Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 08:05

Par Gérard Borvon.

____________________________________________________________________

 

Les Rayons X au lycée de l’Elorn à Landerneau.

 

Les élèves du lycée de l’Elorn avaient la chance de pouvoir consulter la revue "La Nature", revue de vulgarisation du 19ème siècle, qui se trouvait aux archives municipales proches du lycée. En 1995, ils ont répondu à un concours sur l’histoire des rayons X dans lequel la classe de 1ere L2 a été classée première et leur camarade Edwige Grigol première à titre de premier prix individuel.

 

 

 

Les articles de la revue "La Nature" consacrés aux rayons X.

 

1896 premier semestre :

129 Les rayons X de M. le professeur Wilhelm Conrad Röntgen

155 Les ombres radiographiques de M. le professeur W. Conrad Röntgen

157 Rayons invisibles (Rayons X) de M. W. C. Röntgen. Expériences de M. Puluj, de Prague

274 Application industrielle des rayons X (E. H.)

293 Les rayons X et le Diamant

327 Recherches récentes sur les rayons de Röntgen

367 Radiographies par les rayons X. Utilisation des écrans fluorescents à leur production rapide

143 La photographie des parties intérieures du corps

143 Photographie à travers des corps opaques

159 [idem]

351 [idem]

143 Propriétés des radiations de Röntgen

174 [idem]

191 La lumière noire

207 La lumière noire et les radiations de Röntgen

223 La pénétration de la lumière au travers des corps opaques

223 Application des rayons de Röntgen

239 Production commode des radiations de Röntgen

271 Propriétés des rayons de Röntgen

287 La perméabilité des corps aux différentes radiations

302 Les rayons de fluorescence et les rayons de Röntgen

1896 deuxième semestre :

26 Recherches récentes sur les rayons de Röntgen

49 Le fluoroscope d’Edison

190 Effets de la chaleur et de l’électricité sur certains corps soumis à l’influence des rayons X

406 Les méfaits des rayons X

207 Nouvelle application des rayons de Röntgen

239 Le mode d’émission des rayons X

286 Action dépilatoire des rayons X

287 La dernière application des rayons X

319 Les rayons X et l’authenticité des momies

415 Les radiations émises par l’uranium

1897 premier semestre

179 Les rayons Röntgen et les affections pulmonaires

218 Propriétés nouvelles des rayons X

47 La radioscopie appliquée à la pathologie

142 Une curieuse application des rayons X

159 Application nouvelle de la radiographie

190 Les enveloppes inviolables aux rayons de Röntgen

238 Les mouches et les rayons X

254 Une nouvelle application des rayons X

302 Apparitions lumineuses

303 Le passage de la lumière au travers des corps opaques

318 Propriétés d’un nouvel appareil générateur des rayons X

319 Propriétés nouvelles des rayons X

1897 deuxième semestre

103 Les rayons Röntgen et les momies

147 Les rayons X et les métaux. Les rayons X et la douane

180 La lumière du ver luisant et les rayons X

317 Application des rayons X à l’étude des tubercules de la pomme de terre

47 Lésions organiques occasionnées par les rayons X

94 Radio-cinématographie

141 Les rayons X et la douane

286 [idem]

142 Société Röntgen

351 Une nouvelle ampoule pour la production des rayons X

 

____________________________________________________________________

On peut trouver un développement de cet article dans ouvrage paru en septembre 2009 chez Vuibert : "Une histoire de l’électricité, de l’ambre à l’électron"

 

 

extrait du commentaire paru dans le Bulletin de l’Union des Physiciens.

Voici un ouvrage à mettre entre toutes les mains, celles de nos élèves dès les classes de premières S et STI de nos lycées, et entre les mains de tous les futurs enseignants de sciences physiques et de physique appliquée (tant qu’il en reste encore !).

 

L’auteur est un collègue professeur de sciences physiques, formé à l’histoire des sciences, et formateur des enseignants en sciences dans l’académie de Rennes.

Bref quelqu’un qui a réfléchi tant à l’histoire de sa discipline qu’à son enseignement et sa didactique, et cela se sent. Le style est fluide et imagé, bref plaisant au possible...

 

...voici donc un bon ouvrage permettant de se construire une culture scientifique sans l’âpreté des équations de la physique.

Commentaire lecteur :

Ce livre n’est pas du tout rigide et formel, il se lit très bien et c’est ce qui fait qu’on retient plus de choses ! Les anecdotes y sont très bien rapportées et on s’amuse à les lire. Ce livre casse la malheureuse idée rigide et complexe que l’on peut avoir des sciences, on apprend en s’amusant et ça réconcilie les gens avec la physique, tant mieux !!!

Repost 0
Gérard Borvon - dans au lycée
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 21:07

Par Gérard Borvon.

______________________________________________________________________

 

En cette année de 1984 des élèves du collège de Mescoat à Landerneau et leurs professeurs de physique et de technologie se sont lancés dans une ambitieuse opération : imaginer et construire 10 appareils photographiques équivalents à ceux qui étaient utilisés dans les premiers temps de la photographie.

 

 

A l'atelier

 

 

L'appareil

 

 

 

Premières photos réalisées avec l'appareil.

Un "plan film" transparent est utilisé comme négatif.

 

le collège

photo de groupe.

sans oublier la "meule" !

 

Visite de M. Simon.

 

Monsieur Simon est un célèbre collectionneur qui n'hésite pas à faire partager sa passion.

 

 

 

Sa collection est aujourd'hui présentée au musée breton de la photographie et du cinéma à Bourg-Blanc.

 

Voir la présentation du musée en video sur tébéo.

 

XXXXXXXXXX

Voir aussi : La méthode du calotype pour un cours de physique au lycée de l'Elorn à Landerneau.

Repost 0
Gérard Borvon - dans au lycée
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 08:21

Par Gérard Borvon.

___________________________________________________________

 

Ce travail a été réalisé par des classes du lycée de l'Elorn à Landerneau. L'idée étant d'introduire des notions d'optique et de chimie à travers un cas concret : la naissance de la photographie. Il s'agissait ici de réaliser un calotype, la première photographie papier par négatif/positif  mise au point par William Henry Fox Talbot. (voir à ce sujet l'article de Wikipédia).

 

Ce travail a fait l'objet de l'annexe d'un article publié dans le bulletin de l'Union des Physiciens sous le titre : du phénakistiscope au cinématographe.

 

Nous le reproduisons ici.

 

 

 

L'appareil.

 

Il a été construit par la section ébènisterie du lycée et décoré aux armes de la ville de Landerneau par la section marqueterie.

 

 

 

Le résultat

 

du négatif au positif

10 secondes sans bouger, c'est long !

 

 

__________________________________________________________________________

 

L'histoire de la photo à l'école primaire.

L'appareil a été utilisé par les élèves de CM2 de l'école du Tourous à Landerneau pour une initiation à la photographie.

 

D'une année à l'autre, chaque classe a apporté sa contribution

ce qui a débouché sur la réalisation d'une exposition.

 

 

En 1882, Jules Marey, qui a mis au point son "fusil photographique" écrit à sa mère : "je suis tout à mes expériences qui donnent des résultats étonnants. On en parlera dans Landerneau quand je publierai mes résultats. J'ai un fusil photographique qui n'a rien de meurtrier et qui prend l'image d'un oiseau qui vole ou d'un animal qui court en un temps moindre de 1/500e de seconde".

Juste 100 ans plus tard on parlait effectivement du fusil de Jules Marey à Landerneau.

 

 

Landernéens, à vos greniers !

 

 

L'appel des lycéens aux habitants de Landerneau a été entendu. Cela s'est traduit par une nouvelle exposition en collaboration avec le club photo de la Maison pour Tous.

 

 

XXXXXXXXXXXX

Voir aussi :

Histoire de la photographie. Un projet d'Action Educative au Collège de Mescoat à Landerneau.

 

 

XXXXXXXXXXXX

Pour la technique du collodion, voir :

Votre portrait sur verrre au collodion humide par Nicolas Hergoualc'h

 

XXXXXXXXXXXX

Repost 0
Gérard Borvon - dans au lycée
commenter cet article
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 07:55

Par Gérard Borvon.

__________________________________________________________________

 

Dans les dernières années de cette fin de 20ème siècle déjà lointain, j'accompagnais de façon régulière mes élèves du lycée de l'Elorn à Landerneau au centre des archives municipales voisin de l'établissement. Là, dans le reste de verdure d'un ancien parc, un manoir bourgeois, portant les marques de ses multiples remaniements, conservait les collections de revues de vulgarisation scientifique qui garnissaient l'ancienne bibliothèque. Elles avaient fait le bonheur des notables et lettrés landernéens de ce 19ème siècle où la ville était un prospère centre industriel. Elles allaient reprendre du service cent ans plus tard.

 

Le manoir de Keranden à Landerneau, ancien centre des archives municipales.

 

L'une de ces revues avait particulièrement du succès par ses articles écrits dans un style vivant et surtout pour ses nombreuses illustrations : La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l'industrie. Le thème de nos recherches tournait généralement autour de : " Les Sciences, il y a 100 ans". Ainsi, année après année, ces lycéennes et lycéens ont découvert les premiers pas de leur actuelle "modernité". Les débuts, par exemple, des dessins animés puis du cinéma avec le "phénakistiscope".

 

Nous avons découvert le "phénakistiscope (alors orthographié "phénakisticope" ) dans un numéro de la Nature de 1880. On y parlait alors du "phénakisticope de Joseph Plateau".

 

 

Plus tard, dans la même revue datée de 1882 un article sur "l'enseignement par les jeux" décrivait l'appareil sous le terme de "zootrope".

 

 

L'idée nous vint alors d'apprendre en nous amusant, comme nous invitait à le faire l'auteur de l'article, et d'illustrer la notion de persistance rétinienne par la construction de phénakistiscopes.

 

L'article nous ramena à un article daté de 1879 où il était question des allures du cheval photographiées par Eadweard Muybridge.

 

 

 

Nous retrouvions Muybridge dans un article daté de 1882 où était décrite sa méthode : 24 appareils disposés le long d'une piste où l'animal photographié coupait des fils déclenchant la prise de vue.

 

 

L'article annonçait également les publications de Etienne-Jules Marey au sujet de son "fusil photographique".

 

 

Tout cela se terminait par l'article de 1895 qui annonçait la naissance du cinématographe des frères Lumière.

 

 

Pour aller plus loin.

L'ensemble de ce travail a fait l'objet d'un article publié dans le bulletin de l'Union des Physiciens sous le titre : Du phénakisticope au cinématographe un moment de physique amusante.

 

Cet article détaille tout ce qui n'a été qu'évoqué ci-dessus.

 

Ce phénakistiscope a été réalisé en marqueterie par les élèves de la section marqueterie du lycée de l'Elorn à Landerneau

 

Un Phénakistiscope en mouvement.

 

 

 

Dans le musée des frères Lumière à Lyon.

 

On peut lire aussi :

 

L'histoire des sciences, un outil pour la classe :

quatre expériences pédagogiques.

Repost 0
Gérard Borvon - dans au lycée
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 08:40

L’histoire des sciences ne doit pas être un simple ornement. Utilisée comme un outil pour faire progresser le cours elle évite le piège du dogmatisme qui est à l’opposé de la démarche scientifique dans le même temps qu’elle inscrit les sciences comme une part entière de la culture humaine.

 

On trouvera ici quelques expériences tentant de mettre en oeuvre cette conception.

 

Elles ont été publiées dans différentes revues, dont le Bulletin de l’Union des Physiciens.

 

Elles ont également inspiré la publication de trois livres chez Vuibert (voir en fin de l’article).


 

 

XXXXXXX


C'est à la bibliothèque de l'ancienne Académie de la Marine à Brest que l'ouvrage de Mariotte où il traite de la compression de l'air m'est tombé entre les mains. L'expérience qu'il proposait m'a étonné à la fois par sa simplicité et son ingéniosité. L'idée d'en faire un exercice pour mes classes m'est apparue comme une évidence.

 

Depuis l’époque de ce premier article l’utilisation du mercure a été, à juste titre, interdite en classe. Son côté spectaculaire mériterait pourtant qu’elle soit présentée sous forme d’une vidéo.

 

Ce travail a fait l'objet d'un article dans le bulletin de l'Union des Physiciens sous le titre :

 

En direct avec MARIOTTE

 

 

cliquer pour ouvrir.

 

 

Dessin réalisé par une élève de seconde pour illustrer l’expérience de Mariotte.

 

Mesures avec la règle graduée en pouces.

 

Une classe bien studieuse.

Noter sur le panneau, en haut à gauche, le compte-rendu de l'expérience.

Photo de classe autour de l'expérience de Mariotte.

 

Voir aussi l’ouvrage de Mariotte.

 

 

XXXXXXX


Les oeuvres de Lavoisier étaient à l'évidence une autre source à exploiter. Un article dans le bulletin des Physiciens résume ce travail qui a eu de nombreux prolongements. En particulier dans le livre : "Histoire de l'Oxygène, de l'alchimie à la chimie".

 

1789, dans le laboratoire de LAVOISIER

 

cliquer pour ouvrir.

 

 

 

 

Première étape : introduction du fer incandescent dans le flacon de dioxygène.

Deuxième étape : la pesée au trébuchet.

 

A l'occasion du bicentenaire de la mort de Lavoisier.

 

Cette expérience, riche en rebondissements est également décrite dans l’article "Histoire de la chimie. En classe avec Lavoisier."

 

XXXXXXX



Où on découvrira la "Loi de Dufay".

 

Dufay était pour moi un inconnu, comme pour la plupart de mes collègues enseignants, avant que je le découvre dans les Mémoires qu'il a rédigés pour l'Académie des sciences. Il m'a semblé essentiel de le faire connaître. Il m'a aidé, par la même occasion de lever le mystère d'une "cicatrice de la science" : les deux sens du courant électrique.

 

De Dufay à Ampère. Des deux espèces d’électricité aux deux sens du courant électrique.

 

cliquer pour ouvrir.

 

 

XXXXXXX


Quand un article de la Nature nous propose "d'enseigner en jouant", l'occasion est trop belle pour que nous la refusions :

 

Des débuts de la photographie aux débuts du cinéma.

 

 

 

 

Du Phénékistiscope au cinématographe. Un moment de physique amusante.

 

cliquer pour ouvrir.

 


Voir encore : 

L'histoire des rayons X par les élèves du lycée de L'Elorn à Landerneau.

 

__________________________________________________________________________

On peut lire aussi :

 

Les algues, hier et aujourd’hui.

Une industrie chimique en Bretagne.

 

cliquer pour ouvrir.

Le Nord-Finistère, en Bretagne, n’est pas particulièrement réputé pour son industrie chimique. Pourtant, depuis les premières décennies du 18e siècle, c’est à dire depuis le début de la chimie "moderne", une activité chimique y est menée, sans interruption, autour des algues.

 

L’industrie de la "soude" (carbonate de sodium) se développe d’abord. On extrait ce produit des cendres de goémons séchés. Il est indispensable à la fabrication du verre. Cette activité s’arrête à la fin du 18e siècle quand de nouveaux procédés sont découverts.

 

Elle reprend en 1829 après que le chimiste Bernard Courtois ait découvert, en 1812, un nouveau et utile produit dans les cendres d’algues : l’iode. L’iode est utilisée, en particulier, en photographie et en médecine. Sa production en Bretagne s’arrête en 1952 à cause de la concurrence de l’iode extrait des nitrates du Chili.

 

Aujourd’hui le relais est pris par l’extraction des alginates contenus dans les grandes laminaires. En 1883 Edward Stanford isole l’algine des algues, plus tard le norvégien Axel Kefting en extrait l’acide alginique. La production à grande échelle commence en 1930. La Bretagne en produit environ 2000 tonnes dans les usines de Lannilis et Landerneau. Les alginates sont des agents épaississants et stabilisateurs qui interviennent aussi bien dans l’industrie pharmaceutique que dans l’industrie alimentaire ou celle du papier, des colorants ou des produits de moulage.

 

Plus confidentiels mais tout aussi riches d’intérêt sont les usages alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques des algues.De nombreux laboratoires, dans le Finistère, travaillent dans ces domaines pour des produits " haut de gamme " souvent destinés à l’exportation.

 

Cette ancienneté, cette richesse et cette diversité ont nourri les activités de plusieurs classes du lycée de l’Elorn à Landerneau. Ce site leur doit beaucoup. Il s’adresse à ceux qui voudraient s’inspirer de leur expérience mais aussi à tous ceux dont la curiosité aurait été éveillée par cette curieuse et attachante industrie.

 

Voir la suite.

 

XXXXXXXXXXXXX


 

XXXXXXXXXX


Trois livres pour aller plus loin.


Histoire de l’électricité, de l’ambre à l’électron. Vuibert.

 

Émanation, fluide, particule, onde… quelle est l’identité de cette chose insaisissable mais bien présente dont la quête remonte à vingt-cinq siècles
et dont la réalité nous échappe dès qu’on pense l’avoir cernée ?

JPEG Au fil d’un récit imagé – celui d’une succession de phénomènes généralement discrets qui, sous le regard d’observateurs avertis, débouchèrent sur des applications spectaculaires – nous croiserons des dizaines de savants, d’inventeurs et de chercheurs dont les noms nous sont déjà familiers : d’Ampère à Watt et de Thalès de Milet à Pierre et Marie Curie, ce sont aussi Volta et Hertz, Ohm et Joule, Franklin et Bell, Galvani et Siemens ou Edison et Marconi qui, entre autres, viennent peupler cette aventure.

On y verra l’ambre conduire au paratonnerre, les contractions d’une cuisse
de grenouille déboucher sur la pile électrique, l’action d’un courant sur une
boussole annoncer : le téléphone, les ondes hertziennes et les moteurs électriques, ou encore la lumière emplissant un tube à vide produire le rayonnement cathodique. Bien entendu, les rayons X et la radioactivité sont aussi de la partie.

De découvertes heureuses en expériences dramatiques, l’électricité reste une force naturelle qui n’a pas fini de susciter des recherches et de soulever des passions.


Professeur de lycée, Gérard Borvon a enseigné les sciences physiques tant en sections scientifiques
que technologiques et littéraires, s’appliquant toujours à utiliser les ressources de
l’histoire des sciences pour illustrer le cours. Auteur de nombreux travaux visant à diffuser
la culture scientifique, il a également préparé les enseignants à leur métier dans le cadre de
l’Institut universitaire de formation des maîtres de Bretagne.

Collection « Va savoir ! »

Illustration de couverture : La fée électricité © Christian Antonelli, 2009

Couverture : Linda Skoropad/Prescricom

www.vuibert.fr


Voir la table des matières.

 


 

Commentaires relevés.

 

 

La Recherche février 2010.

 

Histoire de l’électricité. Gérard Borvon.

Le récit clair et bien illustré de l’histoire de l’électricité et des savants qui ont marqué son évolution : Ampère, Watt, Hertz, ou encore Galvani et Siemens.

L’auteur explique comment l’ambre a conduit à l’invention des paratonnerres, et les contractions d’une cuisse de grenouille à la pile électrique

 

xxxxxxxxxx

 

Bulletin de l’union des professeurs de physique et de chimie.

 

Histoire de l’électricité de l’ambre à l’électron par Gérard Borvon

Éditeur : vuibert - 2009 - 266 pages - 26 € - ISSn/ISBn : 978.2.7117.2492.5

Public visé : Enseignant, lycéen, licence.

 

Voici un ouvrage à mettre entre toutes les mains, celles de nos élèves dès les classes de premières S et STI de nos lycées, et entre les mains de tous les futurs enseignants de sciences physiques et de physique appliquée (tant qu’il en reste encore !). L’auteur est un collègue professeur de sciences physiques, formé à l’histoire des sciences, et formateur des enseignants en sciences dans l’académie de Rennes. Bref quelqu’un qui a réfléchi tant à l’histoire de sa discipline qu’à son enseignement et sa didactique, et cela se sent. Le style est fluide et imagé, bref plaisant au possible.

 

Le découpage de l’ouvrage est classique sans l’être tout à fait puisque l’auteur pose des questions inhabituelles dans ce genre d’ouvrage écrit habituellement par des personnes peu au courant des problématiques de l’histoire des sciences : les relations entre sciences « pures » et sciences pour l’ingénieur, l’électricité et les changements de modes de vie qu’elle implique, c’est-à-dire, une interrogation sur les relations entre sciences et société.

 

L’ouvrage est découpé en vingt-deux chapitres non numérotés, de longueurs inégales, suivis d’une bibliographie comportant des références Internet pour trouver les revues essentielles, numérisées par le CnAM (Conservatoire national des arts et métiers) et la BnF (Bibliothèque nationale
de France) : La nature, La lumière électrique ou L’année scientifique et industrielle de Louis Figuier, constituant autant de sources iconographiques pour illustrer les cours de physique et d’électricité.

 

Les chapitres sont organisés de manière chronologique examinant les développements successifs de l’électricité, du magnétisme et de l’électromagnétisme. À mon sens, le chapitre sur les relations entre électricité et chimie aurait pu être davantage développé puisque l’irruption des techniques de l’électricité dans l’analyse chimique marque le début d’une nouvelle discipline, – la chimie physique (physikalische chemie au sens d’ostwald et de van’t Hoff) ou la chimie générale comme on l’a longtemps pudiquement appelée en France, bouleversant ainsi les pratiques des chimistes.

 

Mais l’on trouve avec plaisir un chapitre sur le rôle des ingénieurs et des expositions universelles à la fin du xIxe siècle, suivi d’un chapitre sur le rôle de l’électricité dans la quête d’une harmonisation des unités en physique à la fin du xIxe siècle, qui déboucha sur le système MKSA. Les applications industrielles de l’électricité auraient pu ici trouver une place plus importante : machines, production d’électricité, mais aussi éclairages et machines dédiées au théâtre et qui en modifient les pratiques par exemple.

 

L’ouvrage s’achève sur une réflexion sur ce que peut apporter l’histoire des sciences dans la compréhension du fonctionnement de la science et dans l’établissement des lois physiques. Celles-ci ne sont pas des « vérités révélées », mais sont construites le plus souvent à la suite de succession d’essais et d’erreurs.

 

Voici donc un bon ouvrage permettant de se construire une culture scientifique sans l’âpreté des équations de la physique.

 

XXXXXXXXXX


Histoire de la chimie. L’oxygène, de l’alchimie à la chimie.

Suivre le parcours de l’oxygène depuis les grimoires des alchimistes jusqu’aux laboratoires des chimistes, avant qu’il n’investisse notre environnement quotidien.

Un livre chez Vuibert

 

Histoire de l’oxygène

De l’alchimie à la chimie

 

Aujourd’hui, les formules chimiques O2, H2O, CO2,… se sont échappées des traités de chimie et des livres scolaires pour se mêler au vocabulaire de notre quotidien. Parmi eux, l’oxygène, à la fois symbole de vie et nouvel élixir de jouvence, a résolument quitté les laboratoires des chimistes pour devenir source d’inspiration poétique, picturale, musicale et objet de nouveaux mythes.

À travers cette histoire de l’oxygène, foisonnante de récits qui se côtoient, s’opposent et se mêlent, l’auteur présente une chimie avant les formules et les équations, et montre qu’elle n’est pas seulement affaire de laboratoires et d’industrie, mais élément à part entière de la culture humaine.

feuilleter les premières pages.

 

XXXXXXXXXX


Histoire du carbone et du CO2.

 

JPEG - 77.7 ko

Dérèglement climatique, fonte des glaces, cyclones, sécheresses…,
coupable : le dioxyde de carbone. Pourtant sans ce gaz
il n’y aurait aucune trace de vie sur Terre.

 

Histoire du carbone et du CO2.

Un livre chez Vuibert.

 

L’auteur nous fait suivre la longue quête qui, depuis les
philosophes de la Grèce antique jusqu’aux chimistes et
biologistes du XVIIIe siècle, nous a appris l’importance du carbone et celle du CO2.

 

L’ouvrage décrit ensuite la naissance d’une chimie des essences végétales qui était déjà bien élaborée avant qu’elle ne s’applique au charbon et au pétrole. Vient le temps de la « révolution industrielle ». La chimie en partage les succès
mais aussi les excès.

 

Entre pénurie et pollutions, le « carbone fossile » se retrouve aujourd’hui au centre de nos préoccupations. De nombreux scientifiques tentent maintenant d’alerter l’opinion publique.
 

Seront-ils entendus ?


Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens