Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 12:44

Impossible de passer sous silence le débat du moment : l'augmentation du taux de CO2 dans l'air et l'élévation de la température de la biosphère qui en résulte. Le lien est d'autant plus nécessaire que les polluants dont les effets ont été largement décrits, oxydes d'azote et de soufre, ozone, particules fines, sont, comme le CO2, issus de la combustion des composés carbonés fossiles que sont le charbon, le pétrole et le gaz naturel.

 

Dérèglement climatique, effet de serre et CO2 : personne ne peut ignorer.

 

Une abondante littérature a décrit les causes et les effets du changement climatique. Rappeler le rapport 2014 du Groupe Intergouvernemental d'Experts sur l'évolution du Climat (GIEC) n'est pourtant pas inutile, et d'abord ses constats :

 

. La modification du régime des précipitations, la fonte des neiges et des glaces, le recul des glaciers, perturbent les systèmes hydrologiques et influent sur le ruissellement et sur les ressources en eau. Les sols gelés fondent dans les hautes latitudes et dans les régions d’altitude élevée, libérant par la même occasion des gaz qui renforcent l'effet de serre.

 

. Les événements climatiques extrêmes, vagues de chaleur, sécheresses, inondations, cyclones et feux incontrôlés, mettent en évidence la grande vulnérabilité de nombreux écosystèmes et systèmes humains à la variabilité actuelle du climat.

 

. Les dangers liés au climat influent déjà sur la vie des pauvres à la fois directement (perturbation des moyens de subsistance, réduction des rendements des cultures, destruction des habitations) et indirectement (hausse du prix des aliments et aggravation de l’insécurité alimentaire). Cette vulnérabilité est augmentée par les conflits violents dans les zones les plus affectées.

 

Vient ensuite la longue liste des risques dont la probabilité est élevée.

 

. Risques de décès, de blessures, de maladies ou de perturbation des moyens de subsistance dans les zones côtières basses, les petits états insulaires et les petites îles, dus aux tempêtes, aux inondations côtières et à l’élévation du niveau de la mer.

 

. Risque de détérioration grave de la santé et de perturbation des moyens de subsistance au sein des grandes populations urbaines dus à des phénomènes météorologiques extrêmes conduisant à la détérioration des réseaux d’infrastructures et des services essentiels tels que l’électricité, l’approvisionnement en eau, la santé et les services d’urgence. Risques de mortalité et de morbidité pendant les périodes de chaleur extrême, en particulier pour les populations urbaines vulnérables et les personnes travaillant à l’extérieur dans les régions urbaines et rurales.

 

. Risques d’insécurité alimentaire et de rupture des systèmes alimentaires, en particulier pour les populations les plus pauvres des régions urbaines et rurales. Risques de perte des moyens de subsistance et de revenus dans les régions rurales en raison d’un accès insuffisant à l’eau potable et à l’eau d’irrigation, ainsi qu’à la diminution de la productivité agricole, en particulier pour les agriculteurs et les éleveurs disposant de moyens limités dans les régions semi-arides.

 

. Risques de destruction des écosystèmes marins, côtiers et terrestres, de leur biodiversité et des services qu’ils apportent aux moyens de subsistance des populations les plus fragiles.

 

Et ajoute le rapport : "Nombre de ces risques posent des défis particuliers pour les pays les moins développés et les collectivités vulnérables, compte tenu des capacités limitées dont ils disposent pour y faire face".

 

Le CO2 et le reste...

 

Le rapport du GIEC, rappelons le, ne tient compte que des risques liés à l'émission de CO2 et des gaz à effet de serre. Mais ceci ne doit pas faire oublier l'autre risque lié à la combustion du carbone fossile : l'émission de gaz toxiques (oxydes d'azote, de soufre, ozone...) et de particules fines. Quitte à nous répéter, rappelons encore le constat du rapport de la Commission de la Science et de la technologie du parlement européen :

 

"les particules fines seraient responsables chaque année en Europe de centaines de milliers de cas de maladie et d'hospitalisations ainsi que de dizaines de milliers, peut-être même de centaines de milliers de décès."

 

Cette menace n'est pas une projection pour le siècle à venir. Ces dizaines ou centaines de milliers de décès se mesurent aujourd'hui et en une seule année ! Alors, que ce soit pour la fin de la pollution de l'air par les pesticides, les gaz toxiques, les particules fines où contre l'augmentation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, l'époque des colloques, des rapports et des conférences internationales est révolue.

Par tous les moyens il est temps d'agir, un monde respirable est encore possible.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'histoire des sciences
  • : Comme l'art ou la littérature,les sciences sont un élément à part entière de la culture humaine. Leur histoire nous éclaire sur le monde contemporain à un moment où les techniques qui en sont issues semblent échapper à la maîtrise humaine. La connaissance de son histoire est aussi la meilleure des façons d'inviter une nouvelle génération à s'engager dans l'aventure de la recherche scientifique.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens