Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 12:43

Notre collectif AIR-SANTE-CLIMAT composé de médecins, de chercheurs et de responsables associatifs a pour objectif d’alerter sur l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé et de proposer des solutions pour améliorer la qualité́ de l’air.  Notre combat est celui de la vérité scientifique.

Cette tribune a été adressée à tous les Préfets et aux Ministères de l’Intérieur, de la Santé, de l’Agriculture, de la Transition écologique et au Premier Ministre.

https://www.asef-asso.fr/actualite/tribune-du-collectif-air-sante-climat-la-pollution-de-lair-comme-vecteur-du-covid-19/

Dans le contexte sanitaire lié à l’épidémie Covid-19 que nous traversons, notre collectif AIR-SANTE-CLIMAT se doit de vous alerter rapidement sur la nécessité  de  limiter drastiquement  les épandages agricoles  afin de tout mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus.

La pollution de l’air, en plus de fragiliser notre système immunitaire et de nous rendre plus sensibles aux infections notamment virales,permet également une meilleure diffusion et donc une meilleure transmission des agents pathogènes tels que le coronavirus

Cela est connu depuis longtemps pour le SARS et les virus de la bronchiolite mais a également été récemment démontré pour le coronavirus en Italie avec davantage de transmission et de propagation du virus en fonction des taux de particules fines. Les particules fines servent donc de vecteur, de transporteur au virus qui se déplace d’autant plus facilement lorsque l’air est chargé de particules fines. 

Fort heureusement les mesures de confinement font coup double à la fois en limitant le risque de transmission entre les individus mais également en diminuant la pollution notamment aux particules fines du trafic routier et ainsi les effets sanitaires associés.

Néanmoins, comme on le voit actuellement dans de nombreux départements français le printemps est la période d’épandage agricole, grand pourvoyeur de particules fines.

En effet, lors des épandages, le gaz ammoniac (NH3) va, en passant dans l’atmosphère, réagir avec les oxyde d’azote (NOx) pour former des particules de nitrate d’ammonium et de sulfate d’ammonium

Tous les ans, à la même période, les épandages agricoles sont responsables de pics de pollution printaniers durant les mois de mars à mai

Ces particules printanières sont, de par leur composition, moins toxiques que des particules de combustion issues par exemple du trafic routier néanmoins elles vont également servir de vecteur de transmission au virus.

Ces particules peuvent voyager sur plusieurs kilomètres et donc transporter également le virus sur de longues distances!

On ne choisit pas l’air que l’on respire, et il est possible dans chaque département de protéger les populations de ce risque supplémentaire de contamination au Covid-19 en limitant drastiquement les épandages agricoles, et en imposant des alternatives moins émettrices de NH3 dans l’air (technique d’enfouissement de l’engrais).

 

Professeur Isabella Annesi-Maesano, Directrice de recherche INSERM  / Directrice d’équipe labellisée INSERM et Sorbonne Université EPAR ; 

Docteur Mallory Guyon, Collectif Environnement Santé 74 ;

Docteur Thomas Bourdrel, Collectif Strasbourg Respire 

Docteur Gilles Dixsaut, Fondation du souffle contre les maladies respiratoires 

Docteur Pierre Souvet, Association Santé Environnement France (ASEF) ;

Docteur Jean-Baptiste Renard, Directeur de recherche LPC2E-CNRS 

Guillaume Muller, association Val-de-Marne en Transition.

Partager cet article

Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 08:54

https://youtu.be/w3qbkV-SdxQ

Nous y voilà, nous y sommes.

Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance. Nous avons chanté, dansé.

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s’est marrés. Franchement on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.Certes.

Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie. « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins. Oui. On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance. Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est –attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille- récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés). S’efforcer. Réfléchir, même. Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire. Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution. Pas d’échappatoire, allons-y. Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible. A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être. A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas

Partager cet article

Repost0
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 14:37

 

© Étudiants en journalisme de Sciences Po Rennes

 

Les étudiants en journalisme de Sciences Po Rennes analysent, dans une web-série, les impacts du changement climatique en Bretagne. Au centre des préoccupations: le probable manque d’eau. Sécheresse, pollution... L'inquiétude enfle à mesure que le climat se réchauffe.

Par les étudiants en journalisme de Sciences Po Rennes (avec T.P.)


Avec sa réputation de région pluvieuse, difficile d’imaginer que la Bretagne pourrait se retrouver à court d’eau d’ici à 2040. Pourtant, le réchauffement climatique s’accompagnera de son lot de sécheresses, fortes pluies et montée du niveau de la mer. Ces phénomènes auront pour conséquence la mise en péril des réserves d’eau de la région.

Les Bretons auront-ils assez d’eau en 2040 ? La réponse dans « En quête d’eau », une web-série de quatre épisodes réalisée par les étudiants en journalisme de Sciences Po Rennes.

 

Les réserves d'eau potable menacées


Le premier épisode d’ « En quête d’eau » explique les phénomènes qui toucheront la Bretagne dans quelques années.

" Il y a fort à parier qu’à l’avenir, dans les années 2040-2050, on soit en situation de sécheresse tous les deux ou trois ans " , alerte le météorologue Franck Baraer.

Cette hausse des températures aura un impact direct sur nos cours d’eau, qui verront leur taux d’évaporation augmenter de façon non négligeable. Pour la Bretagne, cela pourrait être désastreux, car la région tire 75 % de son eau potable à partir des cours d’eau, rivières et retenues, appelées « eaux de surface ». Si rien n'est fait pour trouver de nouvelles sources d'eau, nos réserves diminueront.

 



Des besoins en eau accrus


Le deuxième épisode aborde la question de la ressource. Avec une activité économique plus importante et des Bretons plus nombreux dans les années à venir, la demande va grimper. Si la tendance se poursuit, la Bretagne aura besoin de 320 millions de mètres cubes d’eau annuels en 2040, contre 284 millions en 2017.

Dans le même temps, à cause du changement climatique, la quantité d’eau disponible en Bretagne sera, elle, sur une tendance à la baisse. Pour gérer ce décalage, chacun devra y mette du sien, de l’initiative locale aux changements globaux :

" Tout le monde est concerné, explique Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du Giec. Il n'y a pas un seul secteur d'activité qui puisse se dire 'Le réchauffement climatique n'est pas mon affaire' ", prévient-il.
 



La Bretagne en quête de cours d'eau de qualité


Cette ressource en eau potable menacée par les sécheresses, il va en outre falloir se la partager entre de plus en plus d’habitants… Le constat dressé dans les deux premiers épisodes d’ « En quête d’eau » est sans appel : la gestion de l’eau sera un enjeu central en Bretagne dans les années à venir face aux effets du réchauffement climatique. Pourtant, ce dernier n’est pas le seul à mettre en péril notre approvisionnement.

Ce troisième épisode nous place face à un constat inquiétant : en Bretagne, près de 60 % des cours d’eau et rivières sont en mauvais état écologique ou chimique. Et la dépollution de ces cours d’eau demande du temps.

" À l’échelle de la Bretagne, on n’y arrivera pas, on part de trop bas. "

Thierry Burlot, vice-président de la région Bretagne, est catégorique : dépolluer la totalité des rivières bretonnes avant 2027, comme l’impose la directive-cadre européenne sur l’eau, sera impossible.
 



Des pratiques agricoles à repenser


Parmi les substances présentes dans les cours d'eaux bretons, on retrouve notamment des produits issus des activités agricoles : nitrates, phosphore, résidus de pesticides... Selon les associations de protection de l’environnement, la préservation des rivières dans lesquelles la Bretagne puise son eau potable doit passer par un changement des pratiques de l’agriculture conventionnelle. Mais pour beaucoup d’agriculteurs, une inflexion brutale de leurs modes de production est difficilement envisageable.

" C’est d’autant plus injuste de simplement pointer du doigt les agriculteurs que ça correspond à des choix politiques et économiques " , nuance Yannick Nadesan, président de la Collectivité Eau du Bassin Rennais.

Pour savoir quels changements sont possibles, et qui doit les impulser, rendez-vous dans le dernier épisode de la web-série « En quête d’eau ».
 


Cette web-série s'insère dans une grande enquête sur l’impact du réchauffement climatique en Bretagne à l'horizon 2040.

« +1,5°C », la Bretagne dans l'urgence climatique

+1,5°C à la surface de la terre à l’horizon 2040. Ce degré supplémentaire pourrait bien changer notre mode de vie.

Nous sommes quatorze étudiant·e·s en journalisme à Sciences Po Rennes et, pendant trois mois, nous avons mené l’enquête. Nous avons sillonné la Bretagne, de Guipry-Messac à Brest, de l’Île-Tudy à Saint-Malo, nous vous avons rencontré·e·s pour comprendre comment l’on vit l’impact du réchauffement climatique aujourd’hui, et comment on le vivra demain.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 13:57

Dominique Agniel nous fait le cadeau de proposer son film en lecture libre pendant cette période de confinement coronavirus.

https://www.youtube.com/watch?v=38OjYPAXxL8

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 09:57

J’avais trente ans et je n’ai rien oublié nous dit le journaliste Théo Le Diouron dans un article de Ouest-France.

cliquer sur les images pour agrandir

 

 

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2020 3 22 /01 /janvier /2020 13:00

Par Gérard Borvon

___________________________________________________________________________

 

Lors de la COP 21 le public à retenu le nom de plusieurs intervenants à juste titre médiatisés. On a peu parlé de celui qui a été véritablement le pionnier de la prise de conscience des causes du dérèglement climatique : Claude Lorius.

 

"On recherche jeunes chercheurs pour participer aux campagnes organisées pour l’Année géophysique internationale".

 

C'est cette annonce, lue un jour de 1955 sur les murs de la Faculté de Besançon, qui allait fixer son goût pour le Grand Sud, nous renseigne sa biographie sur le site du CNRS.

 

C'est lui qui a le premier l'idée d'étudier l'évolution du climat en analysant les bulles d'air enfermées dans des carottes de glace.

 

En 2015, un film lui est consacré par Luc Jacquet dont le journal du CNRS rend compte. Son titre : 'La glace et le ciel".

 

 

Voir la vidéo.

 

 

Nous invitons chacune et chacun à consulter ces sites ainsi que celui de Claude Lorius lui-même.

 

Nous en retiendrons cette parole d'un scientifique engagé :

 

"Il est urgent de répondre à l’alerte lancée, il y a trente ans, en déchiffrant l’histoire de notre environnement dans les glaces de l’Antarctique : l’Homme est devenu un acteur majeur dans l’évolution du climat, liée à la hausse incontrôlée des émissions de gaz à effet de serre détériorant les conditions de vie sur notre planète. Agissons dès maintenant tous ensemble pour relever ce défi.


Pour rendre vivable notre planète, les actions à entreprendre au niveau international sont nombreuses tout comme les choix à faire : par exemple privilégier les sources d’énergies peu polluantes, une agriculture plus respectueuse de l’environnement, des transports avec le train qui remplace la voiture.


Et puis il y a des nécessités plus ambitieuses : réduire les inégalités et pourvoir aux besoins des plus pauvres, faire que tous aient accès à l’éducation mais aussi que chacun d’entre nous s’engage.


Et moi, comme vous, qu’allons-nous faire ?"

 

__________________________________________________________________

En janvier 2011, Claude Lorius était l'invité de Ruth Stégassy sur Terre à Terre.

Après de la publication de son livre : Voyage dans l'anthropocène.

 

Un livre sans concession, à lire absolument.

 

 

Un mot :

Crépuscule : lueur atmosphérique due à la diffusion de la lumière solaire lorsque le soleil vient de se coucher ( crépuscule du soir) ou va se lever (crépuscule du matin). Larousse.

_________________________________________________________________

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 17:21

L’Homme est la Nature
prenant conscience d’elle-même.

 

Cette Phrase annonce la préface du premier tome de "L'homme et la terre" de Elisée Reclus publié en 1905 année de sa mort. Phrase qui m'avait étonné chez celui qui est considéré comme l'un des premiers écologistes. De quel homme parle-t-il ? De celui qui vient de faire entrer la nature terrestre dans cet anthropocène de tous les dangers ?  

 

Cette phrase était-elle de lui, citait-il un autre auteur, ou l'idée était-elle dans l'air du temps ? Avant de lire Elisée Reclus, je l'avais déjà trouvée presque mot pour mot, avec le même étonnement et le même sentiment critique, chez Friedrich Engels en introduction de sa "Dialectique de la Nature" rédigée vers 1875 mais publiée après sa mort en 1925 et que j'ai retrouvée dans une publication des Editions Sociales datée de 1971.

 

Citant la publication de Copernic comme l'acte révolutionnaire par lequel la science de la Nature a proclamé son indépendance vis à vis des religions, Engels constate que le développement des sciences avança dès lors à " pas de géant". Et il ajoute :

 

"Il fallait, semble-t-il, démontrer au monde que, désormais, le produit le plus élevé de la matière organique, l'esprit humain, obéissait à une loi du mouvement inverse de celle de la matière organique".

 

Et pour être plus précis, plus loin dans le texte :

 

"A partir des premiers animaux se sont développés essentiellement par différenciation continue, les innombrables classes, ordres, familles, genres et espèce d'animaux, pour aboutir à la forme où le système nerveux atteint son développement le plus complet, celle des vertébrés, et à son tour, en fin de compte, au vertébré dans lequel la nature arrive à la conscience d'elle même : l'homme".

 

Et, en conclusion de cette introduction, après avoir évoqué l'inévitable fin du Soleil et de la Terre, si la Nature, écrit-il :

 

"doit sur terre exterminer un jour, avec une nécessité d'airain, sa floraison suprême, l'esprit pensant, il faut avec la même nécessité que quelque part ailleurs et à une autre heure elle le reproduise"

 

Je me promets, si le temps s'y prête, d'en faire un commentaire avec l'éclairage de notre actualité.

Jeudi 7 mai 2002. Pendant le confinement pour cause coronavirus.

Cette pandémie qui touche l'humanité dans son ensemble est en elle même matière à réflexion sur la place des humains dans la "Nature". S'y ajoute une publication que j'ai sous les yeux : un numéro de Science et Vie de mars 2020 qui titre en couverture "Et si la Terre était vivante... Pourquoi les scientifiques y croient".

Retour sur Engels.

Pourquoi cette irritation en le lisant. Sa présentation de l'évolution ne serait donc pas le résultat de l'adaptation à une suite de hasards naturels mais la mise en oeuvre d'un plan aboutissant à l'homme. Quelle différence avec et les théories du "Dessein intelligent" diffusées par les sectes néo-chrétiennes qui justifient ainsi l'existence d'un dieu créateur ? Ou pour remonter plus en avant, quelle différence avec le démiurge de Platon régnant sur le monde des Idées ?

Et puis cette arrogance : L'homme étant l'aboutissement de l'évolution de la Nature, la naissance de sa "conscience". Quel homme d'abord ? De quel continent, de quelle époque, de quel bagage culturel, de quelle classe sociale ? Cette conscience serait-elle uniquement celle portée  à son plus haut niveau par cette nouvelle catégorie de penseurs, les tenants du "matérialisme historique" ?

Et suprême orgueil : Cette conscience portée par le seul homme terrestre avec la seule nuance matérialiste du "rien ne se perd, rien ne se crée" qui induirait que si l'homme disparaissait cette conscience devrait renaître "quelque part ailleurs et à une autre heure".

 

Plus sobre Reclus, l'anarchiste.

Sans doute sa proposition qui est restée sa marque de fabrique a-t-elle pour objectif de faire comprendre que l'homme n'est pas externe à la Nature mais qu'il n'est qu'un élément de cette Nature. sur laquelle il agit qui le façonne lui même. Il n'en demeure pas moins qu'elle pose questions à un moment où l'humanité prend conscience qu'elle est responsable du bouleversement qui attend la vie sur Terre dans les prochaines décennies.

 

Plus récent : la Terre organisme vivant.

Cet article de Sciences et Vie revient sur "l'hypothèse Gaïa" formulée il y a 50 ans par le très controversé James Lovelock. La Terre serait donc un être vivant.  L'humanité y serait une sorte de système nerveux, apparu tardivement, qui permettrait à cet organisme de se penser et même de se voir. Cet être vivant mérite une identité. Lovelock a le sens de la publicité : ce sera Gaïa, déesse grecque de la Terre.

Plus modestes, les scientifiques nous ont habitués à la notion de biosphère. Mais le mythe n'est pas mort. Je lis : "A l'heure de l'anthropocène, et puisque l'humanité fait partie de Gaïa, Bruno Latour estime même qu'on peut désormais parler d'une Planète consciente d'elle même : une Gaïa 2.0". Car si Gaïa des origines "a opéré pendant toute son histoire sans anticipation ni projet" nous avons aujourd'hui suffisamment d'instruments , de connaissances et de leviers d'action pour que notre planète s'auto-régule par l'intermédiaire des humains dont elle a permis l'apparition.."

Nous en sommes donc là ? Les humains seraient le dernier organe apparu sur cet animal/planète au cours de son évolution : son organe de régulation ! Étrange proposition au moment où les humains apparaissent comme la cause principale de l'extinction de nombreuses espèces et celle du dérèglement du climat. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 11:08

Gérard Borvon

Ils parlent, ils parlent, nos ministres, nos présidents...

L’un après l’autre ils nous décrivent l’apocalypse climatique à venir. Les canicules, les sécheresses, les inondations, les tornades dévastatrices, la montée des mers, les larges régions de la Terre devenues invivables, l’eau devenue rare, les famines, les épidémies, les migrations, les guerres pour la survie...

Et chacun à son tour d’afficher la France comme le phare qui éclairera la Planète dans sa lutte contre le dérèglement climatique.

Et chacun de reculer dès qu’un lobby, celui des pétroliers, celui des transporteurs, celui de l’automobile, celui de l’agro-industrie, menace.

Et les juges de faire émerger peu à peu les affaires de financements occultes des campagnes électorales liées au pétrole.

Et les rapports de se succéder montrant que la France ne tient pas les engagements qu’elle prétend exiger des autres.

Alors quand nous relisons les déclarations de nos présidents, de nos ministres, parmi tous les synonymes que nous offre la langue française, un seul sonne juste : faux-culs !

 

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 11:07

2 septembre 2002. Sommet Mondial de la Terre des Nations Unies à Johannesburg en Afrique du Sud. Jacques Chirac à la tribune scande son discours par de larges mouvements des bras.

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs."

https://youtu.be/WgrHr-MOVBI

 

Et pour frapper encore plus fort :

"Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Prenons garde que le XXIe siècle ne devienne pas pour les générations futures, celui d'un crime de l'humanité contre la vie."

Effet garanti devant les soixante mille délégués et présidents, venus de cent quatre-vingt-sept pays, au premier rang desquels Nelson Mandela. Les médias, le lendemain, auront matière à commenter et ne manqueront pas de la faire.

Les délégués à ce sommet de Johannesburg se retrouvaient pour faire le point sur l’application des engagements pris dix ans plus tôt à la "Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement" qui s'était tenue à Rio de Janeiro, au Brésil, pendant le mois de juin de 1992. Cette conférence est restée dans les mémoires comme le "Sommet de la Terre de Rio". 178 pays y étaient représentés, 110 chefs d’État et de Gouvernement, 2000 représentants d'ONG (organisations non gouvernementales) et surtout des milliers de personnes au forum organisé en parallèle par les ONG. Un vrai succès qui s'est conclu par une "Déclaration de Rio sur l'Environnement et le Développement" énonçant 27 principes parmi lesquels étaient introduites les notions de "développement durable" et de "principe de précaution". Plus concrètement était adopté par les chefs d’État présents un "Agenda 21", plan d'action pour le 21ème siècle énumérant 2500 principes précisant l'application de la déclaration. Son chapitre 9 consacré à la "Protection de l'atmosphère" alertait déjà sur le bouleversement climatique.

Oui, déjà à Rio, on le savait. La Planète brûlait !

10 ans plus tard à Johannesburg, le point doit être fait sur la mise en application des engagements de Rio. Les représentants des États producteurs et consommateurs de combustibles fossiles qui se succèdent à la tribune ont bien retenu le vocabulaire des militants écologistes. Après le président français soudainement inspiré, chacun se doit de participer à la surenchère verbale.

C'est pas moi qui l'a brûlée...

La réalité de leur engagement se révèle pourtant toute autre. Force est de constater la maigreur du bilan de Johannesburg. Le sujet le plus épineux, objet de longs marchandages fut l’énergie. Les négociations se sont principalement focalisées sur la part d’énergies renouvelables. Les ONG se battaient pour qu'un objectif chiffré et un calendrier soient fixés pour leur mise en œuvre. La montagne de discussions accouchait de la proposition finale de les accroître "substantiellement" de façon "urgente". Il urgeait surtout de ne s'engager sur rien. De même, alors qu’il était question de supprimer toutes les subventions aux énergies fossiles, on ne parle plus dans le texte final que de faire la "promotion des énergies fossiles propres". Propres ? Les lobbies du pétrole et du gaz ont su traduire : carte blanche pour ne rien changer tout en adoptant la novlangue écolo. Place au "greenwashing" !

Quant aux deux milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à des services énergétiques satisfaisants et qui seront les premières à subir les effets du dérèglement climatique, le texte final n'en disait rien. Les véritables gagnants étaient les pays comme les États-Unis, l’Arabie saoudite, le Japon, le Canada, l’Australie, qui avaient réussi à protéger leurs intérêts dans le domaine des combustibles fossiles.

Dehors les ONG manifestaient leur colère. Yves Cochet, député des Verts ironisait : "Jacques Chirac parle d'or mais ne parle pas d'argent". Dans l'ombre, Nicolas Hulot, le conseiller pour l'environnement du président français, cherchait à limiter les dégâts. De "cette immense montagne" qui, ajoutait-il, "va probablement accoucher d'une souris", il réussissait à extraire un élément positif : "sur un plan psychologique, c'est quand même important parce que là, les derniers doutes sont levés. "

Effectivement, pour les ONG, les derniers doutes avait été levés à Johannesburg. On savait à présent qu'il n'y avait rien à attendre de ces sommets mondiaux où chacun se livre à une surenchère d'envolées lyriques sur la protection de l'environnement sans en croire un seul mot.


 

Cinq ans plus tard, deuxième couche.


 

Retour de Johannesburg, Chirac s'est bien employé à mettre en sourdine ses déclamations écologistes mais, le 3 février 2007, l'occasion lui était donnée de récidiver. C’est par un "Appel de Paris" qu'il concluait la réunion de travail du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le Giec, qui se tenait dans la capitale française. Les rapports des experts se font de plus en plus précis. Ce rapport, le quatrième depuis la création du Giec, est particulièrement alarmiste. Il constate que la fonte complète de l’inlandsis du Groenland pourrait entraîner une élévation du niveau de la mer de plusieurs mètres. Résultat : les terres de basse altitude seraient submergées. De nombreuses régions et même des États disparaîtraient de la carte.


 

Jacques Chirac, en nouveau prophète de l'écologie, n'hésite pas à faire de la surenchère. "Le jour approche où l'emballement climatique échappera à tout contrôle : nous sommes au seuil de l'irréversible", assène-t-il. Cette fois le mot qui devra rester dans les annales sera : Révolution ! "Face à l'urgence, le temps n'est plus aux demi-mesures: le temps est à la révolution. La révolution des consciences. La révolution de l'économie".


 

Qui se souvient des "Bastilles climatiques" prises par Jacques Chirac ? Les lobbies de l'automobile, de l'agrochimie et du pétrole, ont-ils eu à se plaindre de son passage au pouvoir ? On-t-ils été mis hors d'état de nuire ces ci-devant pyromanes dénoncés par ce nouveau Robespierre ?


 

Elf et l'argent du pétrole. Il ne pourra pas dire qu'il ne savait pas.


 

Au moment même où, en 2002 à Johannesburg, Jacques Chirac lançait sa célèbre imprécation, Loïk Le Floch-Prigent, ancien PDG d'Elf, préparait son procès en appel dans ce qui est devenu "l'affaire Elf". Il a fallu toute la persévérance et le courage des juges Eva Joly et Laurence Vichnievsky pour mettre à jour l'une des affaires de corruption les plus tristement célèbres de la fin du 20ème siècle : les marchés du pétrole acquis par Elf en échange de somptueux dessous de table remis aux différents chefs des État concernés, avec à la clé une partie du butin rapatrié et partagé entre les responsables politiques du moment en France.


 

"Cette fois je vais tout vous dire" déclare Loïk Le Floch-Prigent dans un interview au journal Le Parisien le 26 octobre 2002. Chirac savait, dit-il, "j'ai donc décidé de produire un document signé de la main de Jacques Chirac qui prouve qu'il était parfaitement au courant des commissions versées par Elf et d'un certain nombre de choses".

Interrogé par le Journal du Dimanche en septembre 2011, l'avocat Robert Bourgi, successeur du sulfureux Foccart, révélait à son tour "vingt-cinq ans de pratiques occultes sous Chirac". Il a des comptes à régler et raconte les transferts de fonds entre les chefs d’État africains et Jacques Chirac. "Moi-même, j’ai participé à plusieurs remises de mallettes à Jacques Chirac, en personne, à la mairie de Paris" dit-il, citant en particulier la présidentielle de 2002 avec les liasses de billets, trois millions de dollars, remis à Dominique de Villepin de la part de Omar Bongo. Propos "abracadabrantesques" ? L'histoire le dira mais à Johannesburg, comme plus tard à Paris, les chefs de gouvernements et diplomates, bien informés des dessous de la politique française en matière de pétrole et de corruption, ont dû être admiratifs devant le culot du chef d’État français.


 

La maison brûle ?


 

Reste pourtant le souvenir de la phrase choc, détournée par l'ironie de celles et ceux qui ne peuvent que constater le double langage des grands de ce monde


 

Le climat se détraque... et ils regardent ailleurs.

Les océans s'étouffent sous les plastiques... et ils regardent ailleurs.

Les oiseaux, les insectes, disparaissent... et ils regardent ailleurs.

La famine menace des millions de personnes... et ils regardent ailleurs.

Les canicules, les inondations, les ouragans, les incendies, font des milliers de morts... et ils regardent ailleurs.

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 11:06

 

 

Celui qui a suggéré à Nicolas Sarkozy cette idée d'un Grenelle de l'Environnement, a certainement senti le bon coup à jouer. Le mythe semblait pouvoir encore marcher même si on commençait à en savoir un peu plus de la réalité de ce soi-disant moment de "concorde nationale". L'histoire de la rencontre clandestine entre Jacques Chirac et Henri Krasucky, numéro 2 de la CGT, a maintenant été rendue publique. "Dans une chambre de bonne et avec un revolver dans ma poche" prétendra même Jacques Chirac en 1977 dans un interview au journal Paris Match. Le grand vent de liberté de mai 1968, si inattendu dans cette France que certains croyaient endormie, avait soulevé un vent de panique dans les rangs du patronat et du gouvernement gaulliste mais tout autant au sommet du parti communiste et de son antenne syndicale, la CGT. L'ennemi, soudain, c'était ce "gauchiste" qui refusait le "boulot, métro, dodo" de la société productiviste et revendiquait une liberté qui secouait les vieux dogmes. Ces gauchistes qui avaient entraîné 10 millions de salariés dans la plus massive des grèves. Le "Grenelle" avait permis un retour à l'ordre inespéré. Est-ce que la même méthode ne pourrait pas calmer ces écologistes dont l'agitation commence à devenir inquiétante. Dans l'opinion publique, le Grenelle apparaît encore comme une victoire populaire, alors pourquoi ne pas récupérer ce mythe dans un "Grenelle de l'Environnement" qui ferait une excellente publicité pour un début de mandat.

 

L'idée ne sortait pas du néant. En novembre 2006, Nicolas Hulot avait présenté son "Pacte écologique" qui réclamait, entre autres, un poste de "vice-premier ministre chargé du développement durable". Présenté aux candidates et candidats aux présidentielles de 2007 il était signé par cinq d'entre eux dont les deux finalistes, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Le 16 mai Nicolas Sarkozy succède à Jacques Chirac. Nicolas Hulot refuse le poste de ministre de l'environnement qui lui est proposé, ce sera donc Alain Juppé, rapidement démissionné pour cause de défaite aux législatives, puis Jean-Louis Borloo. En septembre 2007 débutait donc ce "Grenelle Environnement" qui affichait, lui aussi, la prétention de vouloir nous faire entrer "dans le monde d'après".

 

On n'avait pas lésiné sur le spectacle. Deux prix Nobel de la Paix distingués pour leur engagement en faveur de l'environnement viendraient apporter leur caution. En tête d'affiche, Al Gore, vice-président des USA, après sa fameuse mise en scène dans le film " Une vérité qui dérange". A ses côtés Wangari Maathai biologiste à l'initiative du "Mouvement de la ceinture verte" en Afrique.

 

Nous ne nous étendrons pas sur les maigres résultats obtenus. Celles et ceux qui annonçaient une énième supercherie ne s'étaient pas trompés. Pour ne citer qu'un exemple : on reparle périodiquement de ce plan "Ecophyto" issu du Grenelle qui visait à diviser par deux l'usage des pesticides. Alors qu'un consensus semblait trouvé, le lobby agro-industriel avait réussi à y glisser un "si possible" qui ruinait complètement l'édifice. Dans le couple fournisseurs/utilisateurs de pesticides, chacun avait compris le message : cela n'allait pas être possible. D'ailleurs, dès 2012 la messe était dite avec la fameuse phrase de Nicolas Sarkozy au salon de l'agriculture : "l'environnement, ça commence à bien faire". Résultat : hausse de 5% des pesticides en moyenne chaque année depuis 2009 avec 9% en 2013 et encore 9,4% en 2014, année où un nouveau plan, aussi peu contraignant que le premier, reportait à 2025 la réduction de 50% des pesticides. En 2018, le ministère de la Transition écologique et celui de l'agriculture constataient que la consommation de pesticides avait encore augmenté après 2014. "Est-ce que nous avons commencé à réduire [leur] utilisation ? La réponse est non", avait alors lancé Nicolas Hulot au micro de France Inter en annonçant qu'il quittait le gouvernement.

 

Mais en ce 25 octobre 2007, place était donnée au spectacle. En clôture de l'événement, le discours de Nicolas Sarkozy mérite la relecture. Jamais autant d'outrances n'auront été prononcées en si peu de temps. Nicolas Sarkozy s'adresse d'abord à José Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne, présent dans la salle.  : "La France n'est pas en retard. Mais la France veut maintenant être en avance. Et c'est tout le changement, José Manuel, que nous voulons proposer aujourd'hui en France"

 

https://www.dailymotion.com/video/x9qbej

 

Puis vient la plus extravagante des déclarations :

 

"Notre ambition n'est pas d'être aussi médiocre que les autres sur les objectifs, ce n'est pas d'être dans la moyenne. Notre ambition c'est d'être en avance, d'être exemplaire."

 

Et afin que ces médiocres qui écoutent retiennent bien la leçon : "Je veux que le Grenelle soit l'acte fondateur d'une nouvelle politique, d'un New Deal écologique en France, en Europe, dans le Monde ".

 

Ensuite, s'adressant aux deux prix Nobel de la Paix : "Nous voulons une politique de vérité. Wangari MAATHAI et le Vice-Président Al GORE ont eu le courage de la proclamer : notre modèle de croissance est condamné. Pire encore, le maintien de la paix dans le monde est condamné si nous ne faisons rien."

 

Le plus alarmiste des climatologues du Giec n'oserait pas prononcer la moitié du discours apocalyptique qui va suivre cette introduction :

 

"Les changements climatiques, nos concitoyens ne doivent pas les réduire à la fonte des neiges sur les pistes de ski. Les changements climatiques, ce sont des centaines de millions de réfugiés climatiques.

 

Les changements climatiques, c'est une accélération des grandes catastrophes, des sécheresses, des inondations, des cyclones, d'une certaine façon, c'est le Darfour où des millions de pauvres gens sont poussés par la faim et la soif vers d'autres régions où ils entrent en conflit avec des populations qui étaient installées de façon séculaire. Les changements climatiques, ce sont des épidémies nouvelles. Ce sont des conflits exacerbés pour accéder à l'eau et à la nourriture.


 

Il faut donc avoir le courage de dire que la hausse des prix des hydrocarbures sera permanente. Il faut avoir le courage de dire qu'il n'y aura plus de pétrole avant la fin du siècle. Il faut avoir le courage de reconnaître que nous ne connaissons pas tous les effets à long terme des 100 000 substances chimiques commercialisées. Il faut avoir le courage de reconnaître que nous n'avons pas toujours été exemplaires."

Alors cette fois, ça y est ? On y va ? Fini le soutien à nos champions des énergies fossiles, à Total, à Engie (ex GDF-Suez). Finis les copinages avec les potentats du pétrole ?

Deux mois ne se sont pas écoulés que la France sidérée découvre que le Président de la République a invité le Libyen Mouammar Kadhafi en visite officielle. Oubliés les prix Nobel de la Paix, place au plus sanguinaire des dictateurs. Chacun se souvient qu'il est le responsable de l'attentat contre le vol UTA-722 qui a fait 170 victimes dont 54 français en 1989. Mais que refuser à celui qui règne sur un champ de pétrole parmi les plus riches de la Planète...

Kadhafi arrive en France en terrain conquis, exigeant de planter sa tente dans les jardins de l'hôtel Marigny, résidence des chefs d’État étrangers en visite en France. Stupeur, y compris parmi les proches de Nicolas Sarkozy : "Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n'est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort" déclare  Rama Yade, secrétaire d’État chargée des Droits de l'homme au journal Le Parisien avant de se faire recadrer par l’Élisée.

Mais pourquoi cette visite ? Simplement pour le business ? L'argent du pétrole libyen devrait alimenter les industries de l'armement et du nucléaire en France. On annonce des commandes d'avions Rafale, d'hélicoptères Tigre, de navires de guerre et même des réacteurs nucléaires. L’Élysée se plaît à afficher des contrats représentant une dizaine de milliards d'euros. Contrats qui ne seront jamais honorés car moins de trois ans et demi plus tard l'ami de la France est devenu son ennemi numéro un. Les Rafales et les Tigres français iront anéantir le régime du "guide" libyen dans une guerre éclair qui aboutira à sa mort, en octobre 2011, suite à une attaque, par des avions français, du convoi de véhicules par lequel il tentait de s'échapper.

Cette histoire de visite du dictateur libyen en France aurait pu être oubliée si les médias français n'avaient pas révélé l'affaire du "financement occulte" de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et des valises de billets ayant circulé entre Tripoli et Paris. Le tapis rouge déployé pour Kadhafi apparaissait alors comme la contrepartie d'une aide providentielle pour l'élection du président français. Des juges enquêtent depuis avril 2013 sur ces accusations étayées par les témoignages de l’intermédiaire Ziad Takieddine et d’ex-dignitaires libyens. Au terme de 25 heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire le 21 mars 2018 pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens". Affaire à suivre...

On apprenait aussi que le pétrole n'était pas étranger à la guerre "humanitaire" menée par la France et ses alliés en Libye. En septembre 2011, le journal libération faisait état d'une lettre écrite 17 jours après l’adoption de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU prenant parti pour les insurgés. Un membre important du CNT (Conseil National de Transition) y écrivait que : "s’agissant de l’accord sur le pétrole passé avec la France en échange de la reconnaissance de notre Conseil, lors du sommet de Londres, comme représentant légitime de la Libye, nous avons délégué le frère Mahmoud [Shammam, ministre en charge des médias au CNT] pour signer cet accord attribuant 35% du total du pétrole brut aux Français en échange du soutien total et permanent à notre Conseil.". Cette missive était adressée au cabinet de l’émir du Qatar, pays qui sert depuis le début du soulèvement d’intermédiaire entre la France et le CNT. Fables, diront les autorités françaises.


 

Fables ? En mai 2019, suite à une fâcherie avec le pouvoir français liée à la guérilla interne en Libye pour la main mise sur les réserves de pétrole, le Gouvernement d'Union Nationale (GNA), qui a succédé au CNT, menaçait de suspendre les activités de Total dans le pays. A cette occasion nous apprenions que Total, dont la production était minoritaire avant la guerre, représentait déjà près du tiers de l'activité pétrolière dans le pays et ambitionnait de doubler sa production d'ici 2023. Total ne pouvait que remercier Nicolas Sarkozy. En déclarant la guerre au dictateur libyen il lui avait ouvert de nouvelles sources à exploiter.

Quant à Nicolas Sarkozy il occupe sa retraite d'ex-président à cultiver ses amitiés avec les dirigeants des pays fournisseurs de pétrole en y donnant des conférences royalement rémunérées. Une première en 2015 à Abu Dhabi avait déjà fait des vagues, y compris dans ses troupes. En mars 2018 il y faisait à nouveau sensation en donnant pour modèle d'efficacité ces "grands leaders du monde" qui "viennent de pays qui ne sont pas de grandes démocraties". C'est comme ministre de l'intérieur de Jacques Chirac, qu'un premier voyage au Qatar lui avait permis de rencontrer Hamad ben Jassem al-Thani, futur premier ministre qatari. Devenu président de la république il le recevra de façon régulière à l'Elysée et accompagnera les dirigeants qataris dans leur fièvre acheteuse du patrimoine français. "Il faut avoir le courage de dire qu'il n'y aura plus de pétrole avant la fin du siècle" avait-il déclaré au moment du Grenelle de l'Environnement. Manifestement il souhaitait en profiter tant qu'il en restait.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens