de l'hémisphère nord, se transforme en cauchemar.

______________________________________________________

Voir aussi :

 

Historique de l'effet de serre

Partager cet article

Repost0
6 août 2018 1 06 /08 /août /2018 20:04

L’électricité est une énergie qui ne se stocke pas

Si la majorité des énergies primaires (gaz, pétrole ou charbon) se stocke facilement, il est en revanche très difficile de stocker l’électricité en grande quantité. Cependant, il est possible de la convertir en d’autres formes d’énergies intermédiaires et stockables (potentielle, cinétique, chimique ou thermique).

Jusque dans les années 1980, les moyens de conversion permettant le stockage du courant alternatif étaient excessivement coûteux, voire très peu fiables ou inexistants. Cela a évolué avec l’arrivée de l’électronique de puissance plus performante et dont les puissances traitées sont maintenant quasiment illimitées. Aujourd’hui, les recherches sur le sujet du stockage sont légion. En témoignent les nombreux travaux lancés tant à l’échelon français qu’à échelon européen.

Le stockage, cause énergétique internationale

En effet, dans un de ses rapports publiés en 2009, l’Agence internationale de l’énergie estime les besoins de stockage supplémentaires pour l’Europe occidentale entre 0 et 90 GW d’ici 2050, en fonction des progrès des techniques de prévision météorologique (en particulier concernant l’énergie éolienne) et du développement des réseaux électriques intelligents. Ces estimations sont fondées sur l’hypothèse d’une production électrique assurée à 30 % par des énergies renouvelables (Blue Map Scenario 2050).

La Commission européenne a fait du stockage de l’électricité un de ses chantiers prioritaires et a souligné à plusieurs reprises le rôle primordial du stockage : communication du 10 novembre 2010 « Énergie 2020 – Stratégie pour une énergie compétitive, durable et sûre », demande de réalisation d’une analyse des capacités de stockage nécessaires en Europe dans un schéma d’ensemble de toutes les infrastructures prioritaires pour 2020-2030, etc. En outre, le 20 juillet 2010, l’Union européenne a lancé un nouvel appel à projets dans le domaine de l’énergie qui englobe, entre autres, la thématique du stockage de l’électricité. Pour la Commission européenne, l’objectif est de retenir un ou deux projets collaboratifs de démonstrateurs améliorant la « gestion de l’énergie sur différents aspects pour élargir le recours à la production d’électricité par les énergies renouvelables, y compris en termes de qualité du courant ». L’enveloppe d’aide budgétaire prévue se situera entre 20 et 50 millions d’euros.

En France, le stockage est également considéré comme un élément clef à prendre en compte dans les années à venir : la DGEC parle d’un « vecteur énergétique très prometteur dans la décarbonisation des usages énergétiques » et de nouvelles solutions de stockage sont expérimentées dans les différents démonstrateurs : Millener, Nice Grid, Pégase, etc.

Quatre enjeux prioritaires ont été identifiés :

  • les systèmes de stockage doivent prendre en compte tous les enjeux environnementaux (analyse de type cycle de vie) ;
  • la valorisation économique du dispositif de stockage doit être intégré dès la conception ;
  • le développement de procédés industriels doit être accompagné (d’où l’idée de lancer des démonstrateurs) ;
  • le cadre institutionnel et réglementaire propice au déploiement du stockage doit être défini.

Voir le site de la Commission de régulation de l'énergie.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 13:22

 

Paru en septembre 2016.

Lemieux éditeur. 144 pages, 12€.

"Quand une seule maladie atteint un grand nombre d'individus au même moment, il faut en attribuer la cause à ce qui est le plus commun ; à ce que nous utilisons tous le plus ; or c'est ce que nous respirons." (Hippocrate, Nature de l'Homme)

 

 

_________________________________________________________________

avant-propos

L’ère du méchant air.

Fin novembre 2014, Conférence environnementale, discours télévisé de François Hollande, depuis l’Élysée. Sujet principal : la « Conférence mondiale pour le climat » qui sera organisée à Paris en décembre 2015.

 

 

 

Sous les ors de la République, le cadre est majestueux, le discours se veut impérial :

"C’est la troisième conférence environnementale, c’est la première fois qu’elle se tient ici à l’Élysée.

Elle marque donc la volonté qui est la mienne, qui est celle de l’État, de faire de l’environnement non pas simplement une cause nationale, mais un enjeu européen et mondial.

C’est la tradition de la France de porter un message universel. Longtemps, elle a pensé que c’était sur les droits de l’Homme et les droits économiques qu’elle pouvait faire entendre sa voix. Aujourd’hui, consciente des risques et des menaces, la France veut être exemplaire."

 

Dans ce flot de paroles convenues, une petite phrase retient toute mon attention :

 

"Sur la pollution de l’air, nous sommes conscients que nous devons diminuer le taux des particules, aller plus loin dans l’identification des véhicules polluants, des mesures à prendre en cas de pic…"

 

J’écoute et plus le propos est lyrique et plus je mesure le gouffre qui sépare le discours de la pratique. On continue à recouvrir de bitume des terres agricoles et des espaces naturels pour en faire les parkings de supermarchés. On éventre des espaces boisés pour faire passer les voies rapides qui amèneront encore plus de voitures dans les centres-villes déjà saturés. On continue à épandre sur les sols les engrais industriels, les lisiers et les pesticides qui empoisonnent l’eau des rivières et rendent insalubre l’air que nous respirons.

 

Militant, en Bretagne, au sein d’une association environnementale plus particulièrement attachée à la préservation de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, j’ai siégé à ce titre au Comité de bassin Loire-Bretagne et au Comité national de l’Eau, organe consultatif où j’ai vu passer cinq ministres en l’espace d’une dizaine d’années. J’y ai constaté la faiblesse des administrations, et particulièrement celle des ministres, incapables de résister à la pression permanente des lobbies de l’industrie, de l’agriculture et des distributeurs d’eau. J’y ai mesuré l’importance de la société civile lorsqu’il s’agit de défendre un espace de vie démocratique.

 

Dans ces institutions opaques, une poignée de militants associatifs sont noyés dans un océan de représentants de l’industrie, de l’agriculture et des administrations. Ils s’efforcent d’y faire entendre la petite voix de leurs concitoyens attachés à la défense de l’environnement naturel et de leur cadre de vie.

 

À l’écoute des militants d’autres régions, j’ai pu constater que, malgré sa mauvaise réputation, la Bretagne n’est pas nécessairement la plus polluée des régions françaises. Les grandes plaines céréalières, les régions productrices de fruits, les vignobles, lui disputent plusieurs records. En vérité, la pollution est chez nous plus visible. Le réseau serré des ruisseaux et rivières qui maillent notre territoire apporte, sans délai, les excès de nitrates sur les côtes où se développent les algues vertes. Leur putréfaction émet les gaz nocifs dont tout laisse à penser qu’ils ont déjà provoqué la mort de deux personnes en plus de celle de nombreux animaux sauvages ou domestiques.

 

Si le cas breton est l’un des mieux connus, on le doit d’abord aux associations de protection de l’environnement et de consommateurs qui y sont particulièrement actives et donnent de la Bretagne l’image d’ « une région qui se bat pour son environnement ».

 

Jusqu’à présent, la pollution de l’eau a été leur cible principale. Mais peu à peu la conscience d’une source de pollution encore plus inquiétante s’est fait jour, celle du dangereux cocktail que l’air transporte jusqu’à nos poumons, en Bretagne comme sur tout le territoire : pesticides, oxydes d’azote, ozone, particules fines…

 

Si on s’en tenait aux informations délivrées par la plupart des grands médias, la pollution de l’air ne concernerait que les grandes villes. Il a fallu le hasard d’une campagne de mesures dans une commune proche du lieu où j’habite pour que je découvre une tout autre réalité.

 

SIMULACRES DÉMOCRATIQUES

Landivisiau est une petite ville du Finistère de 9 000 habitants. Début 2012 sous les derniers hoquets du quinquennat Sarkozy, ceux-ci ont eu la surprise d’apprendre que le président du Conseil régional, le futur ministre de la guerre Jean-Yves Le Drian, en accord avec le ministre de l’énergie de l’époque, Éric Besson, avaient choisi leur commune pour y implanter une centrale électrique de 450 mégawatts fonctionnant au gaz fossile. Les habitants, subissant déjà les nuisances d’une base aéronavale et d’une quatre-voies toutes proches découvraient ainsi un projet qui allait s’inscrire à proximité immédiate de leur ville. Dans cette commune prospère peu habituée aux mouvements sociaux, allait commencer une guérilla entre un collectif d’opposants très déterminés et l’habituel réseau des notables locaux, chambres de commerce et élus confondus.

 

Cela fait partie du rituel : une enquête publique dite « pour la protection de l’environnement », assortie de dossiers aussi épais que volontairement obscurs, s’est tenue en mairie. Pour qui savait lire, il était évident que les milliers de tonnes de CO2 libérées par la centrale et les pollutions multiples qui viendraient s’ajouter à celle déjà existantes, allaient à l’encontre de toutes les déclarations vertueuses des dirigeants politiques concernant la protection de l’environnement et celle de l’air en particulier.

 

Les habitants de Landivisau savent lire. Par milliers, ils ont témoigné contre le projet, rejoints par les associations environnementalistes les plus représentatives en Bretagne. Résultat ? Un avis favorable des commissaires enquêteurs et du préfet sans prise en compte d’une seule de leurs remarques. Ils s’y attendaient, on leur avait déjà refusé l’organisation d’un débat public et une longue habitude de ce genre d’enquête leur avait appris que, de Flamanville à Notre-Dame-des-Landes en passant par Sivens, elles n’étaient qu’un simulacre dans une partie où les jeux étaient faits d’avance.

 

Balayées les remarques solidement argumentées et en particulier celles concernant la pollution de l’air. Ayant commencé à s’informer sur ce que savent déjà sur le sujet les scientifiques et les organismes engagés dans la protection de la santé publique, les habitants de Landivisiau n’ont pu qu’être effarés en constatant l’inertie des pouvoirs politiques, administratifs et judiciaires face à l’énormité du problème.

 

UNE POLLUTION SOUS-ESTIMÉE

La 21e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21), à défaut d’apporter de réelles réponses, a eu au moins un mérite : le problème du dérèglement climatique, provoqué essentiellement par l’excès de CO2 dans l’atmosphère, ne peut plus être occulté. Sécheresses ici, inondations là, tornades, raz de marée, îles et côtes englouties… sans compter l’apparition de nouvelles maladies et le bouleversement des équilibres biologiques affectant tout le monde vivant : le sombre tableau décrit par les différents intervenants avait des allures d’apocalypse.

 

Pourtant la pollution de l’air provoquée par le gaspillage inconsidéré des réserves d’énergie fossile (charbon, pétrole, gaz) ne se limite pas à celle du CO2.

 

On commence seulement à mesurer les concentrations en poisons divers (pesticides, composés benzéniques, particules fines…) dans l’atmosphère et à en observer les effets sur la santé humaine. En témoigne le rapport de novembre 2015 de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Il constate que la pollution atmosphérique constitue le premier risque sanitaire d’origine environnementale en Europe. « Elle raccourcit l’espérance de vie des personnes affectées et contribue à l’apparition de maladies graves, telles que des maladies cardiaques, des troubles respiratoires et des cancers… » Elle est responsable « de plus de 430 000 décès prématurés en Europe par an » ! Un constat accablant dont les auteurs sont pourtant loin d’évoquer le profil des habituels lanceurs d’alertes des associations écologistes.

 

En nous appuyant sur les rapports issus des organismes officiels et des centres de recherche scientifique internationalement reconnus, nous montrerons que la connaissance de l’extrême gravité de la pollution de l’air est déjà bien établie. Nous évoquerons la détresse de celles et ceux dont la santé est déjà gravement atteinte. Nous ferons le constat de l’extrême faiblesse des réponses politiques face à ce scandale sanitaire.

 

Quand, en France, des études, reprises par le ministèrede la Santé, estiment que 42 000 morts par an sont imputables à la pollution de l’air pour un coût annuel pouvant atteindre 100 milliards d’euros, comment ne pas être révolté face au peu de mesures envisagées ?

 

Puisse ce court ouvrage apporter une information utile à toutes celles et tous ceux qui, au-delà de l’indignation, ont décidé que le moment de l’action est venu.

 

Il y a urgence : lorsque j’ai commencé la rédaction du livre, les décès prématurés étaient estimés à 42 000, alors que je relis ce jeu d’épreuves on nous apprend que la comptabilité macabre due à la pollution de l’air en France est désormais responsable directement de 48 000 personnes.

 

Qui aurait pu imaginer que respirer tue ?

__________________________________________________________________

 

Table des matières

avant-propos
L’ère du méchant air. 7
Simulacres démocratiques. 10
Une pollution sous-estimée .12

chapitre I
Ces pesticides que l’on respire. 15 (voir)
Pas de normes pour l’air.18
Des pesticides à pleins poumons.19
En Bretagne et plus encore ailleurs. 20
Une prise en comptetardive. 25

chapitre II
Quand les politiques publiques se bouchent le nez. 27 (voir)
Surveiller. 28
Des crédits insuffisants. 31
Un fiasco français. 34

chapitre III
Dealers de glyphosate. 37 (voir)
Ça suffit ! 39
Une inertie criminelle. 47

chapitre IV
Particules fines, gros dégât sanitaire. 51 (voir)
Les particules fines, définition. 53
Cancer du poumon : l’inquiétant bilan.56
Particules fines et mortalité à court terme en France. 57
Bébés, les premiers menacés. 58
« La dose ne fait pas le poison ». 60
Europe : un état des lieux. 63

chapitre V
Aux Antilles : silence, on empoisonne. 69 (voir)
Les épandages aériens, à quand la fin ? 70
Le scandale du chlordécone. 72
Aux Antilles, la justice coûte cher. 74
L’affaire Belpomme. 77
L’après-Belpomme. 82

chapitre VI
Les enfants, premières victimes. 87 (voir)
Pélagie : grossesse et atrazine en Bretagne. 90
Interdire les épandages ? 93

chapitre VII
Savoir ! 101 (voir)
Quand la démocratie se perd dans les bureaux d’en haut. 103
Aux Antilles : savoir, et après ? 105
En Bretagne : savoir, et après ? 112
Glyphosate : à quand les mesures de sa présence dans l’air ? 114
Vouloir ? Le Grenelle ou l’échec en spectacle. 117
Guerre chimique. 120

chapitre VIII

Utopies ? villes, routes, champs, jardins sans pesticides. 121 (voir)
Le bio, une agriculture savante d’avant la chimie. 126
Le temps du retour à l’agronomie. 130
Effet de serre, pollution de l’air le temps presse.133 (voir)
Le CO2 et le reste.136

Références documentaires.

(voir)

_________________________________________________________________

 

Respirer tue. Lu, vu, entendu, dans la presse et ailleurs.

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 12:46

Si le contrôle et le maintien de la qualité de l'eau en France a fait l'objet de la "grande" loi de 1964, il a fallu attendre 1996 pour que soit votée une "loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l’Énergie (LAURE)". Respirer un air sain serait-il moins important que de boire une eau potable ?


 

L'air, la santé et la loi.


 

Comme souvent en France lorsqu'il s'agit d'environnement, la loi répondait, avec des années de retard, à des directives cadres issus des institutions européennes : la directive du 15 juillet 1980, concernant des valeurs limites et des valeurs guides de qualité atmosphérique pour l'anhydride sulfureux et les particules en suspension, la directive du 3 décembre 1982, concernant une valeur limite pour le plomb contenu dans l'atmosphère, la directive du 7 mars 1985, concernant les normes de qualité de l'air pour le dioxyde d'azote et la directive du 21 septembre 1992, concernant la pollution de l'air par l'ozone. Ces directives européennes s'inscrivant elles-mêmes dans le cadre des lignes directrices de l'organisation mondiale de la santé (OMS) dont le préambule déclarait que "le fait de respirer de l’air pur est considéré comme une condition essentielle de la santé et du bien-être de l’homme".


 

Dans son article premier la loi française définissait son objet : "L’État et ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs établissements publics ainsi que les personnes privées concourent, chacun dans le domaine de sa compétence et dans les limites de sa responsabilité, à une politique dont l'objectif est la mise en œuvre du droit reconnu à chacun à respirer un air qui ne nuise pas à sa santé."


 

"Un air qui ne nuise pas à sa santé...". L'air, reconnu sur le plan international comme une "condition essentielle de la santé et du bien-être de l’homme" , serait donc devenu, dans la loi française, une menace dont il faille se protéger ? C'est hélas ce que l'on découvre à la lecture des mesures effectuées par les 29 associations agréées par le Ministère de l'Environnement pour la surveillance de la qualité de l'air en France : respirer peut, effectivement, nuire à notre santé !


 

La qualité de l'air surveillée.


 

Étonnante histoire que celle de ces associations de surveillance de la qualité de l'air. Rappelons que la loi sur l'eau de 1964 avait eu, entre autres mérites, de définir six Agences de Bassin. Établissements publics dépendant du ministère de L'Environnement, ces agences sont chargées de mettre en œuvre la politique de l’État en matière de qualité de l'eau. Rien de cela pour la protection de l'air, les associations auxquelles on en a confié sa surveillance sont des associations régies par la loi de 1901 qui, pour plusieurs, existaient bien avant que soit votée la loi sur l'air et, donc, relevaient d'une initiative, non pas publique mais associative.


 

En Bretagne, par exemple, l'association "Air Breizh" est issue d'une association loi 1901 nommée ASQAR ( association pour la surveillance de la qualité de l’air de l’agglomération rennaise) créée en 1987. Airparif, en Île-de-France, a été créée en 1979.


 

Le mouvement s'est accéléré à la suite du décret n° 90-389 du 11 mai 1990 instituant "une taxe parafiscale sur les émissions de polluants dans l'atmosphère affectée au financement de la lutte contre la pollution de l'air et perçue par l'Agence pour la qualité de l'air". La discrète "Agence pour la Qualité de l’Air" (AQA), créée par une loi du 7 juillet 1980, était un établissement public à caractère industriel et commercial, sous tutelle du ministre délégué à l’Environnement. En 1990-1991, la fusion de l’AQA, de l’Agence française pour la maîtrise de l’énergie et de l’Agence nationale pour la récupération et l’élimination des déchets a donné naissance à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Depuis 1999 la taxe perçue par l'ADEME est incluse dans la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP). Sont visées les installations émettant des oxydes de soufre et d'azote, des vapeurs organiques, des particules fines.


 

Une partie de cette taxe étant affectée au financement de la surveillance de la qualité de l'air, un arrêté du 9 mai 1995 établissait la liste de la trentaine d'associations agrées par le ministère de l'environnement et autorisées à la percevoir. La loi de 1996 formalisait ce fonctionnement en précisant que "Dans chaque région, et dans la collectivité territoriale de Corse, l’État confie la mise en œuvre de cette surveillance à un ou des organismes agréés. Ceux-ci associent, de façon équilibrée, des représentants de l’État et de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, des collectivités territoriales, des représentants des diverses activités contribuant à l'émission des substances surveillées, des associations agréées de protection de l'environnement, des associations agréées de consommateurs et, le cas échéant, faisant partie du même collège que les associations, des personnalités qualifiées".


 

Depuis cette date des associations agréées existent dans chaque région de métropole et d'outre-mer et sont regroupées au sein de la "Fédération des Associations de Surveillance de la qualité de l'air (ATMO France)". En sont membres les représentants des organismes de l’État (Préfectures, DREAL, ADEME, ARS, DRAF ...), les collectivités territoriales ( Conseil généraux, communautés urbaines, grandes villes... ), les principaux industriels concernés ( chambres de commerce et d'industrie, chambres d'agriculture, EDF, grosses unités industrielles...), des personnes qualifiées (scientifiques, structures médicales, associations... ).


 

Des crédits insuffisants.


 

Leur financement ? Les Agences de l'eau fonctionnent avec le pactole des redevances pollutions payées par chaque consommateur et figurant sur sa facture d'eau potable. Mais il n'y a pas encore de facture pour l'air qu'on respire ! le budget des associations membres de l'ATMO repose donc essentiellement sur les dotations de l’État, sur une partie de la taxe payée par les installations polluantes (TGAP) et sur les subventions volontaires des collectivités territoriales. Résultat : un budget insuffisant et qui se restreint de plus en plus d'où un nombre limité de mesures effectuées et des points de mesure trop peu nombreux. Huit points de mesure, par exemple en Bretagne dont 3 seulement bénéficiant de mesures complètes permettant d'établir l'indice de qualité de l'air ATMO. Pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants cet indice est calculé à partir des concentrations de quatre polluants : le dioxyde soufre (SO2), le dioxyde d'azote (NO2), l'ozone (O3) et les particules en suspension de diamètre inférieur à 10 micromètres (PM10). Ces mesures limitées aux grandes agglomérations sont à l'évidence très insuffisantes quand on constate que c'est sur l'ensemble du territoire que les habitants respirent un cocktail de pollutions diverses générées par l'industrie,l'agriculture, le chauffage urbain et les transports.


 

Dans un interview rapporté par la revue Actu-Environnement de septembre 2013, la présidente d'ATMO-France, plaidait pour une rallonge des crédits attribués aux associations membres. Avec l'élaboration des schémas régionaux climat-air-énergie, la révision des plans de protection de l'atmosphère incluant la mesure des concentrations de pesticides dans l'air et des polluants atmosphériques à proximité du trafic en milieu urbain, les associations agréées croulent sous les nouvelles missions. Leur présidente revendiquait qu'elles perçoivent une partie des taxes qui seraient prélevées sur les transports. C'était le temps où la redevance "poids-lourds" était encore dans les projets gouvernementaux.


 

Il est vrai que avec 50 millions d'euros par an partagés entre 27 associations à comparer aux 2 milliards d'euros à la disposition des six Agences de l'eau, il semblait impossible de répondre à l'urgence de l'heure, d'autant plus que la situation semblait s'aggraver. Les finances publiques étant "étriquées", la part de l'État et celle des collectivités locales pouvaient difficilement augmenter. Pire, certaines collectivités réduisaient leur contribution volontaire, allant jusqu'à la supprimer. Finalement, le financement des associations agréées de surveillance de la qualité de l'air dépendait du "bon vouloir des collectivités", regrettait Régine Lange, rappelant que le suivi de la qualité de l'air constitue pourtant un outil d'aide à la prise de décision pour ces mêmes collectivités.


 

Pour étayer son argumentation la présidente faisait valoir les 42.000 décès par an résultant de la pollution atmosphérique par les particules fines, "un chiffre issu de l'étude Cafe (Clean Air for Europe, Air pur pour l'Europe) de 2000 et qui n'est pas contesté".


 

Par ailleurs, rappelait-elle, le coût annuel associé à la mortalité précoce liée à la pollution atmosphérique est évalué entre 20 et 30 milliards d'euros par an, selon une étude récente réalisée par les services du ministère de l’Écologie. Un rapport du Sénat, publié en juillet 2015 sous le titre "Pollution de l'air : le coût de l'inaction", estimait quant à lui ce coût à 100 milliard d'euros.


 

Ne pas oublier, le contentieux ouvert par la Commission européenne à l'encontre de la France pour non-respect des valeurs limites applicables aux particules PM10 qui pourrait aboutir à une condamnation assortie d'une amende et d'astreintes financières, à savoir : onze millions d'euros d'amende et 240.000 euros par jour de dépassement du seuil réglementaire, soit plus de 100 millions d'euros pour la première année et 85 millions pour les années suivante. Nous parlerons de ces particules fines, PM10, PM2,5, dont l'extrême dangerosité se révèle chaque jour un peu plus.


 

En conclusion la présidente de ATMO-France rappelait que, si la santé publique doit être le soucis premier des autorités, une autre évidence s'imposait : "agir pour la qualité de l'air, c'est agir pour les finances publiques" .


 

Propos entendus ? En Avril 2015, alors que Paris venait de subir des pics de pollution particulièrement graves, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal décidait de réduire de 15% la subvention de l'Etat à Airparif !


 

L'état n'est pas le seul à se désengager. Sur 64 départements adhérents à ATMO-France une vingtaine ont annoncé leur départ pour 2016, ou risquent de baisser leurs apports. La région parisienne est particulièrement touchée : les Yvelines viennent de se retirer d’Airparif pour 2016, après la Seine-et-Marne en 2015 et les Hauts-de-Seine en 2012. Et cela dans la plus totale indifférence !


 

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 12:46

Le printemps a parfois d'étranges couleurs. Une photo publiée par une association agréée de protection de l'environnement du Finistère montre un champ dont le couvert végétal est d'un orange éclatant. La légende qui l'accompagne précise que cette photo n'a pas été prise pendant la canicule de l'été 2003 mais dans un mois d'avril bien arrosé.


 

Pourquoi cette couleur ?


 

Ce champ a la particularité d’être situé à proximité des sources de l'Élorn, la rivière qui alimente l’agglomération brestoise en eau potable ainsi que la majorité de la population du Nord-Finistère (300.000 habitants). Directive Cadre Européenne oblige, dans cette région en excédent structurel de nitrates dans les rivières, les exploitants agricoles doivent semer un couvert végétal pendant l’hiver pour capter les excédents de nitrates présents dans leur sol.


 

Au printemps ce couvert doit laisser la place au maïs qui bientôt absorbera les mètres cubes de lisier accumulés pendant l’hiver et qui déborde des fosses. Il faut donc le détruire. Comment ? Par un moyen mécanique respectueux de l’environnement ? Ce serait trop demander. Place au Roundope* qui vous nettoie tout cela en un seul passage et tant pis pour la pollution de l’air et de l’eau.


 

D’où ces couleurs lumineuses des champs de Bretagne en ce beau printemps.


 

*Note : Les militants locaux ont pris l'habitude de désigner par "Roundope" toute espèce de mélange à base de glyphosate utilisé comme désherbant. Toute ressemblance avec une marque connue, ajoutent-ils, ne serait pas totalement fortuite.


 

La folie du Roundope, dont le glyphosate est le produit actif, a été contagieuse. Ce sont les services de l'équipement qui en aspergeaient les bords des routes. Ce sont les employés communaux qui le pulvérisaient sur les trottoirs, y compris au ras des cours de récréation et des aires de jeu. Il a fallu la pression persistance des associations de protection de l'environnement pour que la pratique régresse. Grâce à leur action, les mêmes qui hier arrosaient copieusement leurs espaces publics de désherbants divers, affichent aujourd'hui des panneaux dont le décor, agrémenté de fleurs, d'abeilles et de papillons, fait savoir au visiteur que les pesticides sont désormais bannis de leur commune.


 

Mais les dealers de dope glyphosatée ne renoncent pas si facilement.


 

Le Roundope ça suffit !


 

Ce jour d'avril 2008, de nombreux lecteurs matinaux de leur quotidien préféré, ont eu du mal à avaler leur première tasse de café : sur une demi page ils pouvaient découvrir un placard publicitaire de la société Monsanto en faveur de son produit phare, le Roundup. Celui-ci avait clairement pour cible les "jardiniers du dimanche".


 

Le placard publicitaire annonçait d'entrée la couleur : "Encore un week-end perdu a arracher les mauvaises herbes. Il suffit d'oublier un fragment de racine pour devoir tout recommencer. Et si vous demandiez un coup de main à Roundup, le complice de votre tranquillité ? "


 

L'opération était habile et le vocabulaire bien choisi : faire de chaque amateur de jardinage un "complice". Ceci à condition qu'aucun d'entre-eux n'ait la curiosité de lire l'étiquette du produit sur laquelle il lui est recommandé :


 

  • de ne pas pulvériser quand il y a du vent.

  • de ne pas traiter par temps de pluie.

  • de ne pas traiter en plein hiver ni par temps très sec.

  • de ne pas traiter par grande chaleur.

  • de ne pas traiter à moins de 5 mètres d'un point d'eau ou de bouches d'eau pluviale ou d'eaux usées.

  • d'éloigner les enfants et les animaux domestiques de la zone traitée pendant environ 6 heures.

  • de porter une tenue recouvrant intégralement le corps avec gants et bottes.

  • de rincer trois fois son matériel après application sans faire de rejet dans les eaux usées.


 

Résumons : ne pas utiliser quand il pleut ou quand il fait sec, quand il fait chaud ou quand il fait froid. Ne pas oublier les gants, les bottes, le masque, la tenue de cosmonaute. Séquestrer les enfants et les animaux. Bref, quel est le jardinier, sachant lire une notice et soucieux de sa santé, de celle de ses proches et surtout de sa "tranquillité" pendant le week-end, qui pourrait avoir envie d'utiliser un tel produit !


 

Parmi les lecteurs de ce pavé publicitaire, les plus scandalisés étaient certainement les militants de l’association "Eau et Rivières de Bretagne" qui s'étaient fortement engagés dans la lutte contre les publicités mensongères des marchands de phytotoxiques. Pour ces militants la nouvelle publicité de Monsanto, producteur du Roundup, constituait une incroyable provocation.


 

En juillet 2001, l'association avait porté plainte pour publicité mensongère, à l’encontre des dirigeants de la société : dans plusieurs campagnes publicitaires télévisuelles ainsi que sur les emballages de ses produits, Monsanto affirmait que le Roundup était « 100 % biodégradable, respectait l’environnement, et était sans danger pour l’homme » ! Un procès-verbal d'infraction avait été dressé par la Direction de la Concurrence et de la Consommation.


 

Aux États-Unis, dès 1996, Monsanto avait dû abandonner cette publicité à la suite d’une procédure judiciaire engagée par le procureur général de l’État de New-York. Cette publicité avait, hélas, eu le temps d'atteindre son objectif et permis le développement des ventes du désherbant qui représentaient alors environ 60 % du marché.


 

En France, l'affaire était traitée par le tribunal correctionnel de Lyon. Le 26 janvier 2007, il condamnait, deux responsables des sociétés Monsanto et Scotts France, pour publicité mensongère sur les pesticides de la marque commerciale "Roundup". En plus de l'amende 15 000 euros, les deux sociétés étaient condamnées à verser des dommages et intérêts aux deux associations, Eau & Rivières de Bretagne et CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie), qui s’étaient constituées partie civile.


Monsanto ayant fait appel de cette décision, le jugement définitif, n'était pas encore rendu au moment où passait cette publicité qui, cette fois, se gardait bien de déclarer que le Roundup "protégeait" l'environnement. Seul, sous forme de provocation, un gentil "toutou" à l'angle du placard publicitaire rappelait la précédente campagne dans laquelle l'animal était sensé traiter au Roundup la plante qui avait poussé au dessus de l'os qu'il convoitait.


 

La sanction était finalement confirmée par un arrêt du 9 octobre 2009 de la chambre criminelle de la cour de cassation. Selon les magistrats, le mensonge publicitaire résultait d’une "présentation qui élude le danger potentiel du produit par l’utilisation de mots rassurants et induit le consommateur en erreur en diminuant le souci de précaution et de prévention qui devraient normalement l’inciter à une consommation prudente". L'affaire était donc entendue, grâce à l'action des associations, le Roundup ne pourrait plus se présenter comme inoffensif et de surcroît "biodégradable".


 

Côté scientifiques, d'autres "lanceurs d'alerte" avaient pris le relais.


 

Dangereux le Roundope ?


 

On connaît le combat du biologiste Gilles-Eric Séralini pour faire connaître ses travaux et ceux de son équipe sur la nocivité du Roundup. Dans leur première étude, publiée en 2007, les biologistes ont voulu voir quels étaient les effets du pesticide sur des cellules embryonnaires mises en culture. Ils constataient que, même à des doses considérées comme non toxiques, le produit empêchait la formation d’hormones sexuelles essentielles au bon développement du fœtus, de ses os et de son sexe. On connaît les pressions et interventions multiples pour combattre et dénaturer les résultats obtenus et la ténacité du chercheur à défendre sa méthode et à exiger que les études réalisées par les industriels pour la mise en marché du produit soient rendues publiques.


 

D'autres chercheurs, agissant par d'autres voies, avaient eux-mêmes trouvé des résultats analogues.


 

Fin juin 2007, le titre d'un article du journal Le Télégramme, diffusé en Bretagne, ne pouvait qu'attirer le regard : "Santé, Un herbicide hautement cancérigène". Le professeur Robert Bellé de la station biologique de Roscoff rendait compte des travaux qu'il menait avec son équipe sur des cellules d'oursins. Pourquoi l'oursin ? Les travaux menés à Roscoff, comme d'autres ailleurs, ont démontré que le génome de l'oursin est très proche de celui de l'homme. L’oursin, dont la femelle pond des millions d’œufs, est un modèle idéal d’étude de la fécondation et du développement embryonnaire. Les chercheurs l'utilisent donc comme matériau d'expérience. L'article évoque prudemment "l'herbicide le plus répandu en Occident". Chacun aura reconnu le Roundope.


 

Conclusion ? "Ce produit est cancérigène parce qu’il engendre un dysfonctionnement du point de surveillance de l’ADN. Le composant actif qu’il contient, dénommé glyphosate, n’est pas le seul élément toxique de cet herbicide. Ce sont les produits de formulation l’accompagnant qui rendent l’ensemble particulièrement dangereux pour la santé. Pour être efficace, le glyphosate doit pénétrer dans les cellules des plantes. L’herbicide, dont nous parlons, est composé d’une formule qui le permet, affectant l’ADN par la même occasion".


 

L'Association "Santé Environnement France" qui regroupe près de 2500 médecins donne la liste de 10 adjuvants de formulations de pesticides à base de glyphosate. Dans la liste de leurs effets toxiques, on note : réactions allergiques, dommages génétiques, problèmes thyroïdiens, réduction de la fertilité, tumeurs de la peau, cancers...


 

Des cancers ? Quels cancers ?


 

"Dès qu’elles seront possibles, les études épidémiologiques permettront de démontrer l’incidence de ce produit sur les différents types de cancer." affirmait l'équipe du Docteur Bellé "En particulier sur les cancers des voies respiratoires puisque le produit pulvérisé contient la formulation à des concentrations très supérieures (500 à 2.500 fois plus) à celles qui engendrent le dysfonctionnement du point de surveillance de l’ADN."


 

Ainsi le propos nous ramène à la pollution de l'air par les pesticides.


 

Ce Roundope que l'on respire.


 

Les publications françaises sont peu nombreuses concernant la présence des pesticides dans l'air. Le glyphosate, pourtant "l'herbicide le plus répandu en Occident", et son produit de dégradation tout aussi nocif, l'AMPA, sont particulièrement absents des quelques rares études qui ont été réalisées. La puissance du groupe Monsanto qui produit le Roundup y serait-elle pour quelque chose ?


 

Aux USA, une étude menée dans l'état du Mississippi, montrait que le glyphosate, largement utilisé sur les cultures OGM, se retrouvait dans 86% des échantillons d'air et dans 77% de ceux d'eau de pluie recueillis. En Europe l'association des "Amis de la Terre" fait état de tests menés dans 17 pays européens sur des prélèvements d'urine. Ils montrent que 43,9 % des échantillons contiennent des traces de ce produit chimique. Preuve d'une pollution généralisée : tous les volontaires qui ont donné ces échantillons vivent en ville et aucun d'entre eux n'a utilisé, ni manipulé de produits à base de glyphosate dans la période précédent les tests.

En dehors de son aspect cancérigène, le glyphosate, 
comme la plupart des pesticides, est soupçonné de 
perturber le système endocrinien, ce qui peut avoir des 
conséquences irréversibles à certaines phases du 
développement de l'enfant pendant et après la grossesse. 
Mais il faut franchir l'Atlantique pour en avoir quelques 
échos. Les Amis de la Terre rapportent que dans les 
secteurs d'Amérique du Sud où est cultivé le soja 
transgénique arrosé au glyphosate, le nombre de 
malformations congénitales a augmenté. Au Paraguay 
on constatait que les femmes qui vivent à moins d'un 
kilomètre des champs sur lesquels le pesticide est épandu,
ont plus de deux fois plus de risques d'avoir des bébés 
mal-formés. En Équateur et en Colombie, où des 
herbicides à base de glyphosate ont été utilisés pour 
contrôler la production de cocaïne, il y avait un taux plus
élevé d'altérations génétiques et de fausses-couches 
durant la saison d'épandage. Retour en France. 
Des études analogues sont faites, en Bretagne, sur l'effet 
de la contamination par un herbicide, sur des femmes 
enceintes et sur les enfants qu'elles mettent au monde. 
Mais, hélas, cet herbicide n'est pas le glyphosate. 
Ces études portent sur l'atrazine, un pesticide actuellement
interdit et que le Roundup a remplacé. N'aurait-il pas été 
plus utile d'étudier la contamination par le pesticide 
aujourd'hui le plus utilisé et dont on sait déjà qu'il pollue 
l'air, les sols, les rivières, les nappes souterraines et les 
baies côtières. Mais veut-on vraiment savoir ?
 

Enfin le réveil ?  
Le 20 mars 2015, le Centre international de recherche 
sur le cancer (Circ), agence de l'Organisation mondiale de
la santé (OMS) basée à Lyon, spécialisée dans le cancer
 qui a étudié l’ensemble de recherches scientifiques 
menées sur les effets de cette substance, a estimé qu'il
 existe suffisamment de preuves pour définir le glyphosate
cancérogène chez les animaux. En laboratoire, des 
modifications chromosomiques ont été constatées, ainsi
 que des tumeurs au pancréas, aux reins et un risque
 accru de cancer de la peau. Réaction en France ? 
Allait-on enfin interdire ce produit comme on a interdit
 l'atrazine, le lindane ? "La France doit être à l'offensive
 sur l'arrêt des pesticides" déclarait La ministre de
 l'Ecologie Ségolène Royal. Offensive ? Pas un mot sur
 l'usage agricole mais, fidèle à sa technique des effets
 d'annonce intempestifs suivis d'une retraite immédiate,
 elle faisait savoir que, à compter du premier janvier 2018,
l'accès aux produits phytosanitaires "pour les jardiniers
 amateurs" ne pourra se faire que "par l'intermédiaire d'un
 vendeur certifié". Pas d'interdiction donc, ni dans les
 champs ni dans les jardins, mais trois ans accordés pour
 faire ses provisions en libre-service, trois ans pour oublier
 les propos de la ministre et trois ans pour permettre à
 Monsanto d'organiser sa riposte. Ce que l'entreprise à
 entrepris immédiatement. Prudent, le CIRC s'était 
contenté de classer le glyphosate comme cancérogène 
"probable" sur l'homme. 

Cependant les preuves existent, et les études de Séralini ,
 de Bellé et d'autres chercheurs en Suède, aux USA et
 au Canada l'ont montré, qu’il accroît fortement le risque
 de développer certains types de cancer.

 

Refusant d'attendre que le constat de milliers de morts par cancer amène le classement en "cancérogène certain" du glyphosate, plusieurs organisations, et entre autres la ligue contre le cancer, ont demandé l'interdiction de ce pesticide. On a attendu de constater les effets de l'atrazine sur les femmes enceintes et leurs enfants pour l'interdire. Le même laxisme concernant le glyphosate serait criminel.

 

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 12:45

Les associations de surveillance de la qualité de l'air ne surveillent essentiellement que les agglomérations de plus de 100.000 habitants. Elles y mesurent les concentrations de quatre polluants liés aux combustions : le dioxyde de soufre (SO2), le dioxyde d'azote (NO2), l'ozone (O3) et les particules en suspension de diamètre inférieur à 10 micromètres (PM10) et à 2,5 micromètres (PM2,5). Parmi ces quatre éléments, la pollution par les particules fines retient particulièrement l'attention.

 

Dans les rues de Paris...

 

Un article du journal Le Monde du 24 Novembre 2014 a été repris par l'ensemble des médias. Son titre : "La pollution à Paris aussi nocive que le tabagisme passif". Une image surtout a été retenue : "le 13 décembre 2013, les rues de Paris étaient aussi polluées qu’une pièce de 20 mètres carrés occupée par huit fumeurs".

 

Les données, rendues publiques par l'association Airparif, ont pu être obtenues grâce à un ballon captif installé au dessus de la ville et équipé d’un appareil laser capable de mesurer en continu les nanoparticules présentes dans l’air, mis au point par le CNRS. Avec ce matériel sophistiqué, les concentrations en particules ultra-fines, dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre (0,1µm) et qui sont les plus nocives, ont pu, pour la première fois, être mesurées.

 

L'article du Monde relève l’intérêt capital de mesurer ces nanoparticules qui sont massivement présentes dans l’air. "Il y a deux cents fois plus de particules comprises entre 0,2 et 1µm qu’entre 1 et 10µm. Et il ne s’agit là que de la partie immergée de l’iceberg, car les particules en dessous de 0,2µm sont encore plus nombreuses", souligne Jean-Baptiste Renard, directeur du laboratoire de physique et de chimie de l’environnement et de l’espace du CNRS interrogé par la journaliste auteure de l'article. Chaque jour, les Parisiens inhalent 100 000 particules à chaque respiration.

 

La Capitale n'est pas la seule concernée. Le 13 mars 2014, l'alerte rouge était décrétée en Bretagne. Pendant la nuit la pollution par les particules PM10 avait atteint le seuil de 80 microgrammes par m3 d'air. A Brest le taux de 96µg/m3 avait été atteint, soit près de quatre fois le taux toléré par l'OMS. En janvier 2015 le préfet de Haute-Savoie a dû interdire aux camions de passer par le tunnel du Mont-Blanc afin de protéger les habitants de la vallée de Chamonix, le taux de particules fines ayant atteint 125 µg/m3 soit largement au dessus du seuil d'alerte de 80 µg.

 

En mai 2011, la Commission Européenne a ciblé 16 zones, en France, dans lesquelles "depuis l'entrée en vigueur de la législation, en 2005, les valeurs limites applicables aux PM10 ne sont pas respectées". Les zones visées sont Marseille, Toulon, Avignon, Paris, Valenciennes, Dunkerque, Lille, le territoire du Nord Pas-de-Calais, Grenoble, Montbéliard/Belfort, Lyon, le reste de la région Rhône-Alpes, la zone côtière urbanisée des Alpes-Maritimes, Bordeaux, la Réunion et Strasbourg. Elle a donc renvoyé la France devant la Cour de justice de l'UE "pour non-respect des valeurs limites […] applicables aux particules en suspension connues sous le nom de PM10."

 

Les particules fines, définition.

 

En langage des sciences de l'atmosphère, on désigne par "particule fine" les matières solides ou liquides suspendues dans l'atmosphère et dont la masse est suffisamment faible pour que leur vitesse de chute soit négligeable par rapport à celle du déplacement des masses d'air qui les contiennent. Les termes de PM10, PM2,5, PM1, (PM pour Particulate Matter en anglais) désignent les particules dont le diamètre est inférieur à 10, 2,5 ou 1 micromètre et qui font l'objet de normes (1 micromètre, symbole μm, est égal à 1 millionième de mètre).

 

Ces particules, de nature différente, peuvent avoir différents impacts sur la santé. On y trouve les particules issues des moteurs diesels, sphères de carbone agglomérées à des molécules d'hydrocarbures et de sels minéraux, de taille variant de 0,05μm à 1μm. Y sont associées d'autres molécules organiques, des métaux, des toxines, des pollens, des allergènes divers. Elles proviennent essentiellement du chauffage urbain et du trafic routier, c'est donc un phénomène qui concerne l'ensemble de la population. S'y ajoutent des polluants "secondaires" issus de transformations physico-chimiques des gaz. L'exemple du gaz ammoniac est connu. Issu majoritairement des épandages agricoles d'engrais et de lisiers, il peut former des sels d'ammonium solides avec les oxydes d'azote et de soufre libérés par les combustions.

 

Le classement des particules correspond à leur plus ou moins grande pénétration dans l'organisme. Les plus grosses sont retenues dans les voies respiratoires supérieures. Lorsque leur diamètre est compris entre 10μm et 3μm, elles se déposent au niveau de la trachée et des bronches. A moins de 3μm elles atteignent les alvéoles pulmonaires et s'y accumulent au fur et à mesure des expositions. La communauté scientifique est particulièrement préoccupée par les particules PM0,1, nanométriques ou ultrafines, de diamètre inférieur à 0,1μm (1 nanomètre, symbole 1nm, est 1 milliardième de mètre). Ces particules peuvent passer dans le sang et atteindre tous les organes et, dans certains cas, le noyau même des cellules, perturbant ainsi leur fonctionnement.

 

Les directives OMS.

 

L'Organisation Mondiale de la Santé ne prescrit pas de normes mais des "lignes directrices". Elles sont destinées à fixer un objectif à atteindre au niveau mondial compte tenu des niveaux plus élevés généralement constatés. Elles sont basées sur l'état des connaissances du moment et ne prétendent nullement garantir une protection sanitaire totale.

 

Cela est particulièrement flagrant pour les particules fines. La plupart des systèmes de surveillance systématique sont établis sur la mesure des PM10 or il est actuellement connu que les particules les plus nocives sont celles de diamètre très inférieur. On sait aussi qu'il n'existe aucun seuil de nocivité. Aussi faible soit elle, toute ingestion de particules fines peut avoir un effet à plus ou moins long terme.

 

Ceci étant précisé, l'OMS propose actuellement les nombres guide suivants :

 

- Particules PM10 (moins de 10 microns) : 20 μg/m3 en moyenne annuelle – maximum de 50 μg/m3 en moyenne sur 24 heures.

 

- Particules PM2.5 (moins de 2,5 microns) : 10 μg/m3 en moyenne annuelle – maximum de 25μg/m3 en moyenne sur 24 heures.

 

 

Les normes en France et leur respect.

 

La France, comme chaque pays fixe ensuite ses propres normes.

 

- Pour les PM10, trois normes sont fixées.

 

. Des valeurs limites : 50µg/m³ sur 24h (35 jours de dépassement autorisés par an) - moyenne annuelle : 40 µg/m³ (le double de l'objectif OMS).

 

. Un seuil d'information : 50 µg/m³ sur 24 heures.

 

. Un seuil d'alerte : 80 µg/m³ sur 24 heures.

 

- Pour les PM2,5 : une moyenne annuelle de 25 µg/m³. Très loin des 10 μg/m3 préconisés par l'OMS.

 

Des normes nettement supérieures, donc, à celles préconisées par l'OMS et pourtant très régulièrement dépassées, en particulier pendant les premiers mois de l'année. Et ceci en France comme en Europe.

 

Cancer du poumon : l'inquiétant bilan de l'OMS.

 

Même si on commence à peine à étudier leur mode d'action et leurs effets sur la santé, les premiers résultats obtenus sont déjà alarmants.

 

Le 17 octobre 2013, l'Agence internationale de Recherche sur le cancer de l'OMS (International Agency for Research on Cancer – IARC), publiait un rapport sur "La pollution de l'air extérieur, une cause majeure de mort par le cancer". Après avoir analysé des études portant sur des milliers d'hommes et de femmes suivis pendant plusieurs décennies, l'étude établissait qu'il existe des preuves suffisantes pour affirmer que l'exposition à la pollution de l'air extérieur provoque le cancer du poumon. Il était également noté un risque accru de cancer de la vessie. L'organisation estimait que plus de 2 millions de personnes dans le monde meurent chaque année du fait de l’inhalation de particules fines présentes dans l’air dont 220 000 cancers du poumon chez des personnes ne fumant pas. l'OMS décidait donc de classer la pollution de l'air dans la catégorie "cancérigène certain".

 

Particules fines et mortalité à court terme.

 

En janvier 2015, l’Institut français de veille sanitaire (InVS), publiait un rapport sur l'Impact à court terme des particules en suspension (PM10) sur la mortalité dans 17 villes françaises, 2007-2010. Établissement public, l'Institut de veille sanitaire créé en 1998 et placé sous la tutelle du ministère chargé de la Santé, réunit les missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans tous les domaines de la santé publique. Son action dans le domaine de l'environnement est récente. En 2004 il a vu ses missions complétées et renforcées "afin de répondre aux nouveaux défis révélés par les crises sanitaires récentes et les risques émergents".

 

Leur étude portait sur "les effets à court terme des PM10 sur la mortalité, même à des concentrations conformes à la réglementation de l'Union européenne (40 µg/m3 en moyenne annuelle) et proches des valeurs guides de l'OMS (20 µg/m3)".


 

L'InVS se référait au projet Aphekom (Improving Knowledge an Communication for Decision Making on Air Pollution and Health in Europe), projet européen regroupant de nombreuses villes d'Europe de Stockholm à Athènes et de Dublin à Bucarest. Leur étude "avait montré que les niveaux trop élevés de PM10 (comparés au seuil recommandé par l’OMS) étaient responsables de près de 1000 hospitalisations pour causes cardiovasculaires dans neuf villes françaises". Les niveaux trop élevés de PM2,5 étant quant à eux "responsables de plus de 2900 décès anticipés par an dans ces mêmes villes". En conclusion l'InVS soulignait la nécessité d’agir pour diminuer les niveaux de particules en France. Cette action devant concerner tant les pics que les niveaux de fond.


 

Cancers, décès anticipés, mais aussi atteinte aux fœtus dans le ventre même de leur mère.

 

Bébés premiers menacés.

 

Une étude récente publiée par la revue britannique The Lancet Respiratory Medecine, montrait que la pollution de l'air a des conséquences néfastes sur le développement du fœtus pendant une grossesse. Comme dans le cas des pesticides, l'exposition aux particules fines PM2,5 (particules d'un diamètre inférieur à 2,5 micromètres), accroît le risque de donner naissance à des bébés de faible poids et ayant un périmètre crânien réduit. En s’appuyant sur les données de "l'étude européenne de cohortes sur les effets de la pollution atmosphérique" (ESCAPE - European Study of Cohorts for Air Pollution Effects), les investigateurs ont réuni les données de 14 études menées dans 12 pays européens et impliquant 74 000 femmes ayant accouché (hors grossesses multiples) entre 1994 et 2011.

 

Les chercheurs estiment que pour toute augmentation de 5 microgrammes par mètre cube (5µg/m³) de l’exposition aux particules fines pendant la grossesse, le risque de donner naissance à un bébé de petit poids (inférieur à 2,5 kg) à terme, augmente de 18 %. Ils ajoutent qu'il "est important de noter que ce risque accru persiste à des taux inférieurs à la limite annuelle actuelle fixée par les directives de l’UE sur la qualité de l’air, qui est de 25 µg/m³ pour les particules fines".


 

Les taux d’exposition moyens aux PM2,5 pendant la grossesse dans la population étudiée allaient, selon la zone, de moins de 10 μg/m³ à près de 30 μg/m³. Rémy Slama, directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui a coordonné l'étude en France estimait que "si les concentrations de particules fines étaient ramenées à 10µg/m3 comme le recommande l'Organisation mondiale de la santé, 22 % des cas de petits poids pour les nourrissons nés à terme pourraient être évités. Par ailleurs, "Un faible poids de naissance est associé à des problèmes de santé dans l’enfance, ainsi qu’à l’âge adulte". ajoutait-il.

 

Invité par Mathieu Vidard à l'émission "La Tête au carré" en janvier 2015, Rémy Slama, faisait état d'une étude sur l'autisme menée par l'école de santé publique de Harvard auprès de 160 enfants qui suggérait "que plus le niveau de particules fines pendant la grossesse était élevé plus le risque que l'un de ces enfants développe des troubles du spectre autistique augmentait". Et ajoutait-il, "c'est réalisé aux États Unis avec des niveaux d'exposition aux particules fines qui sont plutôt plus faibles que ceux qu'on a en France aujourd'hui".

 

Invitée à la même émission, Barbara Demeinex, spécialiste des hormones, qui a développé des méthodes innovantes pour détecter in vivo la présence de polluants environnementaux, estimait que "toute femme enceinte, aujourd'hui, qu'elle le veuille ou qu'elle ne le veuille pas, est exposée à un cocktail, une mixture, de produits chimiques dont certains vont pouvoir entrer dans le liquide amniotique". Et qui dit hormones, dit "perturbateurs endocriniens".

 

Les perturbateurs endocriniens.

 

Faute de voter des lois protectrices, les assemblées parlementaires ne sont pas avares en rapports dont les contenus mériteraient d'être mieux connus et, surtout, mieux utilisés. Le 25 février 2014, était enregistré à la Présidence de l"Assemblée nationale, un rapport d'information présenté par Jean-Louis Romégas, député, "sur la stratégie européenne en matière de perturbateurs endocriniens".

 

L’expression "perturbateur endocrinien" a été employée pour la première fois en 1991, lors d’une conférence scientifique pluridisciplinaire réunie à l’initiative de Theo Colborn, zoologiste et experte en santé environnementale, afin de désigner l’action de produits chimiques synthétiques non dégradables sur les diverses fonctions du système endocrinien. Les premières publications scientifiques, faisant état d’observations environnementales de perturbations du système reproductif des poissons ou des batraciens, notamment en mer Baltique, datent des années 1970.


 

En 2002, le Programme international sur la sécurité chimique de l’OMS a proposé une définition qui fait aujourd’hui l’objet d’un consensus international : "une substance ou un mélange exogène altérant une ou plusieurs fonctions du système endocrinien et provoquant de ce fait des effets néfastes sur la santé de l’organisme intact ou sur celle de sa descendance" . Effets néfastes, c'est à dire "changement dans la morphologie, la physiologie, la croissance, la reproduction, le développement ou la longévité d’un organisme".


 

L'action de ces perturbateurs ne se caractérise pas par un effet toxique direct mais par une modification du système de régulation hormonale susceptible de provoquer un effet toxique. Un perturbateur endocrinien est une molécule qui mime, bloque ou bouleverse l’action d’une hormone. Il peut imiter le comportement d’hormones naturelles en se fixant, comme elles, sur des récepteurs cellulaires ce qui entraîne une amplification des réactions chimiques normales. Il peut aussi annihiler des récepteurs cellulaires, ce qui empêche des hormones naturelles de s’y fixer et de communiquer leurs messages aux cellules touchées. L'action des perturbateurs endocriniens participe grandement à cette "épidémie moderne" de maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, allergies, affections mentales... décrite par André Cicolella, chimiste, toxicologue et chercheur en santé environnementale.


 

Ce qui est neuf avec les perturbateurs endocriniens c'est que "la dose ne fait pas le poison". En effet, leur toxicité n’est pas fonction de la dose de produit ingéré mais essentiellement du stade de développement auquel l'organisme se trouve au moment de l’exposition. Les périodes les plus problématiques du cycle de vie sont la vie prénatale, la petite enfance, la puberté. Cette notion n’a pas été facile à intégrer, même par la communauté scientifique, car elle rompt avec plusieurs siècles d’histoire et de pratique de la toxicologie. Il faut donc prendre avec un sens extrêmement critique les normes actuelles édictées pour les différents polluants qui sont insuffisamment protectrices et devront être revues à la baisse. Ce qui signifie, à plus forte raison, que celles qui existent doivent être rigoureusement appliquées.

 

Europe: état des lieux.

 

Un rapport issu de la Commission de la Science et de la technologie du parlement européen, daté de 1998, devrait, lui aussi, nous alerter. Dès son introduction il enfonce le clou :

 

"On s'est rendu compte depuis quelques années que les particules fines, émises principalement lors des processus de combustion et en suspension dans l'air, présentaient un risque considérable pour la santé. D'après les recherches effectuées, les particules fines seraient responsables chaque année en Europe de centaines de milliers de cas de maladie et d'hospitalisations ainsi que de dizaines de milliers, peut-être même de centaines de milliers de décès. Ces particules en suspension provoquent des allergies, de l'asthme, des affections cardio-vasculaires et respiratoires, voire augmentent l'incidence des cancers...

 

Les études les plus récentes font apparaître qu'une exposition de longue durée aux particules fines provoque un accroissement de la mortalité directement proportionnel à leur concentration. Les teneurs couramment enregistrées de nos jours augmentent la mortalité de plusieurs points de pourcentage. Les effets nocifs des particules fines sur la santé sont si importants que des mesures de lutte s'avèrent indispensables.".


 

La dénonciation est d'une rare radicalité. Pourtant la liste des membres de la commission, auteurs de ce texte, est loin d'évoquer le profil des habituels lanceurs d'alertes des associations écologistes. A noter, parmi ceux-ci, le président français de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, ce qui n'empêche pas la France d'être assignée devant la Cour européenne de justice pour non-respect des normes de PM10.


 

Et en France ?

 

Au niveau de la France, le chiffre de 42 000 décès par an liés à la pollution de l'air ne serait probablement pas contesté par les scientifiques réuni(e)s à Paris, en octobre 2013, à la Cité des Sciences et de l'Industrie, à l'occasion des "Deuxièmes Assises de la Qualité de l'Air". Plusieurs des diapositives présentées (que l'on peut retrouver sur le site internet du ministère de l'écologie), illustraient, par des schémas explicites, le transfert des plus petites particules jusqu'aux bronchioles et aux alvéoles pulmonaires, puis leur migration vers le cœur, le foie, les reins et même le cerveau. Retenons quelques-uns des effets décrits, sans nous laisser effrayer par certains des termes médicaux utilisés :

 

Poumons : inflammation – stress oxydatif – aggravation de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et progression plus rapide de la maladie – dégradation de la fonction pulmonaire.

 

Sang : augmentation de la coagulabilité – diffusion des particules à travers la paroi capillaire – thrombose périphérique – diminution de la saturation en oxygène.

 

Système vasculaire : athérosclérose – accélération de l'évolution des plaques d'athérome et instabilité des plaques – vasoconstriction et hypertension.

 

Coeur : altération de la fonction cardiaque – augmentation de la fréquence des troubles du rythme – troubles de la repolarisation du tissu cardiaque – augmentation de l'ischémie* myocardique.

 

Cerveau : augmentation de l'ischémie* cérébrale.

 

*Note : une ischémie est une diminution de l'apport sanguin artériel à un organe entraînant une baisse de l'oxygénation de ce dernier. Elle peut conduire à l'infarctus, c'est à dire à la mort, d'une partie ou de la totalité de cet organe. Les cas les plus graves sont les ischémies touchant le cerveau ou le muscle cardiaque.

 

S'y ajoutaient des conclusions en matière de cancers, à savoir : lien entre risque de cancer du poumon et pollution de l'air, en particulier par les particules fines – indices d'association entre cancer de la vessie et pollution de l'air.

 

 

En clôture de la première journée des Assises, l'adjointe au Directeur Général du ministère de la Santé rappelait que l'OMS avait classé les particules fines comme étant cancérogènes pour l'homme et que "de nombreuses études épidémiologiques et toxicologiques menées à travers le monde, et notamment en France, montrent que l’inhalation quotidienne des polluants présents dans l’air conduit à l’apparition ou à l’aggravation de pathologies telles que des maladies de l’appareil respiratoire et diverses altérations du système cardio-vasculaire". Elle ajoutait que "d’autres impacts semblent également se confirmer : notamment des effets sur la reproduction, sur le développement fœtal, sur le développement neurologique, sur la fonction cognitive, de même que, par exemple, l’athérosclérose et le diabète".

 

Quant aux conséquences économiques, elle rappelait que "selon une évaluation récente réalisée par le Commissariat général au développement durable, les coûts sanitaires de la pollution de l’air extérieur seraient, dans notre pays, compris entre 20 et 30 milliards d’euros par an". Tenant compte des effets à long terme, d'autres experts réunis par le Sénat évaluaient de leur côté le coût à 100 milliards par an.

 

42 000 morts prématurés et des dizaines de milliards de coût par an et pendant ce temps les lobbies de l'automobile, des transports routiers, de l'énergie, de l'industrie agro-alimentaire, continuent à s'opposer aux mesures qui limiteraient la pollution de l'air.

 

Combien de temps encore pourrons nous l'accepter !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens