Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 08:50

André-François Boureau Deslandes (1690-1757)

par Gérard Borvon


Né à Pondichéry en 1690, il vient en France à l'âge de 13 ans. En octobre 1708 il est nommé contrôleur de la marine à Brest puis commissaire de la marine en 1716.


Il est souvent qualifié de "philosophe mondain". En témoignent plusieurs des titres des nombreux ouvrages qu'il publie : L'apothéose de beau sexe, Réflexions des Grands Hommes qui sont morts en plaisantant, L'Art de ne point s'ennuyer... 


Nous retiendrons ici le scientifique, reçu élève géomètre à l'Académie des sciences en février 1712, membre de l'Académie des sciences de Berlin et auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, en particulier sur la marine.


Parmi une oeuvre considérable, c'est souvent par une modique contribution à l'observation du tonnerre, qu'il se retrouve dans différentes études. 



La foudre a toujours terrorisé ou fasciné. Dans les religions antiques elle est le symbole de la puissance des dieux et l'instrument effrayant de leur justice. La tradition se maintient dans les cultes plus récents. Au siècle des lumières encore, on se préserve de la foudre en faisant sonner les cloches aux clochers des églises.


En témoigne la relation publiée dans l'Histoire de l'Académie des Sciences (Mémoires étrangers).


Nous sommes en avril de l'année 1718. A.F Boureau Deslandes est alors à Brest.  Après plusieurs jours de pluie et d'orage, un coup de tonnerre extraordinaire ébranle toute la région. Il en rend compte à l'Académie des sciences qui publie un résumé de sa lettre.


"...enfin vint cette nuit du 14 au 15 qui se passa presque toute en éclairs très vifs, très fréquents et presque sans intervalle. Des matelots qui étaient partis de Landerneau dans une petite barque, éblouis par ces feux continuels, et ne pouvant plus gouverner, se laissèrent aller au hasard sur un point de la côte, qui par bonheur se trouva saine. A quatre heures du matin, il fit trois coups de tonnerre si horribles que les plus hardis frémirent.

         Environ à cette même heure, et dans l'espace de côte qui s'étend depuis Landerneau jusqu'à Saint Paul de Léon, le tonnerre tomba sur 24 églises et précisément sur des églises où on sonnait pour l'écarter. Des églises voisines où on ne sonnait point furent épargnées.

Le peuple s'en prenait à ce que ce jour là était celui du Vendredi Saint où il n'est pas permis de sonner. Mr Deslandes en conclut que les cloches qui peuvent écarter un tonnerre éloigné, facilitent la chute de celui qui est proche, et à peu près vertical, parce que l'ébranlement qu'elles communiquent à l'air dispose la nue à s'ouvrir.

         Il eut la curiosité d'aller à Gouesnou, village à une lieue et demie de Brest, dont l'église avait été entièrement détruite par ce même tonnerre. On avait vu trois globes de feu de trois pieds et demi de diamètre chacun, qui s'étant réunis avaient pris leur route vers l'église d'un cours très rapide. Ce gros tourbillon de flamme la perça à deux pieds au-dessus du rez de chaussée, sans casser les vitres d'une grande fenêtre peu éloignée, tua dans l'instant deux personnes de quatre qui sonnaient, et fit sauter les murailles et le toit de l'église comme aurait fait une mine, de sorte que les pierres étaient semées confusément alentour, quelques-unes lancées à 26 toises, d'autres enfoncées en terre de plus de deux pieds.

         Des deux hommes qui sonnaient dans ce moment là, et qui ne furent pas tués sur le champ, il en restait un que Monsieur Deslandes vit. Il avait encore l'air tout égaré, et ne pouvait parler sans frémir de tout son corps. On l'avait retrouvé plus de quatre heures après enseveli sous les ruines et sans connaissance. Mr Deslandes n'en put tirer autre chose sinon qu'il avait vu tout d'un coup l'église toute en feu et qu'elle tomba en même temps. Son compagnon de fortune avait survécu 7 jours à l'accident, sans avoir aucune contusion, et sans se plaindre d'aucun mal que d'une soif ardente qu'il ne pouvait éteindre."


         Chacun se fait de la Foudre une image adaptée à sa culture. L'homme du peuple ne peut douter qu'il s'agisse d'une manifestation divine. Le lettré imagine une accumulation dans les nuages de matières inflammables. On notera, cependant, que l'utilité de sonner les cloches, malgré la preuve évidente du danger, n'est absolument pas mise en doute. Ni par la population qui explique l'échec par le sacrilège commis un Vendredi Saint. Ni par le "savant" qui continue à considérer qu'un tonnerre éloigné aurait été écarté par les cloches.


Jusqu'à la fin du siècle, malgré les vigoureuses campagnes des autorités et l'interdiction régulièrement rappelée de sonner les cloches les jours d'orage, la pratique se poursuivra accompagnée de son cortège d'accidents.

 

__________________________________________________________________________________________



Le Coup de Tonnerre de 1718 à Landerneau

 raconté par M.Deslandes.

 

 

 

 

Voir : Histoire de l'Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique pour la même année tirés des registres de cette académie - Année 1719 -


diverses observations de physique générale. p20  link

 

dans :

http://www.academie-sciences.fr/archives/doc_anciens/hmvol3521.htm#TABLE2

 

 


_______________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens